17183

CHRONIQUE PAR ...

109
S1phonique
Cette chronique a été mise en ligne le 03 novembre 2015
Sa note : 12.5/20

LINE UP

-Cyprian Lakomy
(chant)

-Leszek Szlenk
(guitare)

-Piotr Steppa
(guitare)

-Marcin Rybicki
(basse)

-Dawid Bytnar
(batterie)



TRACKLIST

1) Postmodern Postmortem
2) Dystopian
3) Der Hellseher (I Have a Dream)
4) A Wolf I Remain
5) Liepaja
6) The Fullmoon Strain
7) Chainclad 
8) No
9) The Grim Muse
10) Gravitate Towards the Unknown
11) The Becoming

DISCOGRAPHIE

The Grim Muse (2015)

In Twilight's Embrace - The Grim Muse
(2015) - death metal - Label : Arachnophobia Records



La musique n'a pas de frontières. Sur ce superbe cliché débile, introduisons le troisième album de In Twilight's Embrace sorti chez Arachnophobia Records, ou l'art de faire du death metal à la suédoise lorsque l'on est originaire de Poznan en Pologne et que ça ne se devine absolument pas à l'écoute du disque.

Suédois jusqu'au bout des doigts, des partoches et des invités, car Tomas Lindberg d'At The Gates vient pousser le growl sur le titre éponyme. C'est d'ailleurs par celui-ci que débute l'écoute de l'album, à la lecture de l'information sur le kit de presse. Aucune surprise ni déception, le death mélo-punchy du groupe est maîtrisé. Les presque six minutes du titre laissent un premier perçu sans arrière-goût de « chiantise » latente d'un énième combo photocopiant plan sur plan les cousins nordiques. Une fois rassuré, ou du moins non réfractaire, c'est tout naturellement qu'on passe la piste 1 pour une écoute « normale ». "Postmodern Postmortem" vaut très bonne introduction pour l'album, certes celle-ci traîne du long de ses quasi trois minutes, mais cet LP approchant les cinquante, le ratio est acceptable. Riffs plaqués et ambiance atmosphérique massive préparent l'auditeur à The Grim Muse.
Si le groupe a souhaité rendre hommage à toute l'histoire du death (voire du mélodeath) suédois des nineties, alors le résultat est de qualité car, en dix titres, la formation polonaise balaie pratiquement toutes les références du pays : tantôt mélodique à la In Flames (époque feu et pas reste de braises) ou le déjà lu At The Gates, tantôt directif et bien plus pesant et agressif façon Entombed sur les titres les plus joyeux si cela fusse possible. Mais les Polonais envoient aussi quelques touches Arch Enemiennes sur certains plans relativement mélodico-modernes. La prestation vocale de Monsieur Lakomy est remarquable, le bonhomme se permettant de varier d'un titre à l'autre et de couvrir un panel assez large, faisant démonstration de la maîtrise des registres. Aussi, avec une production honnête, on peut à loisir profiter des morceaux.
De toutes façons, chacun se fera son idée sur les références musicales, mais force est de constater que depuis que le groupe bourlingue (deux albums sont déjà sortis auparavant), celui-ci a fini par rôder le son qu'il souhaitait restituer et que l'évidence scandinave se nourrit également de quelques variables américaines infimes. C'est peut être cette subtilité sporadique qui permet aux musiciens de garder l'auditeur collé aux baffles de son lecteur ; subtilité également accompagnée par moments de quelques relents black (le très puissant "No"), malins et agréables. Les musiciens sont bons, le chanteur également, les compositions inspirées et influencées, la production suffisante, mais au final, on peut se demander si l'album sortira de la masse conséquente des productions death (quel que soit le type) proposées chaque année. S'il était sorti il y a vingt ans, le sentiment aurait bien évidemment été différent.

Difficile conclusion : The Grim Muse est un bon album. Si on tombe dessus, on le garde et on l'écoute de temps en temps. Mais il n'y a aucun dommage à passer à côté au regard du nombre de sorties de ce genre proposées chaque année en plus du nombre conséquent de références de qualité déjà disponibles. Les quelques petits plus ne sont pas suffisants pour franchir le palier de la « masse metal ». Si vous cherchez une bon disque de musique extrême joué par un groupe polonais en 2015, mieux vaut se tourner vers le black et la dernière release de Mgla.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 4 polaroid milieu 4 polaroid gauche 4