17243

CHRONIQUE PAR ...

109
S1phonique
Cette chronique a été mise en ligne le 04 janvier 2016
Sa note : 15/20

LINE UP

-Eva
(chant)

-Invoker
(chant+guitare)

-Nick
(guitare+basse)

-Darien
(claviers)

-Jim
(batterie)


TRACKLIST

1) The Inception
2) Spawn of Nemesis
3) Shattered Idols
4) Invoking the Hunter
5) Dark Things of the Desert
6) Children of Perdition
7) Torrents of Blood
8) Fear of Heavens
9) Clash of Immortals
10) Fields of Carnage

DISCOGRAPHIE


Dimlight - The Lost Chapters



Voici déjà le troisième album pour ce groupe plutôt inconnu du grand public. Pourtant Dimlight a déjà bien roulé sa bosse : pour avoir ouvert pour des groupes comme Arch Enemy ou Septic Flesh et Rotting Christ et sorti deux albums. On appréhende ainsi un peu le genre pratiqué par le combo grec. En route pour un concept album d'une quarantaine de minutes.

Que pouvait donc proposer Dimlight après le départ de leur chanteuse Sanna Salou au sortir d'un deuxième album Psychosunthesis méritant et leur permettant de se faire une place dans le catalogue grec du gotho-death ? La réponse se fait point par point : d'abord, l'arrivée de la charismatique Eva Fourlanou (ça c'est un nom qui a du pénétrant) puis un roman musical (ou album romanesque selon le point de vue) inspiré des légendes égyptiennes. En effet histoire de pousser le concept un peu plus loin, le groupe propose de disposer d'un roman illustrant le concept de The Lost Chapters. Tenons-nous en à la musique même si le prolongement et l'exercice artistique se révèle plutôt intéressant.(preuve en est le sold out du coffret).
Ainsi et en dix titres le groupe va nous conter l'histoire d'une Egypte décadente et du combat des dieux pour se sauver d'elle-même et de sa perdition. Halthor magnifique déesse mère Amour remportera finalement le combat au prix d'épiques batailles et de stratégies belliqueuses notables. Et le récit peut s'appuyer sur un panel conséquent d'ambiances et de strates musicales plus ou moins complexes aux fortes fondations death ascendant grec pour le genre. Les ambiances sont bien évidemment l'une des matières premières de l'œuvre mais s'imbriquent naturellement dans l'ensemble compact que constitue l'album. 
La qualité d'écriture est réelle et permet à l'album non seulement de s’appréhender en une unique œuvre mais aussi d'extraire les chansons de manière autonome. Les nombreux traceurs death, symphonique, et mélodique œuvrent ensemble vers un contentement simple mais entier de son auditeur. L'un des derniers éléments permettant de sortir l'album du lot des nombreuses sorties réside dans l'apport formidable et remarquable de Eva. Clairement la tessiture très spéciale de la vocaliste ne laissera pas de marbre (antique) et fera vite pencher la balance à plaisir de l'auditeur dans un sens ou dans l'autre. Les medium et graves puissants naturels de la chanteuse donnent une dimension supplémentaire à chaque composition et contribue également à forger une identité forte au groupe. 
Au final l'ambition n'est pas tronquée et le résultat de qualité : que ce soit la rythmique dont une batterie puissante et maligne , des riffs inspirés et justes (parfois même déjà vu comme un "Invoking the Hunter" tanguant délicieusement sur le gojiresque "Flying Whales") ou des interventions parlées très théâtrales et tout à fait dans le concept, The Lost Chapters est une superbe découverte 2015. Seul bémol,  la production semble en deçà et amenuise finalement la puissance globale du résultat soit par une atmosphère réduite soit par un mixage lissant les instruments alors qu'on aurait préféré selon le tempo des mises en avant plus affinées. Ce point ne lèse cependant pas le résultat mais reste dommage. 


Eva : on déteste ou on adore ! Du coup Dimlight , The Lost Chapters : on déteste ou on adore. L'identité propre du groupe en raison notamment de la tessiture de la chanteuse donne une identité forte au groupe. La qualité des compositions et la réalisation du concept participent également à la réussite globale de ce troisième album. D'abord sorti chez Five Starr Records puis, grâce au succès  depuis début 2016 chez Sliptrick Records, Dimlight poursuit son chemin vers la reconnaissance.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 1 polaroid milieu 1 polaroid gauche 1