17121

CHRONIQUE PAR ...

109
S1phonique
Cette chronique a été mise en ligne le 15 septembre 2015
Sa note : 14/20

LINE UP

-Hagen Grohe
(chant)

-Marco Wriedt
(guitare)

-Alex Landenburg
(batterie

TRACKLIST

1) Devil In Disguise
2) Take Me Back
3) When You Go
4) Love's Just A Heartbreak Away
5) Take Me Away
6) Lost
7) The Circle
8) Date With Myself
9) Fly With Me
10) Tale Of A Broken Child


DISCOGRAPHIE

Into The Open (2014)
2.0 (2015)

21Octayne - 2.0
(2015) - hard rock Ah que c'est du bon ! - Label : AFM Records



En Mai 2014, 21Octayne sortait son premier album, Into the open, globalement bien accueilli et permettant au groupe d'enchaîner sur une tournée avec le légendaire Huriah Heep. La promenade achevée, le groupe s'est remis au travail pour du nouveau matos et propose ici 2.0. Roulez jeunesse....

Des groupes émergeant de nulle part, parvenant à sortir un premier album - plutôt de qualité - en pratiquant un style assez casse-gueule, est appréciable. Donner une suite logique à cet épisode en rendant une meilleure copie, est tout aussi remarquable et respectable. Sans présager de ce que sera le troisième opus (ne mettons pas la tireuse en route avant d'avoir rincé les bocks), on peut s'attarder aux trois quarts d'heure façon 2.0 du groupe. De prime abord, la recette n'évolue franchement pas, si ce n'est une approche un poil plus traditionnelle du hard rock et rock pratiqué, alors que le premier rejeton se donnait quelques libertés de genre. MAIS... Le groupe s'offre encore et avec astuce pas mal d'amplitude dans le style en diluant discrètement quelque accroche jazz. La dose mélodique est continue quelque soit le tempo, des chants aux solos, sans oublier tout le travail rythmique, d'approche simple mais intelligemment construit. "Devil in Disguise" démarre l'album sur les chapeaux de roues : ultra accrocheur, punchy avec un refrain dynamique donnant le ton, le titre ramène dans son bercail ceux qui connaissent le groupe (une espèce de « Previously in 21Octayne ») et séduit en même temps ceux qui le découvrent. Le contrat est rempli et 21Octayne va pouvoir donner libre court aux inspirations décrites ci dessus : "Take me Back" et "When You Go" oriente d'ailleurs l'auditeur vers une écriture plus aérée et pleine de subtilité, et comme la mélodie dirige continuellement le tout on se retrouve à gigoter et dandiner le contenu de son délavé taille basse.  
Si "Take Me Away" parait plus consensuel, la ballade "Lost" rattrape le coup et ajoute un titre à la playlist des « fuckin 'rock'ballads » - témoin atemporel de la qualité romantique du rocker (« tais-toi et embrasse moi, merde ! »). Et alors que le premier album perdait un peu de son tonus au fur et à mesure, la playlist malignement distillée réussi ici à maintenir un intérêt musical en alternant les rythmes. "The Circle" se permet également la mise en avant d'une base slappée et aguicheuse. Le tour de force (voire le culot des gars) reste le très progressif "Tale Of A Broken Child" et ses dix minutes au total, construites en plusieurs mini chapitres. Un compte en cinq à sept pour compositeur de talent : les arpèges, les ambiances, la mélodie font un ensemble très agréable et nous interrogent sur les réelles limites du groupe à l'écoute. Sans être révolutionnaire, l'album est très intelligemment écrit, ordonné, composé, joué, et le trio en place semble avoir trouvé son style grâce à une cohésion forte qu'on ne retrouve même pas chez des groupes ayant une dizaine d'année d’expérience. On espère voir 21Octayne poursuivre ses écritures en dérogeant aux codes et principes traditionnels, voire traditionalistes du hard rock, car les dix titres du nouvel opus sont bel et bien les meilleurs et les plus intéressants des deux albums.
Excellent deuxième album. Pour qui cherche un bon disque de hard rock moderne burné à mélodie et n'ayant pas peur de batifoler avec les styles voisins, alors 21Octayne répond de la meilleur des façons avec un 2.0 aux multiples interprétations. Une très bonne façon de découvrir le groupe et pourquoi pas, écouter ensuite leur premier opus , un ton en dessous mais permettant de prolonger pour le moment l'exquise écoute.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 1 polaroid milieu 1 polaroid gauche 1