17161

CHRONIQUE PAR ...

106
Belzaran
Cette chronique a été mise en ligne le 18 octobre 2015
Sa note : 13/20

LINE UP

-Thomas Winkler
(chant)

-Paul Templing
(guitare)

-Christopher Bowes
(claviers)

-James Cartwright 
(basse)

-Ben Turk
(batterie)

TRACKLIST

1) Infernus Ad Astra
2) Rise of the Chaos Wizards
3) Legend of the Astral Hammer
4) Goblin King of the Darkstorm Galaxy
5) The Hollywood Hootsman
6) Victorious Eagle Warfare
7) Questlords of Inverness, Ride to the Galactic Fortress!
8) Universe on Fire
9) Heroes (of Dundee)
10) Apocalypse 1992
11)
Dundax Aeterna

DISCOGRAPHIE


Gloryhammer - Space 1992 : Rise Of The Chaos Wizards
(2015) - heavy metal speed metal heroïc fantasy power metal - Label : Napalm Records



Le power metal est mort. En tout cas, il agonise. Les grosses écuries sortent des albums à la médiocrité évidente et la relève ne cesse de se faire attendre. Alors quand tout est perdu, certains groupes décident de sortir des albums sans prétention, façon fast-food pour satisfaire les fans en manque, qui se repassent en boucle des morceaux des années 90 en pleurant sous leur couette. Gloryhammer est là pour leur apporter un peu de bonheur dans leur morne vie. Haut les cœurs, camarades, on part en guerre !

Comme un signe, les Britanniques ont appelé leur album Space 1992 : Rise Of The Chaos Wizards. Belle année pour le metal que 1992, alors que le genre avait encore tout à bâtir. Après une mythologie écossaise, voilà que l’espace sert de thème au groupe. On oubliera vite "Infernus Ad Astra", instrumental assez lamentable, pour commencer avec le morceau éponyme, de belle facture. Si les chœurs du début rappellent un peu trop Rhapsody Of Fire, le morceau se fait accrocheur, façon power metal mid tempo. Les lignes de chant sont catchy, avec un beau timbre de voix rugueux, et le refrain fait mouche. Bref, Gloryhammer fait le boulot. Et tout l’album est du même acabit. En cela, aucune surprise, le groupe continue sur la lancée de son premier album. C’est dommage, car on espérait plus de surprise. Heureusement, les Britanniques ont su garder une vraie qualité générale sur l’album, les morceaux n’étant jamais mauvais ou médiocres. L’homogénéité de l’ensemble permet au groupe de maintenir l’intérêt de l’auditeur jusqu’au bout.
Hélas, le groupe maintient ses défauts et ses erreurs. Les guitares restent complètement en retrait, sortant des rythmiques convenues uniquement pour les soli (plutôt réussis par ailleurs). Enchaînant les mid tempo sans varier les recettes, Gloryhammer se répète, utilisant sa formule gagnante jusqu’au bout, au risque de lasser. Heureusement, l’énergie déployée et le chant de qualité suffisent à maintenir l’intérêt et l’accroche. En cela, le groupe se situe dans la veine de combos comme Edguy, dont les guitares sont finalement anecdotiques face aux lignes de chant. Seuls deux morceaux viennent bouleverser un peu l’ensemble. "Universe Of Fire", morceau de boîte de nuit, apporte par sa rythmique une vraie fraîcheur (même si, en soit, ce sont les mêmes gimmicks que l’on retrouve). Gloryhammer nous apporte également une nouvelle fois un morceau au long cours, "Apocalypse 1992" qui, sans être transcendant, est plutôt réussi. Quel dommage que cet aspect progressif ne soit pas distillé plus généralement à l’album.


Space 1992 : Rise Of The Chaos Wizards a tout de l’album vite consommé. Accrocheur rapidement, il gagne en maturité avec les écoutes où l’on se surprend à vouloir scander les refrains. Mais son côté calibré et consensuel le destine inévitablement à l’oubli. Ceci dit en matière de power metal, étant donné le néant actuel, cela vaut le coup d’y jeter une oreille pour quelques écoutes de plaisir coupable.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 1 polaroid milieu 1 polaroid gauche 1