17036

CHRONIQUE PAR ...

109
S1phonique
Cette chronique a été mise en ligne le 09 juin 2015
Sa note : 10/20

LINE UP

-Chris 
(chant)

-Mitch
(guitare)

- Jörg
(basse)

-Florian
(batterie)

TRACKLIST

1) Transmission
2) Unexpected Return
3) Portals Of Extraterrestrial Invasions
4) Devoured By The Atmosphere
5) Painful Excesses Of Doom
6) Selection
7) New Breed
8) Morpholus' Heritage
9) Dehumanized
10) Dead Human Era
11) Interstellar Collapse

DISCOGRAPHIE


Extinctionist - Portals Of Extraterrestrial Invasions
(2015) - death metal brutal death Technique alien - Label : Nemesis



Technical brutal death metal ! Tu parles d'un genre ... ça à l'air bruyant en tout cas. Entre les vieux Origins , les « nouveaux » Whorion, Fallujah, Archspire, j'en passe et des moins bons mêmes, force est de constater que pour sortir du lot il faut sacrément bien composer. Ou sortir un concept album qui tue... Ou les deux... C'est ce qu'ont essayé de faire les membres de Extinctionist avec leur nouvel album : ouvrons le portail... entrons...

Qui voudra se rappellera de l'excellent Planetary Duality de The Faceless sorti il y a quelques années et qui taquinait la dimension espace frontière de l'infini dans un death technique et très inspiré ? Qui se voudra se rappellera du film Independance Day avec le prince de bel'air et le géant Goldblum prénommé Jeff ? Qui s'est régulièrement penché sur le genre musical décrit dans les premiers mots de la chronique sait que le genre envoie du très technique et très froid (genre « guitariste 1 slide encore » ou « batteur 1 blaste encore » avec la double à 250 mini).  Et bien, hélas, et sans tourner autour du vaisseau, Portals Of Extraterrestrial Invasions, deuxième album des Allemands de Extinctionist, c'est tout ça à la fois (et en exagérant un peu). Pourtant... Pourtant le concept de l'album dont vous ne voulez pas être le héros décrit en une demi heure l’histoire de l'invasion de notre encore belle planète par une saloperie d'émigré de l'espace qui a décidé de trier les hommes du plus inutile au plus productif en qualité d'être survivant asservi.
Pas mal ! Pas original pour un sou, mais pourquoi pas. L'artwork est très sympa et propose certes le vert de l’espérance, même si ça parait vraiment ma barré nous : les bipèdes orgueilleux. Passé la (vraiment trop) longue intro de deux minutes, on attaque le saucissonnage de riffing et de batterie, le tout accompagné par un boyaux vocal très respectable, gras avec des morceaux dedans. C'est très lourd et syncopé, mais c'est agréable pour un début ; et lorsque s'ouvre le "Portals Of Extraterrestrial Invasions", c'est la panique générale et ça part un peu dans tous les sens. Le morceau se veut probablement complexe, mais se révèle plutôt bordélique : des coupures aux changements en passant par les arrangements (ces petits bouts de solo de cinq ou six notes censés encenser le propos). Bon, ça ne dure pas très longtemps et on enchaîne rapidement. Sauf que... Sauf que la suite n'est pas meilleure (mais n'est pas non plus moins bonne). Le "Painful Excesses Of Doom" porte ironiquement bien son nom : on se perd dans le méandre de la structure du morceaux.
L'album propose quelques passages à effets sonores où chacun imaginera ce qu'il voudra, notamment sur le "selection" a mi album où l'on comprend de par les « hurlements de Josette » et le « déglutissement » de la race supérieure que le match est joué et que le score est sévère puisque entraînera la nature humaine dans sa décadence, maintes fois prédis. On enchaîne alors les morceaux moins techniques et plus slam / brutal death. On se fatigue finalement à écouter ce fatalisme terrien au gré des riffs et blasts qui paraissent eux même s’essouffler. Finissons magistralement sur le "Interstellar Collapse" et son tiers d'album de durée et qui nous le rappelle d'ailleurs bien à chaque reprise de rythmique. La production est conséquente, le thème est très bon même si déjà vu, mais le résultat est malheureusement ennuyeux même, avec le niveau technique du batteur et du chanteur (la basse et la guitare restant en peu en retrait pour le genre proposé). 


Mouais.... bof... Un album qui se laisse écouter, mais qui ennuie rapidement. Le concept album n'est jamais simple car on reste encore plus attentif au message ou à l'histoire et pour le coup, au fur et à mesure des pistes, on se surprend à plaisanter et faire des blagues sur les invasions le petit doigt en l'air à défaut de tendre le majeur ... N'allons pas jusque là voyons, restons humais. 


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 5 polaroid milieu 5 polaroid gauche 5