17373

CHRONIQUE PAR ...

124
Shamash
Cette chronique a été mise en ligne le 19 avril 2016
Sa note : 10/20

LINE UP

-Lars-Göran Petrov
(chant)

-Nicolas "Nico" Elgstrand
(guitare+chœurs)

-Victor Brandt
(basse+chœurs)

-Olle Dahlstedt
(batterie)

TRACKLIST

1) Midas in Reverse  
2) Dead Dawn  
3) Down to Mars to Ride
4) As the World Fell  
5) Total Death
6) The Winner Has Lost
7) Silent Assassin
8) Hubris Fall
9) Black Survival  
10) Not What It Seems

DISCOGRAPHIE

Dead Dawn (2016)

Entombed A.D. - Dead Dawn
(2016) - death metal - Label : Century Media



« On ne peut être et avoir été ». Cette expression proverbiale semble s’appliquer à merveille au cas qui nous intéresse aujourd’hui : Entombed. Ou Entombed A.D pour être plus précis. Hormis si vous revenez d’un séminaire au Tibet de soixante-quinze mois sur la méditation transcendantale, vous avez certainement suivi le divorce entre Alex Hellid et ses anciens bruyants camarades. Le premier a eu le droit de garder le nom originel de la formation, tandis que les seconds ont ajouté deux lettres au patronyme initial, afin de poursuivre une aventure musicale débutée il y a désormais vingt-sept ans.

Après un premier album qui vantait un retour au front au final peu excitant, fallait-il espérer quelque-chose de cette seconde livraison ? LG Petrov et Victor Brandt se sont offert une parenthèse assez rafraîchissante avec Firespawn avant de revenir aux affaires avec leur groupe principal. D’où quelques attentes fort légitimes. Les premières écoutes placeront cependant Dead Dawn dans la continuité de Back to the Front, ce qui ne rassurera pas ceux ayant considéré ce dernier très en deçà de ce que pouvaient nous offrir les Suédois. Certes, l’on retrouve la patte si particulière du quartet, avec ses sonorités lourdes et caractéristiques d’un style qu’ils ont su forger dès la fin des années 1980. Mais rapidement, ce sont surtout les manques qui se font jour. Absence de puissance, de chaleur, de créativité. Ne cherchez rien d’innovant ici, Entombed A.D pratique toujours un death suédois empreint de rock'n’roll. Le souci c’est que cette recette qui a fait les beaux jours du groupe est désormais exécutée sans saveur, de manière clinique. Le titre éponyme ou "Total Death" parviennent encore à faire taper du pied mais c’est tout. L’auditeur ne grimpera pas au plafond, ne se déboitera pas la nuque à l’écoute des dix pièces proposées en ce début d’année 2016. Sans forcément remonter aux premiers travaux des nordiques, qu’elle semble loin l’époque où la formation envoyait tout valser avec des brûlots issus d’Uprising ou de Morning Star.

Dead Dawn montre un groupe qui donne naissance à des riffs attendus et sans beaucoup de relief. L’ennui guette et prend rapidement place. Pourtant, tout n’est pas mauvais dans cette galette. LG Petrov s’en sort avec les honneurs. Son chant reconnaissable entre mille est plutôt bien interprété. Il ne parvient cependant pas à faire que les compositions molles, un comble lorsque l’on fait référence aux Suédois, décollent. "Hubris Fall" a de quoi faire sombrer même les amateurs d’amphétamines. Une fois encore, le souvenir de pièces lourdes mais inspirées refait douloureusement surface, à l’instar de "Chief Rebel Angel". Rien de comparable à se mettre dans les esgourdes en 2016. Le son des guitares est à l’avenant, en retrait et sans éclat. Et que dire de la section rythmique qui a le plus grand mal à dynamiser l’ensemble ? Les quelques soli présents n’arrivent pas à éveiller un quelconque intérêt. Il faut se rendre à l’évidence. Entombed version A.D propose une version édulcorée de ce que son ancienne forme a su ériger par le passé. Où sont donc la fougue et la rage d’antan ? Une chose positive néanmoins. Avec ces nouveaux titres, le quartet va embarquer pour une nouvelle tournée. Vous aurez peut-être la chance de les croiser, l’énergie qu’ils dégagent sur scène est, vous pouvez être rassurés, bien supérieure à celle de ce disque.


Entombed A.D ou Entombed tout court. Un groupe qui a su marquer de son empreinte indélébile l’Histoire du metal. Sans se soucier des modes, les Suédois ont souvent su offrir des titres puissants et enthousiasmants. Dead Dawn rappellera cruellement aux plus anciens que l’apogée de cette formation semble désormais éloignée. Un grand nom qui écrit des morceaux au mieux moyens. Voici ce qu’est devenu le quartet. Sinon, avez-vous des nouvelles du sieur Hellid ? Sait-on jamais…


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 2 polaroid milieu 2 polaroid gauche 2