17154

CHRONIQUE PAR ...

126
Magmahot
Cette chronique a été mise en ligne le 10 octobre 2015
Sa note : 10/20

LINE UP

Igor Šimon
(chant+guitare+basse+batterie)

TRACKLIST

1) The Curse Of Elizabeth
2) The Witches Sabbath
3) At The Hour Of 13
4) Starting The Ritual
5) Whitewood
6) Burn The Witch
7) Tonight Begins The Ritual
8) Moonlight Through The Trees

DISCOGRAPHIE


Beneath The Storm - Devil's Village
(2015) - doom metal concept album - Label : Argonauta Records



Beneath The Storm est le bébé d'un certain Igor Šimon, un Slovène qui, de toute évidence, a un talent inné dans la mise en place d'atmosphères sinistres et oppressantes car le bougre n'en est pas à son premier essai. En effet, Devil's village est son troisième album en deux ans et reprend les mêmes codes que les deux qui l'ont précédé, à savoir un mélange de doom, sludge et drone de bonne facture.

Cette fois, notre multi-instrumentaliste joue la carte du concept album en s'inspirant du film sorti en 1960 « La cité des morts », une production britannique où figure entre autres le regretté Christopher Lee et qui prend place dans un village hanté par une sorcière, soit le cadre parfait pour la musique qui nous est offerte. Plusieurs extraits du film ont ainsi été incorporés au sein de l'album pour renforcer une immersion déjà bien mise en place par l'accordage très bas de la basse, ainsi que les vocaux caverneux et bestiaux proposés. À titre d'exemple, prenez le passage de film suivant : « Il y a quelque chose de maléfique, au village. Certaines nuits, tous les habitants rentrent chez eux, ferment leur porte et se barricadent. Durant ces nuits, les morts se réveillent. », faites le suivre par un riff lourd et vous aurez "The Curse Of Elizabeth", premier morceau de l'album. Vous l'aurez compris, l'album est donc un concentré de rythmes doom lourds et sales, boueux et étouffants à souhait, soutenus par des vocaux torturés typiques du funeral doom et du sludge. Les riffs sont d'ailleurs groovy et entrainants, souvent entrecoupés par des breaks animés par des extraits du film. On peut y reprocher néanmoins une ressemblance beaucoup trop prononcée avec ce que proposent des vétérans tels qu'Electric Wizard et Sleep.
Le genre impose ceci vous me direz, mais un brin d'audace dans la composition aurait été le bienvenu et aurait peut-être caché cet aspect répétitif des morceaux. Car en plus d'utiliser presque les mêmes structures, à savoir une intro avec un passage de film suivie par un riff répété sur un fond de cris gutturaux, suivi encore une fois par un passage du film ; le groupe propose des riffs assez similaires à certaines notes près, à tel point qu'on a une sensation de « déjà-entendu » lors de la lecture de l'album. Le manque de créativité n'est cependant pas aussi prononcé que ça, car Šimon délivre sur "Moonlight Through The Trees" une formule différente de ce qu'il a pu jouer tout au long de l'album, et ceci en accélérant les riffs et en renforçant le groove, tout en utilisant un chant plus aigu. La façon avec laquelle il finit le morceau, à 5:50, aurait même mérité d'être plus longue et travaillée tant elle tranche totalement avec l'esprit de l'album et apporte une variété bienvenue. Ce titre mis à part, le doom présenté ici est très brouillon, certains diront que l'aspect répétitif est voulu, pour imposer un certain côté hypnotique, mais le faire sur la totalité de l'album devient très lourd à force, et nous fait oublier par la même occasion le travail d'ambiance plutôt réussi.

Vous l'aurez donc deviné, Devil's Village n'est pas le disque doom/sludge de l'année. Une certaine maturité musicale est atteinte tant dans la composition que dans la production, mais aussi dans le choix du format de concept album, qui n'est pourtant pas une tâche facile. Mais un aspect répétitif, ainsi que le manque d'audace dans la composition, installent une certaine forme d'ennui et empêchent donc ce disque de se démarquer et de se distinguer parmi les autres sorties du genre.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 7 polaroid milieu 7 polaroid gauche 7