17345

CHRONIQUE PAR ...

101
Dommedag
Cette chronique a été mise en ligne le 26 mars 2016
Sa note : 12/20

LINE UP

-Maxime
(chant)

-Noël
(guitare lead)

-Giovanni
(guitare rythmique)

-Johann
(batterie)

TRACKLIST

1) A Painful Lesson
2) Human, Go Fuck Yourself!
3) Surgeon Blade
4) Pandemic Deviance
5) Condemned

DISCOGRAPHIE


Devoid - ...Of Humanity
(2016) - brutal death - Label : Independent



Devoid est un groupe nantais de brutal death fondé en 2010. De fil en aiguille, le groupe a commencé à faire des concerts, puis a finalement enregistré ce premier EP. La formation rejoint donc une file de plus en plus conséquente d’artistes tricolores, parmi lesquels Benighted ou Impureza, notamment.

…of Humanity est un court manifeste de brutal death moderne : classique dans la forme, les compositions sont pourtant un minimum recherchées, et émaillées de riffs ambiancés, voire parfois, au risque d’en choquer certains, de moments plus mélodiques comme sur "Human Go Fuck Yourself!". Ce qui fait notamment la qualité de la musique des Nantais, ce sont les multiples cassures et changement de rythme donnant un aspect intriqué, qui permet à l’ensemble de ne pas s’enliser dans des slam parts, dont lesdits Nantais ne se privent pourtant pas à l’occasion. Quelques passages plus sautillants, qu’un Gutalax ou un Rompeprop ne renieraient nullement viennent encore fugacement aérer le tout, comme sur "A Painful Lesson" ou "Surgeon Blade".
Le growl, participe également à la variété de la musique, tapant dans chaque registre de façon bien éclectique, et avec une belle efficacité, rajoutant même quelques pointes de squeel bien placées à quelques reprises. L’absence de basse ne gênera personne, l’espace sonore étant bien rempli par le reste. Les connaisseurs ne manqueront pas d’apprécier le son de guitare granuleux, qui donne un charme vintage à l’ensemble, ainsi que la batterie très naturelle, avec une caisse claire bien claquante sans tomber pour autant dans le kit Tefal. De légères influences tout droit venues de chez Broken Hope ou Dying Fetus apparaissent parfois, lors des ralentissements. Bien qu’assez appuyés, ces clins d’œil ne gâchent en rien un EP court et intense, où les ralentissements très bien amenés permettent au groove de côtoyer la brutalité afin d’éviter une quelconque linéarité.


Un premier EP assez prometteur donc, qui plaira à tous les amateurs de brutal death, de 7 à 77 ans, avec une belle diversité. Devoid parvient à éviter le piège de la simple copie du travail des aînés, et propose déjà des compositions aussi efficaces que cohérentes malgré les nombreuses variations présentes dans chacune. Formation à surveiller !



©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 3 polaroid milieu 3 polaroid gauche 3