17122

CHRONIQUE PAR ...

109
S1phonique
Cette chronique a été mise en ligne le 17 septembre 2015
Sa note : 13.5/20

LINE UP

-Dan Glover 
(chant+guitare)

-Eric Machacek 
(chant+guitare)

-Matt Hems 
(basse)

-Morten Siersbæk
(batterie)

TRACKLIST

1) A Malignant Design 
2) Cataclysms And Beginnings 
3) Limitless Genocide
4) Four Walls of Emptiness 
5) Accommodating Demise 
6) Clandestine Laboratories Of Unbridled Malevolence 
7) Exiled To Desolation 
8) The Pathogenic Nightmare 
9) Upon Serpents They Prey 
10) The Skin Casket

DISCOGRAPHIE


Fragile Existence - Cataclysms and Beginnings
(2015) - death metal - Label : Autoproduction



- Hey Ho ! C'est possible de découvrir un groupe de death canadien sans Kataklysm ?  
- Euh... Je peux vous proposer Fragile Existence, Môssieu !
- Hey Ho! Y 'a pas de Kataklysm là-dedans, hein ?
- Euh... Si, mais pas dans le nom, juste dans le titre de l'album, Môssieu !
- Hein ? C'est quoi le nom ? Fragile Existence ? Tu fou'm'gueule !? Allez fait entendre !


Originaire de Toronto, Fragile Existence propose ici son deuxième album après Departed the Damned, datant déjà de 2012 alors que le groupe s'est formé en 2007. C'est donc bel et bien en prenant le temps de faire les choses et d'avoir les moyens de les matérialiser que sort finalement Cataclysms and Beginnings. Environ cinquante minutes de pure death metal ascendant Floride attendent l'auditeur qui est rapidement mis dans l'ambiance avec cet artwotk peu joyeux, mais respectant les codes usuels du genre. Sans tomber dans le grand « goreguignolant », le style à écouter est entendu, d'autant que des titres comme "The Skin Casket" ou "Limitless Genocide" sont suffisamment éloquents pour finaliser le profil. Attaquons ainsi façon bourrin avec un "A Malignant Design" de cinq minutes qui va donner toute la tendance de cet LP. Notons de suite que le son et la production sont de qualité (sans pour autant sonner comme les pointures du genre). C'est parti pour un riffing lourd et tranchant, asséné façon nineties, soutenu par une très équilibrée section rythmique, laissant s'exprimer sporadiquement la basse.
Coté growl, ça racle profond dans la trachée et les deux « éructeurs » disposent d'une palette assez riche permettant de varier les registres. La « lead voice » rappelle parfois le père Barnes lorsqu'il descend dans les bas-fonds de son grunt. Techniquement calé, le groupe n'a finalement aucun problème pour allonger les compositions sans ennuyer l'auditeur. De prime abord, la durée proposée pour dix pistes pourrait faire douter, mais l'écriture travaillée pour chaque titre, en essayant d'aller un peu plus loin qu'un bon gros et gras « riff/growl/solo branlé/bueuha et coda », dissipe toute crainte. L'album est globalement agréable et se démarque même un peu des photocopies standards, probablement grâce à la qualité technique de ces musiciens, mais aussi (l'un aide l'autre) par cette musicalité, pour ne pas dire sens de la mélodie sous adjacente, pour un genre qui par essence préfère cracher brutalité et vitesse. Ces deux variables sont bien sûr présentes, mais enrichies par un punch et une approche qu'on pourrait même dire intrinsèquement progressive (rien que ça !) .
Les solos par exemple, ne se contentent pas de couper scolairement le morceaux au deux tiers, mais aèrent celui-ci ou ajoutent une dimension profitable à l'ensemble ("The Pathogenic Nightmare" ou "Clandestine Laboratories Of Unbridled Malevolence" par exemple). Cataclysms and Beginnings est donc réussi et complet, parvenant même à se distinguer de la masse. Les écoutes successives apportent leurs lots de plaisirs en renouvelant les approches. Fragile Existence a dans son nouveau bousin un petit quelque chose en plus qui pour le moment fait la différence. La question intéressante reste de savoir si, sur la durée : dans un mois, dans un an etc., l'album ne restera pas rangé dans un dossier de la bibliothèque numérique musicale ou sur la plus haute étagère de la discothèque à CD. Difficile d'extrapoler... Considérons alors cette sortie comme une bonne sortie qu'il sera très agréable de se passer de temps en temps, car pour le moment aucun élément ne pourrait contredire cette idée.
- Hey Ho ! C'est pô mal ton truc là d'Fragile Bidule ! 
- Euh... L'album s'appelle Cataclysms and Beginnings du groupe Fragile Existence et oui, il est bien cet ALBUM, Môssieu !
- Hey Ho ! Si ça fait pô de bien, ça ne peut pô faire de mal ! Pour qui veut du death bien foutu et un peu plus gratte-burne que tout le monde, alors la réponse canadienne est ce mois ci, la meilleure. Allez tu m'en mets un et fissa.
- Euh... Vous pouvez vous le procurer ici, Môssieu ! 


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 5 polaroid milieu 5 polaroid gauche 5