17160

CHRONIQUE PAR ...

106
Belzaran
Cette chronique a été mise en ligne le 17 octobre 2015
Sa note : 13/20

LINE UP

-Yakir Shochat
(chant)

-Yuval Kramer
(guitare)

-Guy Ben David
(guitare)

-Elad Manor
(basse)

-Maayan Henik
(batterie)

TRACKLIST

1) From Parts Unknown (Intro)
2) Rise Of The Hammer
3) I Live For This Shit
4) Spoils Of War
5) Ready To Roll
6) Raise Some Hell
7) Blackened Blade
8) Let It Roar
9) Ode To Ares
10) Altar Of Pain
11) Blood And Fire
12) Saturday Night Circle Pit Fight
13) Road To Hell

DISCOGRAPHIE

Steelcrusher (2014)
Built For War (2015)

Hammercult - Built For War
(2015) - death metal thrash metal avec un chant black - Label : SPV Steamhammer



Groupe de live par excellence, Hammercult développe un mélange détonnant de thrash, de death, de heavy et de black metal. Tout en énergie et en rythmes endiablés, ils avaient su montrer l’étendue de leur talent avec leur deuxième album, Steelcrusher. À peine un an après, ils reviennent en force avec Built For War. Et pas question de changer d’un iota la recette de leur succès…

"From Parts Unknown" est une introduction complètement en décalage avec le reste, façon metal épique à violons. Or, la musique des Israéliens est avant tout rugueuse et sans fioriture. On passe donc aux choses sérieuses avec "Rise Of The Hammer", un morceau bien plus symptomatique du groupe. Tempo effréné, sentiment d’urgence, refrain scandé en chœur et solo inspiré sont au programme. Le groupe mélange avant tout le thrash et le death dans leurs versions les plus véloces. Le tout est saupoudré d’un chant black plein d’attaque. Hammercult est un groupe jeune qui mise beaucoup sur l’énergie. La plupart des morceaux dépassent à peine les trois minutes et vont à l’essentiel. Mais le groupe a du métier et maîtrise bien ses fondamentaux. Peut-être trop, puisque les morceaux vont un peu tous dans le même sens et que l’on a l’impression d’avoir une redite point par point de l’album précédent. Quel est alors l’intérêt de cette nouvelle galette ? Car il est évident que cet album, la surprise en moins, est quand même moins emballant que le précédent.
Au milieu des morceaux formatés, Hammercult essaie quand même d’apporter un peu de variété, même si cela reste léger. La première partie de l’album passe ainsi en trombe, sans respiration. Seule "Ready To Roll" apporte un peu de mélodie supplémentaire pour accrocher l’auditeur. "Ode To Ares", court instrumental au calme souverain, permet enfin d’entendre autre chose que des riffs à 200 km/h. Quelques morceaux possèdent bien de larges parties en mid tempo ("Let It Roar"), mais le groupe a oublié de nous laisser quelques respirations. Du coup, l’album est trop long et répétitif. Avec trois morceaux de moins, il aurait été bien plus percutant. Surtout que la production est moins intéressante que le précédent effort des Israéliens. Steelcrusher possédait un son qui mettait en valeur la basse. Or, la basse est la grande perdante de ce nouvel opus. Elle est beaucoup plus discrète, tant dans le mix que dans les morceaux. Et par là-même, c’est Hammercult qui perd une de ses caractéristiques.


Avec Build For War, Hammercult confirme ses qualités. Énergique, véloce et produisant un mélange des styles détonnant, il n’en reste pas moins que cet album est moins bon que le précédent et, déjà, le groupe peut commencer à lasser. Trop monolithiques dans leur démarche, les Israéliens vont devoir arriver à apporter quelques touches d’innovation s’ils ne veulent pas tourner en rond. Il faudrait peut-être se poser un peu et ne pas produire un nouvel effort dès 2016...


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 4 polaroid milieu 4 polaroid gauche 4