17102

CHRONIQUE PAR ...

3
TheDecline01
Cette chronique a été mise en ligne le 29 août 2015
Sa note : 13/20

LINE UP

-Derrek Burton
(chant)

-Ian Campbell
(chant+guitare)

-Alexia Horozian
(violon+claviers)

-Kat Mason
(basse)

-Jacob Moyer
(batterie)

TRACKLIST

1) Pathways
2) Through the Grey
3) Fallow Fields
4) Awake Before the Dawn

DISCOGRAPHIE

Fallow Fields (2015)

Harrow - Fallow Fields
(2015) - black metal folk - Label : AvantGarde Music



Canadiens d'origines, automnaux d'adoption, Harrow se meut dans le black metal à tendance folk, païen, Nature. Le groupe mène sa barque depuis 2011 et a déjà à son compteur 2 albums, ce qui fait de Fallow Fields selon toute vraisemblance mathématique leur 3ème album. A priori bien accueilli par la critique, bien que n'ayant laissé que peu de trace, le précédent disque du groupe donne matière à ce que l'on porte de l'intérêt à cette nouvelle oeuvre.

Il faut dire que Harrow a du chien pour installer une atmosphère champêtre et bucolique. Le violon en introduction est une incitation à marcher dans un champ fraîchement humidifié par la rosée, la main se pavanant désintéressée sur le haut des tiges de blé. Oui, on peut se croire poète à l'écoute d'un tel album, et c'est déjà une première réussite en soi dans un genre qui met la contemplation en égérie. On pense bien sûr à Drudkh qui aura tant imposé sa marque dans ce style si particulier de black metal. Cependant Harrow s'en détache sur Fallow Fields par ses touches indéniables de post rock. Les guitares lancinantes ou les accords répétés rapidement à l'envi nous plongent dans le style. Le chant clair éthéré fait partie également de la panoplie du post rock. La base demeure le black/folk cependant, il n'y a pas à en douter.
Le format choisi par les Canadiens convient parfaitement au genre : 4 chansons autour des 10 minutes, largement suffisant pour s'enivrer de ces virées éphémères et pourtant voulues à l'infini. Le temps pris pour s'exprimer se retrouve logiquement dans le développement des chansons qui évidemment prennent leur temps et ne font pas du changement brusque leur credo. Ici tout se fait en douceur, fluidement. Les passages blastés (rares) sont toujours introduits par une montée en puissance, les passages acoustiques (fréquents) se muent en électrique sans anicroche par le biais d'une production plutôt claire et des guitares sans trop de corps. Ce n'est ici pas un problème car le but est justement de ne pas écraser l'auditeur, mais bien de l'emmener au loin, le déposer délicatement sur un pédoncule et le laisser onduler sous la brise.


Il va de soi qu'une telle musique ne s'apprécie que sur la longueur d'un album qui a le mérite de ne pas être trop long. La patience et le calme sont vos compagnons les plus précieux au cours de cette ballade organique. Celui qui est à la recherche de riffs ou de dynamisme passera fortement son chemin, là n'est pas le propos. Celui qui au contraire veut fermer les yeux et s'évader aura tout à gagner. A réserver à un public averti donc.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 3 polaroid milieu 3 polaroid gauche 3