17352

CHRONIQUE PAR ...

3
TheDecline01
Cette chronique a été mise en ligne le 31 mars 2016
Sa note : 13/20

LINE UP

-Mike Hill
(chant+guitare)

-Fade Kainer
(chant+claviers)
 
-Evan Void
(guitare)
 
-Ben Brand
(basse)
 
-Charlie Schmid
(batterie)


TRACKLIST

1) The World is Made of Fire
2) Obsidian
3) Last Days of Sunlight
4) Deceiver
5) V

DISCOGRAPHIE


Tombs - All Empires Fall
(2016) - black metal - Label : Relapse Records



Étonnante rencontre que ce Tombs. Voici un groupe qui officie dans son style depuis 2007 avec trois albums au compteur, pas des inconnus totaux. Pourtant, ils l’étaient littéralement avant l’irruption de cet EP dans mes chastes oreilles. Intrigue et curiosité mêlant, les voilà dans la platine numérique afin de valider une découverte ou une énième indifférence.

Les débuts sont bons. "The World is Made of Fire" commence par un riff introductif qui attire l’attention de l’auditeur. S’ensuit un blast énergique, bien appuyé par une production matte et puissante, lorgnant un peu sur le death. Le riff sera repris un ton plus bas par la suite. Celui-ci est techniquement simple mais aguicheur. Surtout, il est accompagné de multiples variations et d’expérimentations aux claviers ou rythmiques. Globalement, le groupe reste sage, il ne s’agit pas d’un Arcturus ou d’un Deathspell Omega, cependant il a du chien. Il possède indéniablement une patte reconnaissable et donne envie de se plonger plus en avant dans sa production musicale. La qualité des compositions étant au rendez-vous, on se réjouit d’autant de cette originalité patente.
Originalité, le terme magique est lâché. Fort heureusement il n’est pas gâché. Tombs, avec ses presque dix ans au compteur, a acquis suffisamment de maturité pour ne pas tomber (uh uh) dans des travers coupables. Le but n’est pas de partir dans tous les sens simplement pour montrer qu’on sait partir dans tous les sens. Ici, l’expérimentation est faite fort à propos. "Last Days of Sunlight" en est une preuve directe. Batterie percussive, courts accords de guitares égrainés en arrière-plan, couches multiples et chant clair étrange. Et le tout passe, ce qui est certainement le plus intéressant dans cette performance. Les quatre minutes d’une tel exercice pourraient effrayer et ennuyer, pourtant ça tient la route, d’autant plus que la mid tempo "Deceiver" relance la machine derrière une introduction tribale.


Belle surprise et découverte que voilà. Cet EP fait regretter sa faible durée et donne envie d’écouter un album complet, signe que la cible est atteinte. Le seul défaut que Tombs concède est de céder au manque de rythme au court de ces essais. Cependant, il ne faut pas oublier que c’est aussi ça qui forge sa personnalité très marquée.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 2 polaroid milieu 2 polaroid gauche 2