17532

CHRONIQUE PAR ...

109
S1phonique
Cette chronique a été mise en ligne le 23 octobre 2016
Sa note : 17/20

LINE UP

-Renato
(chant)

-Ju
(guitare)

-Rico
(guitare)

-Charly
(basse)

-Raph
(orgue hammond)

-Jean-Paul
(batterie)

TRACKLIST

1) Eleven Million
2) Trend Is Over
3) Fortunate Son
4) Shoot the Trail
5) Rollin' Monkey

DISCOGRAPHIE


Flayed - XI Million (EP)
(2016) - rock hard rock Still burnés - Label : Klonosphere



En 2014 il y avait eu Symphony For The Flayed. Bombe. En 2015 il y a eu Monster Man. Bombe. Jamais deux LP sans une troisième Sortie EP :  XI Million. Allez pas de suspense : Bombe. Flayed ne sait sortir finalement que des albums burnés à fond et qui suintent le hard rock groovy et punchy à souhait. Allez revue des nouvelles vingt minutes de bonne came. 

Inutile de présenter les six lascars qui depuis la Vienne envoient valser le rock à papy dans la fontaine de Jouvence. Un énorme coup de grosse godasse dans le cul de l'ennui. Avec deux albums successifs au style direct et hyper punchy on pouvait penser que le groupe se consacrerait à répandre son rock partout où il pourrait jouer. Sauf que voilà : déjà un nouvel EP avec quatre nouvelles compositions et une reprise façon viaga du "Fortunate Son" du Creedance Clearwater Revival. Allez on revoit rapidement les spécifications de la mandale : du hard rock au manche bien huilé soutenu par une rythmique frénétique et un orgue Hammond dont le vice dans le placement n'a d'égale que le séducteur feeling des solos. Finissons avec les chants du père Renato venant rehausser le tout avec son timbre gras et poussiéreux.  Parfait pour le genre.
Et lorsque les riffs de guitare font place aux solos techniques, mais loin de la branlette à grosse décharge, et hyper mélodiques alors il ne reste plus qu' à goûter aux joies du rock. Même si on se ballade toujours dans les mêmes registres des 70's avec une hargne hard rock US post glam metal, on ressent une affirmation de style depuis Symphony For the Flayed. Le son du groupe est encore plus compact et solide sur ces nouveaux titres, comme une confirmation du « savoir jouer-ensemble » , pourtant déjà très fort en 2014, maintenant spontané, naturel, « géniéthique » (ce mot méritait d'être inventé). Quand à la reprise de CCC , elle reste pure plaisir même si l'exercice de reprise de titre monumental avec des valeurs quasi historiques peut se révéler casse gueule pour les interprètes. Notons que les chœurs féminins du refrain sont tout simplement sublimes. Bref cinq titres, cinq fois « Mais Oui ! ».  


La nouvelle (petite dose cette fois-ci) de hard rock burné de Flayed vient de sortir. Loin de lasser, même si on retrouve des similitudes entre certains titres du EP et d'autres des premiers albums, le sextet continue de sortir de sacrées compositions qu'il convient maintenant de découvrir en concert.  Encore un groupe français qui déménage et qui assurément mériterait nettement plus que la reconnaissance actuelle. Je lui souhaite en tout cas. 


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 3 polaroid milieu 3 polaroid gauche 3