17087

CHRONIQUE PAR ...

124
Shamash
Cette chronique a été mise en ligne le 17 août 2015
Sa note : 14/20

LINE UP

-Alexandre Kolesne Camargo
(chant+basse)

-Moises Kolesne Camargo
(guitare)

-Maximiliano Kolesne Camargo
(batterie)



TRACKLIST

1) Scars of the Hatred
2) Ways of Barbarism
3) Dogma of Submission 
4) Strength Forged in Fury
5) Soulless Impaler
6) Burning of the Heretic
7) The Isolated Truth
8) Oracle of the Ungod
9) Timeless Starvation
10) Milonga de la Muerte


DISCOGRAPHIE


Krisiun - Forged In Fury
(2015) - death metal - Label : Century Media



Le mois d’août 2015 risque d’être chaud en termes de sorties death metal, puisque trois grands noms de cette scène ont décidé de présenter au public leur nouvelle œuvre. Le premier à passer sur le grill infernal est Krisiun. Que dire qui n'ai déjà été dit sur ce groupe ? A priori, pas grand-chose. Depuis vingt-cinq années qu’ils sont dans le circuit, les brésiliens se sont toujours fait les chantres d’une musique violente et primaire, qui a su charmer de nombreuses âmes assoiffées de brutalité.

Quatre années après le très bon The Great Execution, le trio revient avec  dix nouveaux titres. Pour qui a suivi la carrière de Krisiun, ces derniers ne risquent nullement de les surprendre. Le groupe est en effet depuis longtemps passé maître en matière de death primitif, asséné à grand coup de riffs puissants et de rythmiques nerveuses. Depuis quelques années, les trois frères ont toutefois réussi à raviver leur musique, aidés par des compositions imparables et une production faisant la part belle à la violence. Southern Storm avait à ce titre ravi grand nombre d’aficionados du style. Quant à The Great Execution, il avait présenté une facette légèrement différente de Krisiun, capable de ralentir le tempo pour marteler des passages mémorables, faisant de cette œuvre une réussite, contenant son lot de pépites.
Qu’allaient donc pouvoir nous soumettre les natifs du Rio Grande do Sul ? La suite logique de leur dernier méfait. Les adorateurs des premières œuvres de la troupe risquent une fois encore d’être déçus. Krisiun se complait désormais à ralentir le tempo, ne cherchant plus à briller dans une vaine recherche de rapidité étourdissante. N’allez cependant pas imaginer que le trio officie désormais dans un registre doom, mais il semble plus à l’aise dans des compositions plus lourdes, avec ses nombreux  passages entraînants. Comment ne pas s’enthousiasmer à l’écoute de ces derniers, lorsqu’ils viennent sublimer certains titres véhéments, comme le furieux "Strength Forged in Fury". Qu’il semble loin le temps où les frangins se vantaient d’être parmi les formations les plus frénétiques qui soient, en témoignent  "Burning The Heretic" et "Soulless Impaler" qui font la part belle au mid-tempo.
Plus posé, le groupe l’est assurément. Il ne renie toutefois pas ce qui a fait son succès depuis plus de deux décennies. Les guitares puissantes et les soli enlevés de Moyses Kolesne sont ainsi omniprésents, accompagnés comme il se doit par une section rythmique carrée. Notons à ce propos que la basse d’Alex Camargo claque comme jamais. Le mixage lui a offert une place de choix, que d’aucuns trouveront trop importante. Le frontman  pose une fois de plus son chant puissant et racé, qui sied parfaitement à l’ensemble. Krisiun fait preuve d’une maîtrise parfaite de son sujet et ne surprendra personne avec ce disque puissant et plutôt réussi. La production de bonne facture, pour qui apprécie puissance et modernité ; elle est à mettre au crédit d’Erik Rutan, boss du Mana Studio, dont l’actualité va être chargée dans les semaines à venir. 

Ce Forged In Fury s’avère au final un disque sympathique, dans la droite lignée de ce que les brésiliens avaient proposé il y a quatre ans. L’on pourra regretter l’absence de véritables perles, mais il est indéniable que ces nouvelles compositions se marieront parfaitement aux plus anciennes et risquent de provoquer quelques émeutes en concert. Sûrement pas le meilleur des albums forgé par les trois frères, mais une œuvre qui saura être appréciée par les amateurs de death classique et massif.



©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 4 polaroid milieu 4 polaroid gauche 4