17054

CHRONIQUE PAR ...

109
S1phonique
Cette chronique a été mise en ligne le 09 juillet 2015
Sa note : 14.5/20

LINE UP

-Shawter 
(chant) 

-Yves Terzibachian
(guitare) 

-Werther 
(basse) 

-Francky Costanza 
(batterie)

TRACKLIST

1) Epilogue
2) The Sunset Curse
3) Half Damn Life
4) Eclipsed
5) Born Twice
6) The Loss
7) Sorcery
8) O, Inverted World
9) The Dawn
10) Mourning Light

DISCOGRAPHIE


Dagoba - Tales of the Black Dawn
(2015) - death metal 4 garçons dans le vampire - Label : Verycords



Post Mortem Nihil Est a tout simplement fait exploser Dagoba. Si le groupe s'était fait connaitre par ces premiers albums, la sortie de PMNE a tout accéléré d'un coup : une tournée internationale, un passage extra au Hellfest 2014  permettant même la sortie d'un live audio et vidéo. Bref ! Tales of the Black Dawn, finalement presque sorti sans annonce préalable, est un peu l'épreuve du feu... Et si... Et Si...

Pas tout à fait non plus sorti de nul part, n’exagérons rien. Le groupe donne toujours l'impression de maîtriser sa communication et ses sorties. S'il faut exister dans les réseaux de communication, on peut largement citer le groupe en exemple car, régulièrement, il réussi à faire parler de lui : des évènements, des concerts et des albums. Et après quelques teasers et annonces successives mais limitées, le label nous envoie le disque promo. Sixième (déjà !) album du groupe, s'ouvrant par un "épilogue" donnant rapidement l'idée d'une œuvre conceptuelle ou narrative. Un peu plus d'une minute d'ambiance façon nuit lugubre, hululement par ci, hululement par là. On repense de suite à l'opener musical de la tournée précédente qui piochait dans les OST de film de vampires. Le nouvel album semble poursuivre ce thème : de l'artwork à des titres comme "The Sunset Curse" , "Born Twice" ou "Monrning Light", ça va croquer... et saigner.
Exit l'intro à saveur de BO de film à gros budget et (re)bonjour musique « dagobienne » bien aimée avec "The Sunset Cures", morceau déjà publié depuis mai par le groupe, permettant ainsi et un peu plus de s'approprier le cru 2015 en poursuivant l'écoute par un titre connu : le death moderne aux couleurs indus du groupe est toujours très agréable et sacrément groovy ; le chant clair de Sieur Shawter surprend toujours un peu même, si celui-ci est maîtrisé. Notons de suite que ces passage vont se faire très discrets sur les neufs nouveaux titres. Tant mieux, Dago repousse ainsi un peu plus les lignes mélodiques sporadiques pour faire place à la brutalité ou l'énergie du death. D'ailleurs "Half Damn lLife" ne va pas laisser beaucoup de répit à l'auditeur : du 100% pur Dagoba s'installe. Le groupe réussit à capturer toute l'énergie qu'il déploie à chaque concert avec un son et un production de qualité. C'est oppressant et lourd, avec des vocaux enragés.
Du cou(p) (croc-croc), cette débauche d'énergie façon LP suit le travail engagé par les quelques trois années précédentes. Tales of the Black Dawn est l'album de la continuité. Le groupe réussi le passage du nouvel opus suivant son meilleur album à ce jour. Pas de nouveauté, de changement de style ou d'évolution majeure. Mais une homogénéité dans le style, la composition et la réalisation. Sa durée permet également de ne pas le faire trop long et sa compacité (tous les titres se suivent logiquement, pas seulement par le thème abordé, mais également par la ligne musicale). Quelques titres devraient enrichir le choix des prestations live : un "Sorcery" ou un "Born Twice" s'imaginent déjà du gradin au mosh pit. Bref, un album réussi de toutes les points de vue, à commencer par le piège évité du nouvel album studio suivant celui de l'explosion et la grande reconnaissance.


Les critiques blasées auront déjà fait leur beurre sur une certaine façon d'appréhender l'album. Et bien qu'ils aillent se faire sucer... par un vampire. Ce nouvel album de Dagoba est bon, dans la lignée de Post Mortem Nihil Est. Le groupe ne se renouvelle pas, mais se donne les moyens de poursuivre une carrière et reconnaissance qu'on espère maintenant encore plus internationale (quelques dates déjà posées devront y participer). En attendant, de quoi écouter du bon son cet été et sur les saisons à venir. 


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 7 polaroid milieu 7 polaroid gauche 7