1705

CHRONIQUE PAR ...

2
Cosmic Camel Clash
Cette chronique a été importée depuis metal-immortel
Sa note : 14.5/20

LINE UP

-Mouss
(chant)

-Yann
(guitare)

-Nico
(guitare)

-Stéphane
(basse)

-Raphaël
(batterie)

TRACKLIST

1)Des nouvelles du ciel
2)Babylone
3)Une somme de détails
4)Killing The Hype (Ruff Style)
5)Echec
6)L'espoir fou
7)Nous sommes bien
8)Je ressens
9)Regarder le monde
10)Se lover dans les flammes
11)Mon horizon
12)Une joie kamikaze
13)Briller pour toi

DISCOGRAPHIE


Mass Hysteria - Une Somme De Détails
(2007) - néo metal electro - Label : At(h)ome



Mass Hysteria est un de ces groupes dont on a cru qu'ils allaient être le bon, celui qui allait enfin devenir le groupe français crédible à l'étranger, celui qui allait effacer à lui seul la réputation foireuse des groupes hexagonaux. Pari perdu : non seulement le salut est venu de là où on ne l'attendait pas (Gojira bien sûr, mais surtout la scène black française dans son ensemble) mais le groupe a bien perdu de sa superbe depuis la baffe Contraddiction qui correspond au point culminant de leur carrière métal. Il y eut De Cercle en Cercle et ses digressions pop/atmo qui ont fâché les métalleux, et un album éponyme passé inaperçu ou presque... et voilà le groupe de retour alors que personne ou presque ne l'attend plus, avec cette Somme de Détails annoncée officiellement comme un retour aux racines.

Et ça ne loupe pas : "Des nouvelles du ciel" renvoie directement au premier album Le Bien-Etre et la Paix, alors que "Babylone" qui déboule derrière est un morceau où l'ambiance des couplets renvoie à Contraddiction... sauf que les deux refrains sont plus du Mass moderne, Mouss faisant péter le chant clair. On peut remarquer que le riff de "Babylone" est plus complexe que ce que le groupe faisait à l'époque, le riff simpliste et surpuissant à la Mass période deuxième album se retrouvant plus sur "Killing The Hype (Ruff Style)" qui s'annonce d'entrée comme une future boucherie en live, comme la plupart de ses petits camarades. Et que ça faisait longtemps qu'on n'avait pas pu dire ça d'un album du groupe!! Mass Hysteria a été le meilleur groupe de scène français il fut un temps (qui se souvient de leur concert monstrueux des Eurockéennes ?), et Une somme de détails voit le groupe renouer avec les hymnes festifs, brutaux et irrésistibles. Le message a évolué par contre : fini l'ère du positivisme comme seul créneau d'expression, Mouss se fait revendicatif sur un "Echec" très hip-hop comme sur "L'espoir fou" qui combine admirablement le simplisme rythmique des débuts aux digressions mélodiques de la suite.

Hip-hop avez-vous dit? Ben oui : le chant de Mouss a beau avoir été le point faible du groupe durant des années, ce dernier album le voit faire preuve d'une grande variété. Il pose ici et là un flow rapcore bien senti, comme lors du morceau-titre "Une somme de détails" (au texte alarmiste, encore une fois), extrêmement direct dans ses gros riffs comme dans ses couplets orienté machines. La symbiose guitares/samples est toujours d'actualité même si le groupe ne compte plus de responsable des machines à temps plein, et on voit le groupe explorer toutes les combinaisons : guitares seules, machines seules, deux tiers l'un / un tiers l'autre... etc. Et malgré cela, une fois la joie d'entendre Mass refaire du boeuf, la lassitude finit par s'installer. Ecoutons "Se lover dans les flammes" : le riff à trous est à peu près le même que celui de "Killing The Hype" qui est déjà assez semblable à celui de "Regarde le monde", alors que le refrain rappelle diablement "Babylone" dans l'ambiance et les mélodies. Telle est la limite de cet album : sortis de quelques titres atypiques comme "Je ressens", "Mon Horizon" ou le très Deftones "Briller pour toi" (featuring Manu de Dolly), tout ça tourne un peu en rond au bout d'un moment.


Une somme de détails est donc une bonne surprise, mais pas la poutrerie ultime qu'on aurait pu espérer. Le groupe renoue avec une énergie salvatrice, mais aurait sûrement gagné à virer quelques chansons pour éviter la sensation de répétition, voire carrément en retravailler certaines. Il reste un album extrêmement entraînant, toujours efficace et qui apporte son lot de nouveauté... dommage que la baffe de la première écoute ne persiste pas. En tous cas tout ça annonce des lendemains qui chantent!


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 6 polaroid milieu 6 polaroid gauche 6