16998

CHRONIQUE PAR ...

109
S1phonique
Cette chronique a été mise en ligne le 15 mai 2015
Sa note : 13.5/20

LINE UP

-Chris Barnes
(chant)

-Brandon Ellis
(guitare)

-Ray Suhy
(solo sur "Open Coffin Orgy")

-Rebecca Scammon
(solo sur "Break the Cross in Half")

-Phil Hall
(guitare+basse)

-Josh "Hallhammer" Hall
(batterie)

TRACKLIST

1) Gruesome
2) Open Coffin Orgy
3) Broken Bottle Rape
4) Break the Cross in Half
5) Lost Remains
6) Slit Wrists
7) Stab
8) The Night Bleeds
9) Compulsion to Brutalize
10) Eternal Darkness


DISCOGRAPHIE

Maximum Violence (1999)
13 (2005)
Commandment (2007)
Death Rituals (2008)
Graveyard Classics Vol.III (2010)
Undead (2012)
Unborn (2013)
Crypt of the Devil (2015)
Torment (2017)

Six Feet Under - Crypt of the Devil
(2015) - death metal pas encore enterré ! - Label : Metal Blade Records



On ne peut pas dire que Undead et Unborn aient laissé un souvenir particulier. On ne parlera même pas des Graveyard Classics, plus anecdotiques qu'autres choses. Pourtant, à chaque nouvelle actualité de Six feet Under et a fortiori de Chris Barnes, une espèce d'enthousiasme réapparait systématiquement. C'est encore le cas avec la promo 2015 intitulée Crypt of the Devil (« Gniark gniark gniark gniark gniark... » rires lointains et gutturaux)

Chris Barnes c'est un peu le Dave Mustaine du death metal : partit du plus grand groupe du genre, il réussit néanmoins à faire une brillante carrière de son coté sans avoir à rougir de la réussite de l'autre, et parvient même à faire son trou, non pas pour se faire enterrer, mais pour se faire référence reconnaissable et reconnue. Sur la base des deux derniers albums et les tournées qui ont suivies, le line-up de Six Feet Under évolue mais n'empêche pas de jouer et de cracher son death des cavernes et des caveaux un peu partout. Le père Barnes s'amourache d'ailleurs du Phil Hall, alors en opener avec son Cannabis Corpse, et les deux bonhommes, puisque le courant passe, se mettent à composer du nouveau matos pour le tombeau. Les mecs d'un groupe « primairement » parodique (mais plus élaboré que ce que l'on pourrait croire) s'associant avec le premier chanteur pour écrire un album. Ironique non ? Sarcastique plutôt : car ce n'est certainement pas une équipe B de Cannibal Corpse, mais bel et bien un groupe d'écriture et de composition. Disons le de suite : du sang frais, une approche nouvelle, mais toujours avec la patoune de Barnes et nous voilà sur du bien meilleur que les machins d'avant. Les fondamentaux death, parfois presque doom et bien lourdingues avec du growl gargarisé quasi déglutit, retrouvent jeunesse. Sans parler de nouveau sons, l'apport des Cannabis Corpse donne un coup de pied au cul au registre pratiqué : parfois certes plus lourd (bien plus lourd, bien plus lent), les rythmes s'emballent sur certaines partitions avec quelques très bons riffs bien trempés et bien sentis, même si l'originalité ne sera pas de mise.
Des solos bien pensés trouvent également leur place. Et lorsque la facilité se pointe, on peut se reposer sur le «
pseudo-groove made in Barnes » pour bouger la guibolle ou la caboche (le superbe et minimaliste "Open Coffin Orgy" n'a d'ailleurs pas été choisi au hasard pour la promotion). Le plus effrayant dans cet album (hormis le sublime artwork) reste l'évident accueil manichéen que celui ci va probablement recevoir. D'un coté, l'évidente association entre Cannabis et Barnes suffira à certains pour cracher le venin de la mauvaise foi et se contenter de dire que le groupe et l'album sont de la merde. De l'autre, la respectable oreille admettra le travail de composition de l'album et la qualité globale de la release. Les plus enthousiastes devraient même crier au grand retour de Barnes et de son SFU en comparaison d'un treizième album de Cannibal dans la continuité (photocopie) des autres. Cessons un instant de ramener tout à la comparaison. Crypt of the devil est meilleur que tout ce que le groupe a proposé durant les années 2000. Sans non plus sortir un pavé génial, les dix titres sont agréables et montrent que le père Barnes a encore des choses à growler. En espérant que le line-up live tiennent aussi bien les compositions que le line-up studio (en rêvant même de voir ce groupe tourner) et il fera bon vivre de se mettre « six pieds sous terre ». Après les sempiternelles discussions Mustaine/Barnes Vs Metallica/Cannibal Corpse ... si on pouvait tirer la chasse pour évacuer un bon coup...
  

Cannibis Corpse+Chris Barnes = bon nouvel album de Six Feet Under. Même approche Barnesque. Un peu différent. Meilleur que les précédents. Beuuahha de joie. Absolument pas dans l'ombre de la référence cannibale. A se procurer tout autant (voire plus) que A Skeletal Domain. Sans hésiter. Sans comparer. Quoi, comment ça je n'arrête pas depuis le début ?

Un commentaire ? Un avis ? C'est ici.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 7 polaroid milieu 7 polaroid gauche 7