17550

CHRONIQUE PAR ...

97
Winter
Cette chronique a été mise en ligne le 10 novembre 2016
Sa note : 05/20

LINE UP

-Tibor Kati
(chant+guitare+claviers+programmation)

-Adi "OQ" Neagoe
(chant+guitare+claviers)

-Vartan Garabedian
(chant+percussions)

-Petrică Ionuţescu
(flûte+instruments folkloriques)

-Ovidiu Corodan
(basse)

-Negru
(batterie+percussions+instruments fokloriques)

TRACKLIST

1) Tul-ni-că-rînd
2) Grădina stelelor
3) Brazdă dă foc
4) Baciu moșneag
5) Stanciu Gruiul
6) Marea cea mare

DISCOGRAPHIE

Maiastru Sfetnic (2000)
N'Crugu Bradului (2003)
OM (2006)
Vîrstele Pamîntului (2010)
Maiestrit (2010)
Tau (2015)
Zi (2016)

(2016) - black metal folk arf - Label : Lupus Lounge



-  Mesdames, Messieurs, bienvenus à cette nouvelle émission de  « Paysages de Rêves ». Aujourd’hui : les Carpates, charme et mystère. Nous sommes actuellement au cœur de la forêt transylvanienne.  Je ne parle pas fort car ici la Nature, souveraine, n’aime pas être dér… mais… mais qu’est-ce qu’il fout là celui-là ! Coupez ! Vincent, merde, c’est toi qui a ramené ce sosie d’Elvis ici ? Et… Et cette Madame Irma de fête foraine?  Mais… mais en plus ils sont bourrés ! Vincent, tu m’expliques ça, s’il te plaît ??

Un commentaire préliminaire : si je ne suis peut-être pas le plus grand fan de Negură Bunget du multivers, son nom m’a toujours imposé du respect. Negură, c’est (c'était ?) une vision particulière du pagan metal, authentique, pleine du charme vénéneux qui peut sortir de la profondeur des forêts obscures. Et un album comme Vîrstele Pămîntului est tout simplement magnifique. Voilà. Maintenant, Zi, c’est une catastrophe. Scission du groupe ou pas, Dordeduh ou pas, le huitième album de la formation est mauvais du début à la fin. Compositions hasardeuses, chant très approximatif et innovations « what the f**k », la panoplie complète de l’album foiré est de sortie. Les innovations d’abord : "Brazdă dă foc" s’aventure du côté du metal romantique, pourquoi pas, mais dans ce cas, il faudrait que le chant éploré ne donne pas envie de rire. Pire encore : le passage rock and roll de "Grădina stelelor"… vous avez bien lu, rock and roll… Pourquoi pas un changement de style, c’est tout à fait respectable, mais là, on parle d’un truc lâché en plein milieu d’un morceau plutôt classique, morceau où le chant death n’est déjà pas fameux, soit dit en passant.  On continue ? On parle de la chanteuse qui  s’est perdue sur "Marea cea mare" ou de l’essai de donner dans un folk metal plus « joyeux » avec "Stanciu Gruiul" ? Laissons la pauvre demoiselle tranquille et centrons-nous deux secondes (pas plus) sur ce qui aurait presque pu être le seul morceau à peu près décent de l’album, sorte de titre sous-Dirty Shirt époque Dirtylicious. Simplement, les gars ne sachant pas comment terminer le morceau, ils choisissent de baisser le bouton du disjoncteur pour stopper la machine, laissant l’auditeur avec un gros « ? » planant au-dessus de sa tête. On en viendrait presque à penser que Negură Bunget s’est simplement foutu de notre gueule. Quelque part, ça serait rassurant…

Si Tău n’était déjà pas fameux, Zi pourra à la rigueur égayer la prochaine fête d’Halloween, entre la dégustation de deux bombons Haribo orange et noir. A ranger donc entre le masque de sorcière et la faux en plastique.  Une des plus grosses mauvaises blagues du metal de l’Europe de l’Est depuis Šlágry.
 



©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 6 polaroid milieu 6 polaroid gauche 6