17403

CHRONIQUE PAR ...

126
Magmahot
Cette chronique a été mise en ligne le 18 mai 2016
Sa note : 14/20

LINE UP

-Luc Lemay
(chant+guitare)

-Kevin Hufnagel
(guitare)

-Colin Marston
(basse)

-Patrice Hamelin
(batterie)

TRACKLIST

1) Pleiades' Dust

DISCOGRAPHIE


Gorguts - Pleiades' Dust (EP)
(2016) - death metal avant-gardiste - Label : Season Of Mist



Par où commencer… Chroniquer un album de Gorguts est une tâche aussi compliquée que la musique du groupe. Une musique progressive à souhait, qui tabasse comme il faut sans pour autant oublier d'injecter le brin de folie nécessaire pour déchainer la passion chez l'auditeur. La tâche est d'autant plus ardue quand l'album en question est en fait un EP de trente-trois minutes de long. Bonjour la simplicité.

Pour les non-connaisseurs, Gorguts est un collectif canadien qui produit un cocktail musical assez unique dans son genre depuis maintenant vingt-cinq ans. La vision des musiciens est d'ailleurs assez avant-gardiste, que ce soit dans les structures ou dans les variations de tempo assez complexes. En résultent des atmosphères très prenantes, magnifiées par des écrits de haute qualité qui s'occupent de transporter ce qui reste de l'auditeur dans l'univers fictif imaginé par le groupe. Le dernier album en date, Colored Sands, est d'ailleurs assez représentatif de ce style unique, et c'est donc par rapport à celui-ci que se fera la comparaison qui suit.
Cette fois, le groupe a décidé de titiller un sujet assez étrange (du moins en ce qui concerne le death metal). La chute de la « Maison de La Sagesse de Bagdad », l'une des plus anciennes bibliothèques de l'histoire. Encore une fois, bonjour la simplicité, à croire que le penchant de Luc Lemay pour les sujets historiquement complexes n'a pas été rassasié sur Colored Sands. Bon, parlons musique.  Comme tout morceau à aspect progressif qui se respecte, "Pleiades' Dust" s'inscrit dans la durée et dévoile son potentiel non pas à la première écoute, mais une fois les différents mouvements bien cernés par l'auditeur. De ce fait, le passage hautement technique de la huitième minute ou le slow-tempo de la dixième s'enchaîneront parfaitement pour permettre l'introduction de la partie brutale qui suit. Ce n'est qu'un exemple mais c'est exactement  ce qui caractérise Gorguts et en fait un groupe si unique : des montées, des descentes, des surprises.
Oui, des surprises. Justement, cet EP en contient peu. Non pas par rapport aux productions du reste de la plèbe mais plutôt aux précédents travaux du groupe. Comparé à des morceaux tels que "An Ocean Of Wisdom" ou "Le Toit Du Monde" on peine à trouver le disque passionnant. Et c'est la reproche que je ferai à cet EP : bien que très bien exécuté, le disque est beaucoup trop homogène. Dans le sens où tout est exécuté à la perfection, à tel point que l'auditeur s'en retrouve las après quelques écoutes, les riffs n'étant pas aussi poignants et destructeurs que ceux de l'album précédent et l'atmosphère pas aussi explosive et dévastatrice.


Bien sûr, le groupe compense vers le tiers final du morceau où le potentiel de la composition est vraiment dévoilé et où on commence (finalement) à apprécier ce qu'on est en train d'écouter. Ce qui nous pousse à croire qu'ils auraient pu mieux faire lors de ces vingt premières minutes de « préparation ». Mais bon, gardons en tête qu'il ne s'agit que d'un EP, et qu'il remplit sa tâche principale (qui est de faire patienter les auditeurs en vue du prochain album) et apprécions la chose. Car même après tout ce qui s'est dit, ça reste du Gorguts hein.

Un commentaire ? Un avis ? C'est ici : http://leseternels.forumofficiel.fr/t894-gorguts-pleiades-dust-ep-13-mai#


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 3 polaroid milieu 3 polaroid gauche 3