17327

CHRONIQUE PAR ...

115
Djentleman
Cette chronique a été mise en ligne le 07 juillet 2016
Sa note : 14/20

LINE UP

-Florian Gatta
(chant)

-Anthony Bertrand
(guitare)

-Romain Herouard
(basse+chant)

-Tom Leichnig
(batterie)

TRACKLIST

1) Manipulate The Oppressors
2) Global Disorder
3) I, The Shadow
4) Illusion Of Knowledge
5) Fear The Fall
6) Hold This Life
7) Beyond The Universe
8) Gaïa
9) Oceans Of Void

DISCOGRAPHIE

Purgation (2015)

Rise Of Doom - Purgation
(2015) - electro metalcore Deathcore - Label : Auto-production



Rise Of Doom. Trois mots, avec une préposition au milieu. Ca y est, on va encore avoir le droit à un de ces fameux groupes de metalcore qui se revendique de la vague moderne. Vous ne vous trompez pas, les Grenoblois de Rise Of Doom officient bel et bien dans un metalcore/deathcore des plus basiques, mais rudement efficace. Suffisant pour faire office de purgation auprès des réfractaires du genre ?

On ne va pas se le cacher, ils nous arrivent à tous d’avoir des envies inavouables de temps à autre. Pour cette chronique, prenons l’exemple culinaire. Vous conviendrez bien sûr qu’on préfèrerait manger à une bonne table, dans un restaurant gastronomique, indien, ou italien, qui nous sert des plats frais et de bonne qualité et dont on ne soupçonne à aucun moment une quelconque origine douteuse. Mais cela demande un certain coût et reste donc occasionnel. Et pour pallier à cela, de merveilleuses chaînes de fast-food se sont donc développées pour pallier à nos envies simples et rapides. Sans même parler de la multinationale américaine la plus connue, ou de notre firme nationale qui se dit « rapide », on peut se référer à une chaîne tout aussi connue vendant sandwichs et salades, dont le nom désigne le métro aux Etats-Unis. Vous l’avez tous, c’est bon, on peut y aller ?
Prenez votre temps et dégustez votre mets sur place. Installez-vous pour trente-quatre minutes avant de retourner au boulot. Ce qui est bien ici, c’est que vous savez d’avance ce que vous allez manger, car tout est préparé devant vous. Dès que vous aurez mordu dans votre pain, vous sentirez la sauce électro dubstep, épaulée par un synthétiseur, qui vous accompagnera tout au long de l’album. Aucune surprise quand vous croquerez à nouveau et découvrirez la salade du chant clair, qui n’apporte pas grand-chose et qui a plus tendance à rester coincée dans votre dentition et votre palais plutôt que de descendre dans votre gosier. Aucun étonnement non plus au moment où vous plantez vos dents dans les juteuses tranches de tomate breakdown parsemées de façon régulière ("Global Disorder" à 2’20, "Fear The Fall" à 2’49 et "Hold This Life" à 3’54) et essentielles à la digestion.
Alors oui, rien ne ressemble plus à un sandwich qu’un autre sandwich, même sans être grand connaisseur. Mais il faut avouer que celui-ci a du groove et du punch. Et son pain-guitare, bien que blanc et sûrement industriel vous redonnera un bon coup de fouet si ce n’est un orgasme gustatif, du moins au début. La viande-riff, bien qu’en maigre quantité peut s’avérer parfois suffisante pour vous satisfaire, même s’il vous arrivera de tomber sur un morceau sans ("I, The Shadow"), sûrement dû au fait que vous en ayez tiré la majeure partie à la bouchée d’avant ("Global Disorder"). Néanmoins, et malgré quelques ingrédients impromptus comme un jalapenos speedcore qui se balade en plein milieu de "Hold This Life", vous savez qu’en sortant de là, dans les deux-trois heures qui vont suivre, la sensation de faim va vous saisir de nouveau.


En résumé : c’est bon, mais c’est pas original. Ne vous leurrez donc pas : Rise Of Doom est un dérivé de Betraying The Martyrs mais, de mon avis personnel, un ton au-dessus. A l’inverse des Parisiens, les Grenoblois vont au plus efficace, ne rajoutant pas trop de superflu et ne tombant pas sans cesse dans le cliché totalement aberrant qui fait mauvaise réputation au genre. Il ne faut donc pas s’attendre à quelque chose de révolutionnaire, mais vous saurez apprécier à l’occasion cet album permettant d’évacuer et relâcher les pulsions qui vous assaillissent.



©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 5 polaroid milieu 5 polaroid gauche 5