17204

CHRONIQUE PAR ...

109
S1phonique
Cette chronique a été mise en ligne le 20 mars 2016
Sa note : 12.5/20

LINE UP

-Thomas Wouters
(chant+guitare)

-Bram Hilhorst
(guitare)

-Mathieu Westerveld
(basse)

-Quint Meerbeek
(batterie)

TRACKLIST

1) Hell March
2) The Dark Age
3) Saxon Victory
4) Dawn Of Defeat
5) The Last Crusade
6) Prince Of Wallachia
7) Storming Revolution
8) Firing Squad
9) Wolfpack
10) Death By Fire
11) Slaves Of War (Bonustrack)

DISCOGRAPHIE


Bodyfarm - Battle Breed
(2015) - death metal - Label : Cyclone Empire



Octobre 2015 :Youpi le promo du dernier Bodyfarm arrive dans les listings des promos proposés par les labels. Youpi je vais pouvoir découvrir ce bon son bourrin comme je l'aime...
Mars 2016 : Voilà quatre mois maintenant qu'il traîne dans mon baladeur ; il serait temps d'écrire quelques mots sur cette sortie, par politesse , par respect pour le groupe. Hélas , le temps passé et la difficulté à exprimer mon ressenti pourraient suffire à finalement décrire ce Battle Breed.

Malevolence avait retenu l'attention avec ce savoir-faire traditionnel. Ces artisans du death connaissent leur métier et arrivaient alors, après un EP formel,  à faire savoir au monde entier que la Hollande ne se réduit pas au cliché culinaire, floral, "cannabis-sale" ou électromusical...  - tous les trucs en « _al » qu¡on trouve dans leur ville en « _am » dans l'autre pays du fromage. Le successeur The Coming Scourge, muscle le jeu et permet définitivement au groupe de convaincre sur son savoir-faire; mais même si le style est maîtrisé, le combo rentre gentiment dans le rang. "Hell March" ouvre le nouvel album. Celui ci, composé par l'un des membres de Carach Angren, pose une forte ambiance très bien orchestrée et installe durant une minute l'atmosphère nécessaire à l’appréhension des dix titres à venir, respectant les trois quart d'heure syndicaux d'un album type. "The Dark Age" prend le relais et démontre ou rappelle immédiatement les capacités du groupe. C'est même peut être l'une de leurs meilleures compositions et devrait devenir l'un des titres forts du registre du groupe hollandais.
Le riff d'entrée envoie une mandale à l'auditeur et promet de belles minutes à venir. Malgré une impression de transition maladroite entre les riffs, les couplets et le refrain facilement mémorisable, on se dit que le groupe a capitalisé sur son expérience acquise, et propose ici le récurent album de la maturité. Pourtant, les titres suivants, même s'ils alternent les différents tempo -  bourrin sur "Death By Fire ", plus  ralenti pour alourdir l'ambiance sur "
Wolfpack" - ne tirent pas plus que ça leur épingle du jeu. Tous les ingrédients sont théoriquement présents. Le groupe balance son death moderne de la bonne manière et avec la manière. Malheureusement et malgré de multiples écoutes, reste cette fichue impression d'écouter une musique honnête et sincèrement composée et jouée, qui pourtant ne se sublime pas ou ne se détache pas de l'océan des titres de genre. La critique n'est pas facile et la sympathie réelle épargne tout de mème la catégorisation du combo dans les photocopies du death metal. La note moyenne s'impose.


Battle Breed
le nouvel album de Bofyfarm n'est pas une déception car la musique proposée est de bonne qualité et est jouée de la meilleure des manières. Force et de constater qu'une fois la joie de la découvert passée, on ne retourne pourtant que très peu voire pas du tout vers cette nouvelle mouture. Si l'exercice studio ne permet pas au groupe après trois albums de sortir du lot, reste à découvrir la formation sur scène. Bodyfarm n'est ni bon ni mauvais, mais j'aimerais écouter enfin de quoi les placer dans les bons, les brutes et les truands du death.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 5 polaroid milieu 5 polaroid gauche 5