1714

CHRONIQUE PAR ...

3
TheDecline01
Cette chronique a été mise en ligne le 19 février 2008
Sa note : 13/20

LINE UP

-Martin Schönherr
(chant)

-Johan Axelsson
(guitare)

-Thomas Ahlgren
(basse)

-Rikard Wermén
(batterie)

TRACKLIST

1)Watch Me When I Kill
2)Strip Nude For Your Killer
3)Gently Before She Dies
4)Redlight Murderess
5)So Sweet, So Dead
6)The Killer Wore Black Gloves
7)Formula For A Murder
8)Death Walks On High Heels
9)Body Puzzle

DISCOGRAPHIE


Deranged - The Redlight Murder Case
(2008) - brutal death - Label : Regain Records



Quiconque a déjà entendu Deranged ou connaît un tant soit peu le groupe sait ce qu'il fait : du death brutal digne de la Floride. Car Deranged a beau être suédois il ne fricote pas beaucoup avec les mélodies. Il aime plus ce qui est gras et qui fait mal au bide. Et le gore aussi. C'est donc sans surprise que cet album commence avec de la guitare grasse. Il est un peu plus surprenant qu'il ne commence pas avec un blast par contre. Deranged se serait-il calmé ? Surprenamment, la réponse à cette question serait plutôt positive.

En effet on n'entend plus une musique jouée à une vitesse d'incorrigibles fous du brutal. Le boum boum est bien plus fréquent qu'auparavant et le blast n'est finalement que peu présent, selon les standards Deranged bien évidemment. Il ne faut pas non plus s'attendre à un album de ballades ou a de la mélodie agrémentée d'acoustique. Non. Deranged reste un groupe de death brutal méchant et gore et il le fera toujours savoir par l'intermédiaire de guitares particulièrement grasses, d'un chant guttural au possible et de blasts quand même présents en quantité déraisonnable. Mais il s'est quand même (un peu) assagi. Ce n'est pas un reproche du tout car sa recherche de la vitesse pure était quelque peu vaine à la longue puisque la brutalité n'est jamais plus efficace que lorsqu'elle est mise en valeur par des éléments plus doux. Doux dans le cas qui nous préoccupe pour cet album signifiant non blasté. Deranged est plus lent, mais Deranged est toujours aussi gras. D'ailleurs difficile de ne pas reconnaître du Cannibal Corpse ou du Deicide. Les suédois ont toujours eu ces influences, et elles ne sont pas prêtes à disparaître.

C'est bel et bien à du death floridien auquel on a à faire. Les riffs puent le death jusqu'à la moelle et tout ce qui compose l'album aussi. Bref, une sorte de true death. Toutefois, à l'époque de Rated R, le groupe arrivait à délivrer quelques instants de groove qu'on ne retrouve pas sur ce The Redlight Murder Case. Et c'est dommageable car cela permettait de s'aérer l'esprit. A force de recevoir en pleine gueule du death pur et dur, on peut commencer à trouver le temps long. Cela a d'ailleurs toujours été la faiblesse du groupe, il a tendance à tourner en rond tant sa formule de base est restrictive. Alors s'il ne joue pas sur les éléments extérieurs à son credo, il risque de se mordre la queue. Et c'est ce qui a tendance à arriver là. Avec du death et uniquement du death, il lasse quelque peu sur la longueur de l'album. Bien sûr les riffs sont corrects voire même bons au même titre que les soli, le tout est bien joué et il n'y a pas vraiment grand chose à dire sur les compositions. Et justement il n'y a pas grand chose à dire sur les compositions. Vous entendrez du death brutal ordinaire et sans génie (mais bien fait).

Voilà que le fan pur et dur de death metal se dit content. Oui, il peut être content, il n'entendra que de son genre favori. Mais comme il possède déjà les discographies complètes de Deicide, Cannibal Corpse et Morbid Angel, et qu'il ne retrouvera pas les talents de ces groupes, il peut faire la fine bouche. Pas totalement tout du moins car il faut reconnaître que cela comblera sa soif de death metal. Et de gore aussi. Car être fan de gore est un atout pour écouter et apprécier Deranged. Avec des titres de chanson comme "Watch Me When I Kill" ou "Formula For A Murder", on se doute à peu près de quoi les textes traitent. Malheureusement, ce ne sera pas assez pour quiconque ne veut pas que du death. Et c'est pour cela que cet album est finalement moyen. Il navigue dans le territoire du death sans génie exceptionnel et ce n'est pas cela qui intriguera le metalleux non death. Donc il passera son chemin. Il n'aura pas tort car il n'aura rien loupé s'il a déjà entendu du death floridien dans sa vie. Toutefois, il devrait plaire sans aucun doute à ceux pour qui le death, c'est leur dada puisqu'il reste bien joué, solidement composé dans son genre de prédilection et savamment gore.


Les mots peuvent paraître durs mais Deranged arrive peut-être au bout de sa formule. Soit il incorpore plus de diversité à ses compositions, soit il y met plus de génie, mais actuellement le groupe passe dans la catégorie leader des seconds couteaux. Le death comporte suffisamment de groupes de talent pour ne pas se contenter d'un album si classique si on recherche d'autres frissons.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 1 polaroid milieu 1 polaroid gauche 1