17326

CHRONIQUE PAR ...

97
Winter
Cette chronique a été mise en ligne le 08 mars 2016
Sa note : 10/20

LINE UP

-Johanna Charlotte Wessels
(chant)

-Timo Somers
(guitare)

-Merel Bechtold
(guitare)

-Martijn Westerholt
(claviers)

-Otto Asueer Jacob Baron Schimmelpenninck van der Oije
(basse)

-Ruben Israël
(batterie)


TRACKLIST

1) Suckerpunch
2) Turn the Lights On
3) Don't Let Go (new version)
4) Lullaby (Live 2015)
5) Stardust (Live 2015)
6) Here Come the Vultures (Live 2015)
7) Army of Dolls (Live 2015)
8) Suckerpunch Orchestra



DISCOGRAPHIE


Delain - The Lunar Prelude (EP)
(2016) - metal symphonique - Label : Napalm Records



Déjà un peu échaudé par la baisse notable d’intensité et d’envie entre We Are the Others et The Human Contradiction, je regarde ce Lunar Prelude et sa pochette façon groupes chiants d’un œil torve. L’EP sent ma méfiance et se braque : « Hé quoi ! C’est pas de ma faute, on m’a fait comme ça !» Résultat des courses : je rédige cette chro en écoutant Misþyrming.

Ce n’est pas une question de style, j’aurais pu écouter Lana del Rey à la place, c’est une question d’envie. Ces EP à la structure standard commencent à me gonfler. Deux titres nouveaux, une version nouvelle d’un titre existant et des titres live. Soupir. Gros soupir. Alors, allons-y. Aucun des deux nouveaux titres n’est fabuleux. "Suckerpunch" et ses claviers initiaux rappelant davantage Début de Soirée que Van der Graaf Generator font le boulot dans un style ultra-méga-accessible, avec un refrain chewing-gum que tu te surprends à fredonner involontairement. "Turn The Lights Out" endort. Charlotte chante juste, comme toujours, mais on ne la sent pas über-passionnée. On ne sent personne über-passionné. Prétendre que la version de "Don’t Let Go" - morceau à la Theatre of Tragedy, disponible sur la version « deluxe » de The Human Contradiction - est nouvelle reviendrait à dire que les albums récents de Fear Factory sont différents. Quant aux titres live… Ils sont propres. Lisses. Fades. La version orchestrale de "Suckerpunch" ? Vous voulez vraiment savoir ce que j’en pense ? On croirait le générique de l’Agence tous risques.

Alors bon, le résultat n’est pas désagréable, mais franchement. Franchement. On va dire que les artistes doivent gagner leur vie comme tout un chacun et se voient donc dans l’obligation de sortir des choses dispensables. Ça va comme ça ? Allez, après Misþyrming, je me refais un coup de We Are The Others.



©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 4 polaroid milieu 4 polaroid gauche 4