17073

CHRONIQUE PAR ...

106
Belzaran
Cette chronique a été mise en ligne le 29 juillet 2015
Sa note : 16/20

LINE UP

-Gaurav Basu
(chant)

-Chintan Chinnappa
(guitare)

-Suraj Gulvady
(guitare)

-Abhishek Michael
(basse)

-Abhinav Yogesh
(batterie)

TRACKLIST

1) Incipiens
2) Wake of Destruction 
3) Reflections of the Past
4) Realms of Oblivion
5) Legions Awake 
6) Tainted Soils 
7) March of the Wounded 
8) Existence Denied
9) Guardian

DISCOGRAPHIE

Legions Awake (2015)

Inner Sanctum - Legions Awake
(2015) - death metal thrash metal un peu progressif - Label : Autoproduction



L’Inde, terre de contrastes… Et pourtant, la musique du groupe de death/thrash Inner Sanctum, originaire de Bangalore, semble tout droit venue des pays scandinaves. Si en Inde cela doit être terriblement exotique, pour nous cela est beaucoup plus classique et surtout dépourvu d’éléments locaux. Le groupe débarque dans nos contrées avec son premier album auto-produit, Legions Awake, qui explique aisément en quoi il mérite de dépasser les frontières de l'Asie pour parvenir jusqu’à nos oreilles.

Après une introduction sans intérêt et en total décalage avec le reste d'album, le groupe rentre dans le vif du sujet avec "Wake Of Destruction". Et en effet, c’est une arme de destruction massive qui se propose à nos oreilles. Le groupe possède un son tranchant et puissant. Mais surtout, il ne démarre pas sur les chapeaux de roue. Pas de blast beat ou de rythme endiablé. Le death teinté de thrash d’Inner Sanctum n’est pas basé sur la vélocité, mais sur des rythmes syncopés, voire déstructurés. Les passages lourds sont légions et le travail sur les ambiances omniprésent. Et quand le rythme s’accélère un peu ("Realms Of Oblivion"), ce n’est jamais pour longtemps. Les Indiens ménagent les accélérations, préférant les cassures et les passages lourds. Cela donne une musique moins percutante dans l’immédiat, mais qui, sur la durée, tient beaucoup plus la route. Pour un premier album, Inner Sanctum fait preuve d’une vraie maturité, construisant ses morceaux intelligemment. La musique se révèle légèrement progressive. Une fois apprivoisée, les qualités du groupe deviennent évidentes. Tout est peaufiné, rien n’est laissé au hasard et l’ensemble se révèle accrocheur.
Inner Sanctum parvient à garder une qualité constante dans sa musique.  Les Indiens gardent une musique cohérente tout le long de l’album, mais en sachant varier suffisamment les morceaux pour éviter la lassitude. Le revers de la médaille est qu’il manque un peu des pics d’intensité dans l’album. Monolithique, il se déroule sans accrocs. On aurait aimé un ou deux morceaux vraiment géniaux pour pleinement emballer l’auditeur. Même si le morceau éponyme, "Legions Awake", se révèle bien plus facile d’accès et entraînant, avec un solo très réussi. "Existence Denied" propose également une fin de morceau peuplée de soli joués par plusieurs guests. Le terme de légion convient d’ailleurs parfaitement au groupe qui se révèle au diapason. Derrière le chant maîtrisé et accrocheur, les guitares développent leurs riffs tranchants. Mais la rythmique est essentielle dans le groupe, développant des césures, des syncopes... Tout ce qui donne de la personnalité à Inner Sanctum en somme.


Ce Legions Awake est une vraie bonne surprise. Pour un premier album, les Indiens frappent fort. Teinté d’éléments progressifs, leur death metal fait mouche. Et au fur et à mesure des écoutes, on prend conscience de toute la richesse de l’album. Un groupe à découvrir et à suivre ! Après tout, c'est l'occasion d'ajouter dans votre discothèque un album venu de Bangalore, histoire de briller en société dans les soirées mondaines.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 5 polaroid milieu 5 polaroid gauche 5