1756

CHRONIQUE PAR ...

21
Wineyard
Cette chronique a été importée depuis metal-immortel
Sa note : 9/20

LINE UP

-Maurice Swinkels
(chant)

-Richard Ebisch
(guitare)

-Harold Gielen
(basse)

-Erik Fleuren
(batterie)

TRACKLIST

1)Sons of the Jackal
2)Undead Stillborn
3)Avenging Archangel
4)Death Is My Master
5)Sepulchral Ghoul
6)Infernal Wrath
7)Atomicide
8)Ten Horns Arise
9)Diabolist

DISCOGRAPHIE


Legion Of The Damned - Sons Of The Jackal
(2006) - death metal thrash metal - Label : Massacre



Le premier album de Legions Of The Damned, Malevolent Rapture, fut semble-t-il accueilli avec enthousiasme par la critique en 2006. Je ne résiste pas à vous en faire part, en anglais dans le texte : " «Malevolent Rapture was an uncompromising slab of killer death/thrash reminiscent of the masters of the eighties packed in a modern killer sound» ". Rien que ça. Un an après, presque jour pour jour, la fournée 2007 arrive avec Sons Of The Jackal, qui dixit, " «featuring ten songs that surpass the previous material»". Ah ben ça doit être bien alors ?

Ce qui frappe d’entrée l’amateur de death metal old school est la ressemblance avec Death première période, disons jusqu’à Spiritual Healing en étant large, Leprosy en étant plus réaliste. La sonorité des guitares est la même, la plupart des riffs aussi, mais comparés à leurs illustres maîtres, les soli brillent par leur absence et la voix est plus rauque que celle de R.I.P. Chuck. Ne pas chercher de finesses dans la musique de Legions Of The Damned, il n’y en a pas. Ca envoie, ça peut donner l’envie de bouger la tête de haut en bas parfois, mais ça en reste là.

En fait, lorsque commence l’album, on se dit que ça part bien, les réminiscences de Death et ce son thrash suranné paraissant de prime abord rafraîchissants, d’autant que la production est plutôt bonne ce qui ne gâte rien. Mais au fur et à mesure des écoutes le sentiment le plus présent est la lassitude, tant il est difficile de faire de la distinction entre les titres. Disons que ce n’est pas inintéressant, c’est juste répétitif quoi…


Comme quoi, il ne faut pas se fier aux bios officielles. Parce que du : “«uncompromising slab of killer death/thrash reminiscent of the masters of the eighties packed in a modern killer sound»”, je tirerais plutôt un “«indigestible slab of old death/thrash copying the masters of the eighties packed in a modern sound»”, mais c’est sûr que c’est moins vendeur.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 1 polaroid milieu 1 polaroid gauche 1