17552

CHRONIQUE PAR ...

124
Shamash
Cette chronique a été mise en ligne le 11 novembre 2016
Sa note : 15/20

LINE UP

-Traianvs
(chant)

-Fabio
(guitare)
 
-Caligvla
(basse)

-Commodvs
(batterie)


TRACKLIST

1) Carthago Delenda Est
2) Across the Wolf's Blood  
3) Annibalem
4) With Tooth and Nail
5) Dark Days of Rome
6) Scipio Indomitus Victor
7) Mare Nostrum
8) Zama: Where Tusks Are Buried
9) Excidium
10)  Sowing Salt

DISCOGRAPHIE


Ade - Carthago delenda est
(2016) - death metal death épique et (un peu) folklorique - Label : Xtreem Music



Rosa, Rosa, Rosam, …Fluctuat nec mergitur, Panem et circontes, Si ces expressions n’ont aucun secret pour vous, c’est peut être parce que vous avez passé quelques temps en classe de latin. Les plus assidus en ajouteront sûrement d’autres, au rang desquelles figurera sans nul doute Carthago delenda est. Pour ceux qui ont séché les cours de civilisation latine, il faut rappeler que ces mots lourds de sens ont été prononcés par Caton l’Ancien et qu’ils signifient que Carthage doit être détruite. Il s’agit également du titre donné au troisième album d’Ade, qui, sans surprise, traite de la troisième guerre punique.

Pour qui n’aurait jamais entendu parler du groupe, sachez qu’originaire de Rome, il propose un death metal teinté de passages plus folkloriques, censés évoquer la période antique de la ville, temps où elle domina une vaste partie du monde. Si vous êtes déjà tombés sous le charme des italiens, vous ne serez pas déçus par cette troisième livraison, conforme aux attentes qu’elle a pu générer. En effet, le death moderne du groupe est encore une fois magnifié par des arrangements réussis, qui permet au quatuor de se démarquer des innombrables sorties du genre. N’allez cependant pas imaginer que les riffs proposés soient de faible qualité. Ils laissent au contraire apparaître la qualité de composition de la formation. Puissance, rapidité et mélodie viennent se mêler pour donner naissance à de solides pièces que les amateurs de death sauront apprécier à leur juste valeur. Écoutez par exemple le titre éponyme pour vous rendre compte de l’efficacité du metal offert. Il faut néanmoins reconnaître que les arrangements apportent une plus-value certaine à l’ensemble. Riccardo Studer, qui a enregistré, mixé et masterisé ce disque est également responsable des orchestrations. Il faut donc le considérer comme un rouage essentiel de la machine Ade, tant ces dernières constituent un élément essentiel de l’identité du groupe.
Le côté épique des dix morceaux s’affirme au travers de ces arrangements puissants et raffinés. Là où certains utilisent aspect symphonique et claviers pour cacher la faiblesse des compositions, Ade propose ces composants avec parcimonie pour rendre meilleures des pièces déjà solides. C’est donc avec un réel plaisir que l’on se laisse conquérir par des passages où s’entremêlent metal puissant et mélodies bienvenues, à l’instar de "With Tooth And Nail", qui évoque les éléphants d’Hannibal Barca, ou de "Mare Nostrum" qui vous envoie naviguer sur la Méditerranée, en direction de Carthage. Là où réside l’une des réussites de cette sortie, c’est dans sa capacité à vous emmener dans cette page de l’histoire de la république romaine en lutte pour la troisième fois contre Carthage. Une sorte de death épique qui parvient à embarquer l’auditeur dans une aventure violente. Alternant célérité et passages plus lourds, les transalpins, esquissent des personnages essentiels de cet épisode historique, Hannibal bien entendu, mais également le Romain Scipion, des lieux et des chocs entre ces deux civilisations, jusqu’à la destruction de Carthage. Il est bien difficile de trouver des morceaux qui sortent réellement du lot, tant toutes les parties concourent ici au récit.

Ade poursuit donc sur sa lancée en offrant une excellente sortie estampillée death épique. Les aficionados du genre rendront une fois encore grâce aux italiens, qui dépeignent avec brio quelques pages de la riche histoire romaine. Reste à espérer que la suite des aventures soit de cette qualité. S’il persiste dans cette voie, l’avenir semble radieux pour le groupe. Laissez vous happer par cet album et par la volonté destructrice des romains.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 1 polaroid milieu 1 polaroid gauche 1