17383

CHRONIQUE PAR ...

109
S1phonique
Cette chronique a été mise en ligne le 30 mai 2016
Sa note : 12/20

LINE UP

-Alex Hofmann
(chant)

-Scott Carstairs
(guitare)

-Brian James
(guitare)

-Rob Morey
(basse)

-Andrew Baird
(batterie)

TRACKLIST

1) Face Of Death
2) Adrenaline
3) The Void Alone
4) Abandon
5) Scar Queen
6) Dreamless
7) The Prodigal Son
8) Amber Gaze
9) Fidelio
10) Wind For Wings
11) Les Silences
12) Lacuna

DISCOGRAPHIE


Fallujah - Dreamless
(2016) - death metal Atmo-melodico-technique - Label : Nuclear Blast



Vous aimez les ours ? Mieux vaut demander, c'est pour entrer dans le vif du sujet. Vous vous promenez en forêt, serein, mélancolique et bucolique, c'est beau, c'est calme. ET BAM ! Un ours débarque de derrière les conifères et se met à gueuler et grogner, à vous faire lâcher la gelée royale arrière. Fallujah, c'est tout ça : de l'émotion forte, puissante et ancrée dans une bonne fondation de sérénité et de bien être. En rêve sans fin et sans faim.

Ce groupe fait partie de ceux qui ne laissent pas indifférent, globalement et à chaque album. Demandez à dix personnes ce qu'ils pensent de The Harvest Wombs et de  The Flesh Prevails et vous aurez dix réponses différentes. Certains ne jureront que par le premier à l'inverse des autres qui porteront la suite en joyaux. Le groupe réussit (selon les avis) à réunir les bonnes vibrations de pas mal de genres pour en extraire leurs compositions. Parfois ça plait, pour certains c'est sublime et pour d'autres à évacuer très vite de n'importe quelle façon. Heureux seront les esthètes et  malheureux seront les puristes car Dreamless poursuit le chemin dessiné par le précédent LP et se permet d'aller encore un « chouilla » plus loin. En douze titres aux longueurs moyennes, la bande d'Hofmann et de Carstairs propose un voyage à la fois mouvementé mais jalonné de longs passages « onirico- mélodiques ». Le long "Face Of Death" ouvrant l'album est quelque peu maladroit et ne plaide pas en faveur du groupe. Longue ambiance renvoyant plus à une compilation de trance qu'autre chose, les guitare réveillent un peu l'auditeur et c'est surtout le premier "ultra growl" qui chasse la première impression. "Adrenaline" lance ensuite le son Fallujah 2016 et confirme la capacité des compositeurs à faire vivre des ambiances et des genres différents. Si la musique est agréable, le chant façon ours décrit en intro est par contre réellement destructeur et nuit à la cohésion globale. Dommage, car l'orchestration et les enchaînements travestis façon progressifs sont réussis.
La guitare virtuose aère énormément le tout et apporte pour une fois des solos réussis dans un registre où la médiocrité côtoie trop souvent la branlette « epileptico-shreddeuse » du manche . "The Void Alone" est de la même approche, "Abandon" vaut également redondance aux structures utilisées. Le premier tiers passé laisse une impression ni bonne ni mauvaise où personne ne contestera le niveau de jeu du groupe et son sens de la mélodie. Mais on ne retient pas non plus de grands passages musicaux imparables. Les titres s’enchaînent jusqu'au six minutes du titre "Dreamless" qui cette fois-ci tranche totalement avec le reste. Lente et longue mélodie d'ambiance portant incontestablement la patte Fallujah et écrémant à n'en point douter une bonne partie de son auditorat death metal. "Fidelio"confirmera également la direction prise, même si les autres titres régurgitent la recette principale. Au final difficile de porter un œil optimiste sur ce nouvel opus. L'impression donnée systématiquement depuis deux albums par le groupe d'avoir un potentiel énorme de produire des compositions innovantes mais de ne jamais parvenir à dépasser le stade du  « Mouais... c'est pas mal  » perdure et, hélas, semble s'installer durablement. Le groupe a cette capacité originale à imprégner ses morceaux d'une ambiance et atmosphère propre sans pour autant séduire immédiatement et totalement. Ne parlons pas de gâchis mais d'opportunité manquée de frapper une nouvelle fois un grand coup.

Du super death metal technique mélodique et atmosphérique de génie pour les uns et un album technique mais ennuyeux pour les autres. Chronique facile car une fois de plus chacun se fera un avis. Avis difficile car le groupe donne envie d'être découvert et écouté mais loupe une nouvelle fois le coche en ce qui me concerne. J'attends de les découvrir en concert pour trancher définitivement. 


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 7 polaroid milieu 7 polaroid gauche 7