17083

CHRONIQUE PAR ...

3
TheDecline01
Cette chronique a été mise en ligne le 14 août 2015
Sa note : 09/20

LINE UP

-Vena Kava
(chant)

-Max Macabre
(guitare)

-Nemrod
(guitare)

-Leather King
(basse)

-Vilain
(batterie)

TRACKLIST

1) Espoirs Brisés
2) Flesh of the Maggot
3) Pre-Life Nostalgia
4) Sacrifice
5) Your Hate Against Mine
6) Nie Udalo Sie
7) Stench of Despair
8) Gangrene Harvest

DISCOGRAPHIE

Aversion (2015)

Aversion - Aversion
(2015) - black metal - Label : Independent



Aversion est un groupe de black metal francophone. Cela donne un choix certain, certes restreint, mais certain tout de même. Il est américain. Ah ! Des Québécois donc. Bingo ! La troupe vient remplir la scène sans cesse fourmillante de nos cousins éloignés d'outre-Atlantique. Parmi cette horde de groupes la place pour se faire un nom fond comme neige au soleil, le défi est donc de savoir si Aversion sera suffisamment froid pour rester de glace.

Premier contact avec la bête et ce qui saute aux oreilles, et restera comme une caractéristique constituante d'Aversion, c'est un son... anémique. Les guitares manquent sérieusement de punch et on a beau parler black metal ça sonne trop creux. On pense immédiatement à une démo enregistrée par soi-même en direct avec son enregistreur. L'impression laissée en bouche est alors désagréable et fait immanquablement amateur. C'est peut-être le statut du groupe, reste que l'album dont on parle nous est présenté et veut donc être vendu. Il existe des sons absolument horribles dans le black metal, mais parfois ils magnifient le groupe. Ici on sent clairement que les Québécois subissent leur manque de moyens car la batterie manque également totalement de coffre. Seule la basse finalement réussit à tirer son épingle du jeu (sans souffler non plus) en étant relativement présente, de quoi mettre en valeur un jeu qui ne se contente pas de singer les guitares.
Le deuxième point qui va définitivement nous faire basculer dans le doute, ce sont les compositions ultra classiques. Alors oui on peut dire qu'on entend du Horna ou d'autres groupes très crus dans le genre (désolé, je n'arrive pas à entendre Darkthrone, il manque trop de choses), mais tout est trop scolaire. Le côté black metal parsemé de relents punk ou rock, on connaît très bien désormais. Les tremolos sont également ultra classiques et ne suffisent pas à sortir Aversion de son ornière. Voici ce qui bloque vraiment le groupe, car si une production faiblarde est toujours un souci en soi, elle n'est pas rédhibitoire sauf catastrophe absolue, ce qui n'est pas le cas ici. Des compositions trop sages oui. Honnêtement on voudrait soutenir une nouvelle pousse mais il n'y a pas assez d'éléments pour nous encourager dans cette direction. Le chant est aussi un sommet de classicisme sans véritable personnalité. Dommage car techniquement cet album auto-nommé n'est pas dégueulasse.


Alors on passe. On se dit qu'on veut bien revoir Aversion à la condition indispensable qu'ils rajoutent clairement du coffre à leur production et qu'ils s'enhardissent dans leurs compositions. Le chemin a suffisamment été pavé pour ne pas avoir à subir les pavés, tout petits, des autres. De la hargne, de la personnalité, voilà ce qu'il faut pour un éventuel 2ème album.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 4 polaroid milieu 4 polaroid gauche 4