17200

CHRONIQUE PAR ...

126
Magmahot
Cette chronique a été mise en ligne le 17 novembre 2015
Sa note : 2/20

LINE UP

-Eddie Hermida
(chant)

-Chris Garza
(guitare)

-Mark Heylmun
(guitare)

-Dan Kenny
(basse)

-Alex Lopez
(batterie)

TRACKLIST

1) Sacred Words 
2) Inherit The Crown (live) 
3) Cease To Exist (live) 
4) Sacred Words (live) 
5) Sacred Words (We Are Strong Remix) 
6) Sacred Words (instrumental) 

DISCOGRAPHIE


Suicide Silence - Sacred Words (EP)
(2015) - death metal metalcore deathcore - Label : Nuclear Blast



Sniff, sniff… Vous la sentez ? Cette sainte odeur de bouse de cheval ? Oui, moi aussi, ne vous inquiétez pas, vous n'êtes pas les seuls. En fait, ce n'était pas mon cas au début, j'avais juste une odeur assez acide qui me parcourait les narines, laissée par le dernier You Can't Stop Me, j'ai donc appréhendé cet EP avec un esprit plutôt curieux. Il ne peut pas être aussi mauvais que le dernier album, non ? NON ?

Alors, on ne va pas y aller par six chemins : si, il l'est. Évitez cet EP comme la peste, vous n'en serez que déçus, et ceci par sa qualité globale et par le maigre contenu qui y figure. Maigre est d'ailleurs un doux euphémisme tant le groupe se fout de la gueule du monde. Car même si techniquement, l'EP propose six morceaux, ce qui est plutôt raisonnable pour ce format, en réalité je dirais qu'il n'en propose qu'un seul, à savoir "Sacred Words". Le reste ? Jugez par vous-mêmes en jetant un coup d'œil à la track-list : deux titres du Ô combien réussi dernier album exécutés en concert ("Inherit The Crown" et "Cease To Exist" pour les masochistes), suivis par une version live du fameux "Sacred Words", ainsi qu'un re-mixe et une déclinaison instrumentale de ce même morceau. Vous sentez bien l'arnaque, pas vrai ? On se demanderait presque si le premier avril n'a pas été avancé sans qu'on le sache.
Musicalement parlant, le morceau "Sacred Words" ne casse pas trois pattes à un canard et ne justifie absolument pas l'existence de l'EP à lui seul, le deathcore joué est le même que le groupe s'évertue à reproduire depuis The Black Crown ; la musique est très générique et codifiée, surtout pour une oreille habituée au genre (d'ailleurs, j'aurais juré avoir déjà entendu le groupe jouer ce breakdown quelque part). Le re-mixe est de mauvais goût pour le public visé (non ?), la version instrumentale anecdotique et quant aux deux titres du dernier album, déjà très mauvais en version studio, imaginez alors le massacre quand ils sont joués en concert. Tout est donc à jeter sur cet EP, on se met même à regretter la musique produite par le groupe sur The Cleansing et sur No Time To Bleed, surtout que les cris aigus de Eddie Hermida sont beaucoup trop sollicités et énervants à force.

Conclusion ? Ma théorie est que les membres du groupe ont eu besoin de se refaire de l'argent, et donc au lieu de rentrer en studio et composer de la musique, ils ont préféré ne produire qu'un seul morceau, l'envoyer au DJ du coin et faire péter le magnétoscope lors de leurs concerts. Je plains vraiment quiconque oserait dépenser de l'argent pour acheter la chose. Un foutage de gueule comme on en voit rarement dans le milieu.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 7 polaroid milieu 7 polaroid gauche 7