1754

CHRONIQUE PAR ...

2
Cosmic Camel Clash
Cette chronique a été mise en ligne le 02 mars 2008
Sa note : 11/20

LINE UP

-Philibert 1er
(tout)

TRACKLIST

0)Naissance et enfance d'un génie
1)Philibert Ier the Only One
2)Piste 2
3)Piste 3
4)Yo Man I'm teh Whita Rastafari
5)I Need to Pee. Yes Sir, I Really Do Need to Pee. Argh Too Late
6)Teh Last Drip Syndrome (feat. François Pérusse)
7)T-Kill-A (Pops125 Cover)
8)Never Touche teh Pitch on Your Best Song, When You're Under Acid
9)Pollution on a Gay Dancefloor Is Cool [Trance suxxx0r]
10)SIDGRINDER
11)Moment of Poetry
12)Girlfriend (TTC Cover)
13)Friday 13th With a Dwarf, Gratting, Drumming, Jerking, Loling, etc (Versus Greuh)
14)Lol Music (VS DJ PIE)
15)Close Your Eyes - Piano Live Version (Crazyman Cover)
16)Tortues Ninja
17)Your Sister Makes Up Just As Immortal Members
18)Improvisation in A Minor
19)This is Madness
20)Bande Originale de Film d'Auteur Russe - Original Soundtrack from "Il pleut sur Dabapetrov"
21)Music, Lol (Avec 1 efé Satanik Ki M La Mor A Lenver Kikoo) - Remix by DJ PIE
22)Atari Roxxx0r teh amiga rofl loOoOoOoOoOoOoOoOl ! (demo track)
23)I Made You a Cookie But I Cumed on It ! (demo track)
24)Your Mom Makes Delicious Cakes and Chocolate Mousse While Putting an Extincteur in Her Ass and Pushing on the On Button (demo track)

DISCOGRAPHIE

L'Alboume (2007)

Philibert 1er - L'Alboume
(2007) - barré grindcore - Label : Autoproduction



J'adore les bios déjà faites... « Philibert Ier naquit à l'âge de 12 ans, entouré de la fée "Grindeuse" et de plein d'instruments de musique supayr délire. Comme il était le premier, c'était le seul philibert 1er de sa famille, au grand dam de ses parents Philibert 462ème et Philibertine de Broucansart (Née Van2kuche). Fréquentant les rallyes tous plus branchés les uns que les autres, le jeune Philibert, aristocrate hype, tomba un jour sur un album de Rhapsody, causant des dommages irréversibles sur son cerveau déjà surdéveloppé à l'époque. Philibert Ier décida alors de se laisser pousser les cheveux et d'utiliser du mascara. »

Philibert 1er s'en sort pas mal au début : le grindcore est une affaire d'idées stupides et d'autodérision, et il fait preuve des deux. Son chant caverneux est délibérément too much, les parties de batterie programmées font mouche car elles sont décalées voire humainement injouables, et les riffs de guitare sont frais. Niveau inventivité rigolote on comptera les deux non-pistes (« il n'y a pas de piste deux » et « il n'y a pas non plus de piste trois », laule) et le reggae stupide de "Yo Man I'm teh Whita Rastafari" qui part en blast comme de bien entendu... La reprise méconnaissable du "Girlfriend" de TTC est aussi bien fendarde du fait de l'arrivée subite de vraie musique au milieu d'un chaos bruitiste, même si le sample de La Cité de la Peur est convenu. On peut aussi noter un travail sur le son inédit chez la plupart de groupes de grindcore : les accélérations puis ralentissements subis de la bande sur "Never Touche teh Pitch on Your Best Song, When You're Under Acid", les samples de dance pourrave de "Pollution on a Gay Dancefloor Is Cool" ou encore les sonorités de jeux vidéo de "SIDGRINDER" plairont aux obscurs amateurs de tracking music, ces gens qui parlent de chiptunes et de plug-ins VST comme si c'était normal.

Par contre Philibert arrive à gonfler son auditeur par moments, ce qui est malheureux quand l'objectif est de le faire marrer. L'utilisation de bruits d'urine c'est fun une fois mais pas trois, et certains trips sont trop destructurés pour qu'on les trouve amusants tout en n'étant pas assez sérieux pour qu'on les apprécie en tant que tels ("Friday 13th with a dwarf"). Le côté sampling peut même être carrément insupportable : la boucle « bonjour / bonsoir » couplée à des sonorités Mortal Kombat avait du potentiel, mais au final ça n'est qu'une expérimentation pas drôle et pénible. Par rapport aux albums-référence que sont Gronibard et M. Patate on peut dire que L'Alboume manque cruellement de cohérence et ne propose pas assez de moments réellement cultes : la reprise du générique des Tortues Ninja constitue ainsi une belle tentative mais fait sourire sans plus. Il manque un thème directeur, même si ce thème directeur s'était révélé être une volonté de faire réellement n'importe quoi ! Le derniers tiers de l'album est ainsi vraiment longuet, et seul la boucle délirante techno/métal "Music, Lol" relève le tout.


En tant que projet solo amateur d'un ado Philibert 1er est sympatoche, mais pris hors-contexte L'Alboume échoue à provoquer un véritable enthousiasme. On notera tout de même une utilisation des manipulations sonores et un goût pour les samples et les programmations qui laissent de belles possibilités : ce genre de délire étant absent chez les groupes de grindcore traditionnels, on ne peut qu'espérer que Philibert 1er saura les mettre au service de trucs vraiment drôles à l'avenir.

ndlr : ce méfait est téléchargeable gratuitement et intégralement en cliquant sur ce lien


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 3 polaroid milieu 3 polaroid gauche 3