1717

CHRONIQUE PAR ...

3
TheDecline01
Cette chronique a été importée depuis metal-immortel
Sa note : 16/20

LINE UP

-Rocky « Le salaud » Tovski
(chant)

-Bob Morlock
(guitare)

-Roger Deluxe
(basse)

-The magnificent Kiki
(batterie)

TRACKLIST

1)Instrument.1
2)Evil Clutch
3)On The Road
4)Good Boy
5)Tongue Runner
6)The One Who Follows
7)The Tiger Flamboyant
8)Instrument.2
9)Gazoline, Vodka And Hot Bullets
10)Leather Boots Blues
11)Oh Lord, Be My Beast!

DISCOGRAPHIE


Houston Swing Engine - The Tiger Flamboyant
(2006) - rock hardcore - Label : At(h)ome Ronald Reagan



3 ans après un magnifique The Smell Of Horses, Houston Swing Engine le groupe de rock suisse nous revient après quelques péripéties avec un nouvel album. La première question qui vient immédiatement à l'esprit après le sur-le-cultant précédent album est bien évidemment « Ne se sont-ils pas petit suicidés sur cet album ? » (désolé pour la running joke terriblement mauvaise, mais ô combien jouissive). Avant d'apporter la réponse à cette question il vous faudra juste savoir que nos amis n'ont pas changé leur style d'un iota. Au moins la comparaison sera facile !

Comparaison facile ? Oui, dans le sens où on peut rapprocher les styles. Comparaison facile pour dire lequel des 2 est le meilleur, voilà une analyse qui sera plus compliquée. Car oui, coupons court à tout suspense post hollywoodien, ces incroyables suisses effrontés ont eu le culot de livrer une deuxième galette qui navigue dans les mêmes eaux territoriales que sa première tant au niveau du style pratiqué (facile), mais aussi au niveau de la qualité des compositions (nettement plus difficile) ! Et nous, on fait comment avec ça sur les bras ? Hé bien on se contente de les féliciter et de décortiquer ce deuxième superbe effort.

Déjà, la musique jouée se confine toujours dans la sauce rock/metal/hardcore du premier album. Premier point. Deuxième point, l'intro est juste terrifiante tant elle est bonne. Une instrumentale qui va en bananer plus d'un car c'est de la classe internationale dont il s'agit là. Guitare, basse, batterie en fusion absolue pour proposer un groove à castagner ses murs de bonheur. Honnêtement, rarement intro n'aura autant réjoui. Le ton de l'album est clairement donné en tout cas. Tellement qu'on pourrait craindre la baisse de régime ...

... qui n'arrive pas. Ou si peu. Car quand on part de si haut, on ne peut que tomber à moins d'être juste le dieu unique incarné dans un musicien/compositeur. Mais ça n'existe pas. On se contentera donc d'humains avec leurs faiblesses et surtout leurs forces. Car la "Evil Clutch" qui s'enchaîne directement après ce premier instrumental envoie du bois sévère et retourne ceux des plus grands cerfs (de bois). En un peu moins bon toutefois, il faut être clair. Mais ce n'est pas grave car d’extatique on retombe à une musique seulement réjouissante. Amateurs de rythme, de groove en tous genres, posez vos oreilles attentives sur cet album qui est une ode à la patate et à l'explosion. Difficile de ne pas se sentir exalté lorsqu'on écoute le disque à plein volume (très conseillé).

En fait, on retrouve toutes les qualités du premier album à savoir des parties instrumentales d'une inspiration peu commune qui tapent toujours là où ça fait du bien et qui donnent envie de continuer toujours plus en avant dans les chansons. Toujours cette batterie aux parties diaboliquement entraînantes et cette basse toujours mise suffisamment en avant pour prendre son pied à l'écoute de son groove. En plus, ils se la jouent même montée en puissance kitue sur "Leather Boots Blues", turbo sympatoche.

Peut-être trouverez-vous un manque d'objectivité et d'objection dans cette chronique, mais vraiment, écoutez cet album pour vous faire une idée si vous êtes un amateur de rock bien couillu ou de musique énergique tout simplement. Car l'essayer c'est l'adopter. Ces jeunes gens ont en effet compris le fondement de leur musique, soit l'éclate permanente et ne se fixer aucune limite dans l'écriture (tout en restant dans les frontières de leur genre de prédilection) pour sonner unique et excellent.

Des changements depuis le premier album ? Une utilisation plus grande du chant clair (tant mieux), une maîtrise instrumentale plus grande (même si de toute façon elle était déjà plus que correcte dès le premier album). En tout cas, on ne sent pas les trublions plus posés, c'est fort heureux lorsqu'on parle de rock, ni en panne d'inspiration. La production a peut-être gagné en clarté et puissance, mais ça reste diffus. En fait, ce disque est une suite logique de The Smell Of Horses. Son rejeton logique et indispensable. A la limite, on pourrait écouter les 2 à la suite sans ressentir de cassure. Ce serait fluide.


Mais n'allez pas croire qu'il y a de la redite. Car si les 2 disques proposent le même style de musique, les chansons sont suffisamment variées, les riffs suffisamment inventifs et les idées suffisamment nombreuses pour vous tenir en haleine tout au long des 2 galettes. Dans le style qu'ils pratiquent, les Suisses grignotent dans tous les recoins pour cuisiner une tambouille qu'elle est bien bonne. Et pour ne pas départager leur premier de leur 2e album, celui-ci aura la même note. Encore une fois, c'est bingo !


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 3 polaroid milieu 3 polaroid gauche 3