1702

CHRONIQUE PAR ...

42
Wotan
Cette chronique a été mise en ligne le 14 février 2008
Sa note : 8/20

LINE UP

-Aggreash
(chant+basse+claviers)

-Insorior
(guitare)

-Skytorian
(batterie)

TRACKLIST

1)The Addiction To Peace (intro)
2)Rage Towards Apathy
3)Venture And Value
4)Servants In Silent Devotion
5)Visions Of Hope And Despair
6)Exhaling The Spirit Of Time
7)Obsession In A Convenient Manner
8)Perception Never Expected

DISCOGRAPHIE


Lyfthrasyr - The Recent Foresight



Voilà un promo qui a failli laisser votre serviteur sans mots. Non pas à cause de sa qualité, mais de sa banalité et de son manque de pertinence. Il y a des promos comme cela, sans que l’on sache pourquoi, sur lesquels il est difficile de mettre des mots sur la musique. Pas qu’il soit bien pire que la masse des albums que nous chroniquons avec joie, bonheur et passion, ni même meilleur d’ailleurs. Alors, que dire sur le second album de ce groupe allemand au nom imprononçable ?

Il convient de commencer par remettre les pendules à l’heure concernant le genre du groupe. Le plan promotionnel nous informe que Lyfthrasyr (a prononcer trois fois très vite, histoire de se mettre en condition pour le rappel si jamais vous avez l’occasion de les voir en concert) fait du Black mélodique/Dark Metal. Et là, je dis stop à la désinformation. La prédominance du chant growl (même si Aggreash – a prononcer trois fois très vite, histoire de se mettre en condition pour la sauterie si jamais vous êtes une groupie – possède une palette allant du criard au murmure), les riffs et la rythmique en font plus un album de death metal. Mais un death plutôt aseptisé, un peu bâtard qui n’en est pas vraiment et qui inclut des touches d’electro, quelques riffs mélodiques et des lignes de claviers qui n’apportent pas grand chose.

Le seul élément de black metal que Lyfthrasyr retient dans sa musique est l’usage de rares riffs mélodiques dans la veine de Dissection. Mais d’ambiances, de feeling ou d'émotions, nenni. Toute la technique que le groupe déploie tombe à plat comme un soufflé. Skytorian assure blasts et breaks avec brio, son jeu est carré et précis. Le chant est varié et puissant, les lignes de claviers sont excellemment réalisées, et la production est nickel, bien que propre et lisse. Techniquement, c’est proche du sans faute. Difficile d’en dire autant de l’inspiration. Les compositions sont linéaires, toutes issues du même moule. Seuls les quelques riffs permettent de différencier les chansons, et ce ne sont pas les lignes de claviers (que ce soit des nappes atmosphériques ou des beats electro), qui se ressemblent toutes, qui aideront.

Rien que cela pourrait suffire à rendre les 40 minutes que dure l’album longues. Ce qui enfonce définitivement le clou est le manque de vibrations qui entoure cette galette. Absolument rien n’en transparaît, aucune ambiance sombre (et dire que The Recent Foresight est censé être du dark metal !), pas la moindre émotion. Juste le néant. Tout est trop propre, cela manque de haine, de hargne, de méchanceté, de violence, ou peut-être tout simplement de passion. C’est l’impression finale que Lyfthrasyr laisse: celle d’avoir écrit un album sans originalité, de jouer (et de bien jouer) sans aucune passion, sans avoir mis ses tripes et le coeur à l’ouvrage.


Voilà peut-être la raison pour laquelle il fut difficile au final de trouver quoi dire sur cet album: un ouvrage sans passion inspire difficilement. Alors que la technique est au-rendez vous, l’inspiration et la pertinence n’y sont pas. Cet amalgame de death-metal, matinée d’electro et de mélodies ne convainc pas, ne met pas une claque dans la gueule car trop fade et plat.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 1 polaroid milieu 1 polaroid gauche 1