17249

CHRONIQUE PAR ...

109
S1phonique
Cette chronique a été mise en ligne le 15 janvier 2016
Sa note : 15/20

LINE UP

-M.
(chant)

-T.
(guitare+basse)

-D.
(batterie)

TRACKLIST

1) ...To drown This World
2) Devotion to the Cosmic Chaos
3) Titans
4) Calls from Below
5) Abysshex
6) Diluvial Ascension - Gateway to the Antisphere
7) He Is the Gate
8) Seventy Steps
9) Onwards... Towards Kadath!
10) Into the Courts of Azagthoth
11) Conclusion

DISCOGRAPHIE


Sulphur Aeon - Gateway To The Antisphere
(2015) - death metal Palier de compression - Label : Imperium Productions



Vous avez pu reprendre votre souffle ? Il était bon le Swallowed By The Ocean's Tide ? Fatigant, épuisant même, mais aussi très jouissif ? Et bien commencez à vite respirer large et grossir les poumons de la bonne brise marine iodée du coin, car le trio teuton est de retour pour vous replonger la tête et tout le reste de la carcasse jusque dans les haut fonds. Voici Sulphur Aeon II le retour. Titre de l'épisode : Gateway To The Antisphere. En avant les suffocations, compressions et autres oppressions si plaisantes à la mort musicale.
 
L'une des plus belles surprises death de l'année 2013 était la découverte d'un trio de minots qui balançait un death  « pachydermique » et digne des grandes heures d'un « Ange Morbid » qui aurait troqué ses ailes pour des nageoires en nous tirant au plus profonds des océans. Si certes le groupe était comme bon nombre de ses confrères inspiré par les « bébêtes lovercraftiennes », la mandale musicale du concept album était bien une réalité, et il n'y avait à vrai dire pas grand chose à jeter sur ce premier opus tant la qualité était de mise : de l'artwork aux compositions, en passant par la réalisation et le concept. Dans ces cas là, on espère bien évidemment que la deuxième release soit au moins aussi bonne que le vrai beau cadeau empoisonné pour le groupe : sortir une référence (au moins sur l'année 2013).
Et histoire de ne pas se noyer de suite dans les comparatifs des deux albums, annonçons d'emblée que le groupe reprend la formule gagnante de bout en bout. Ainsi donc pour qui aura aimé se prendre dans la tronche une intro puissante de mise en condition, suivie d'une tempête déchaînant les riffs rugissants et une rythmique lourde, monumentale et massive dans laquelle quelques mélodies (si si) émergent, alors « welcome aboard ». Évacuons rapidement l'artwork, d'apparence sublime et collant toujours parfaitement au thème pour s'introduire dans un "... to drown this world" oppressant d'entrée et ouvrant les cinquante minutes d'apnée musicale.
Le groupe compose en effet de la même façon et "Devotion to the Cosmic Chaos" plonge son auditeur dans son puissant death, pas forcément original, mais parvenant largement à se détacher de la masse grâce à une maligne utilisation des ambiances et de suintantes mélodies. Au delà de la facile brutalité ou d'une technique aisément mise en avant, le trio prend son temps, quitte à se noyer dans le registre. Une fois les repères (rapidement) pris sur les premiers titres renvoyant au bon souvenirs du premier album, la triplette "Abysshex", "Diluvial Ascension - Gateway to the Antisphere" et "He Is the Gate" donne le meilleur pour finir en une agréable roue libre. Le groupe remet le couvert et sort indubitablement vainqueur une deuxième fois par KO.

Sulphur Aeon vient remettre une branlée à tout ceux qui s'était laissés prendre au jeu de Swallowed By The Ocean's Tide. Puissant, ultra massif, atmosphérique et mélodique, le death des Allemands est de très haute qualité. La seule critique facile serait finalement de rapprocher celui ci du premier en y voyant une infime baisse de régime. En tout cas, plus de neuf mois suivant cette sortie, les deux albums tournent encore de mon coté régulièrement. Certes, ça vaut ce que ça vaut, mais ce type de death, moi, humble S1phonique, je recommande.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 7 polaroid milieu 7 polaroid gauche 7