17085

CHRONIQUE PAR ...

3
TheDecline01
Cette chronique a été mise en ligne le 14 août 2015
Sa note : 12/20

LINE UP

-G.K.
(chant)

-M.P.
(guitare)

-E.V.
(guitare)

-J.S.
(basse)

-M.J.
(batterie)

TRACKLIST

1) Death – The Great Liberator
2) Everlasting Fire
3) Travesty of Light
4) Immaculate Serpent King

DISCOGRAPHIE


Kyy - Travesty of Light
(2015) - black metal - Label : Saturnal Records



Si on met de coté l'évidente blague que représente l'interrogation « Mais Kyy Kyy sont les Snorkies », il est utile de savoir que le groupe vient de cette belle contrée qu'est la Finlande. Remplis de joies et irradiants de bonheur, ses membres sont donc de très joyeux lurons blonds. Ou peut-être que non, ce qui dans les 2 cas est par essence inintéressant. Néanmoins cette origine géographique a le mérite de mettre Kyy sur la carte, et de susciter un espoir plus fort qu'à l'accoutumée.

Espoir confirmé lors de l'entrée en action du disque. Sachez tout d'abord que vous êtes en présence d'un EP. Durée contenue pour les 4 chansons qui vous tiendront en haleine un peu plus de 14 minutes. Pas très longtemps donc, mais c'est la vocation d'un EP que d'être court. Un peu chiche quand même sur le coup les Scandinaves. Mais faisons fi de ce point de détail technique pour revenir sur l'entrée en action : 3 coups secs sur la caisse claire qui indiquent une première chose : pas de casserole, on sent une puissance certaine dans la production rien que sur cette rapide introduction. C'est entériné par la grosse caisse qui racle comme il se doit les oreilles de ses basses puissantes.
Additionnez à ceci des riffs consistants d'un bout à l'autre des 4 titres (heureusement, ce n'est pas trop demander) et surtout une véritable personnalité qui se découvre. Kyy a tous les atours de l'espoir à suivre. Encore plus quand le groupe se permet de lever le pied avec succès sur la chanson titre, alors qu'il était déjà loin des standards blast à tout va. Le chanteur se permet aussi quelques variations bien senties et presque... originales ce qui donne du corps à la présomption que ce groupe peut offrir de belles choses dans le futur, et notamment sur un album complet. En l'état actuel on se contente avec félicité de 4 titres solides, variés et agrémentés chacun de riffs puissants et froids.


Alors certes Kyy n'est pas le groupe le plus noir ni le plus glacé de la planète, mais son black metal puissant et personnel a les graines de l'intrigue. On regrette bien sûr la très faible durée de cet EP qui le réserve aux collectionneurs, mais on note surtout avec envie les espoirs soulevés le long des 4 titres de ce Travesty of Light.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 3 polaroid milieu 3 polaroid gauche 3