16986

CHRONIQUE PAR ...

124
Shamash
Cette chronique a été mise en ligne le 29 avril 2015
Sa note : 16/20

LINE UP

-Mister Curse
(chant)
 
-Mr. T.S. Kettleburner
(chant+guitare)

-Mr William Wight-Barrow
(guitare)

-Katheryne, Queen of the Ghosts
(violon+flute)

-Mr. Titus Lungbutter
(basse)
 
-The Gentleman
(claviers+percussions)

-Mr. John "The Resurrectionist" Bishop
(batterie+percussions)


TRACKLIST

1) Drawing Down the Rain
2) Hive Mindless
3) A Blaze of Hammers
4) Virtus Sola Invicta
5) Proboscis Master Versus the Powdered Seraphs
6) Pawn on the Universal Chessboard  Part I: Mindslide
7) Pawn on the Universal Chessboard Part II: Have You Got a Light, Boy?
8) Pawn on the Universal Chessboard Part III: Perdurabo
9) Pawn on the Universal Chessboard Part IV: An Automaton Adrift
10) Pawn on the Universal Chessboard Part V: Lowly Worm
11) Pawn on the Universal Chessboard Part VI: Let There Be No Light

12)

DISCOGRAPHIE


A Forest Of Stars - Beware the Sword You Cannot See
(2015) - black metal black metal psychédélique - Label : Lupus Lounge



L’omniscience. Une faculté qui peut faire rêver. Nombreuses sont les civilisations à avoir doté des divinités de cette capacité. Or, l’amateur de musique éclairé n’est qu’un être humain parmi tant d’autres. Il ne peut donc jouir d’une connaissance infaillible sur l’ensemble des sorties. Il lui arrive même parfois de passer à côté de choses éminemment recommandables. Là réside d’ailleurs toute la beauté du travail de chroniqueur : dénicher par le plus grand des hasards des pépites, et tenter, parfois vainement, de convaincre d’autres congénères de succomber aux charmes desdites trouvailles.

A Forest Of Stars. Nul doute que parmi vous, certains ont déjà entendu parler de cette formation, et sont même au fait de l’ensemble de ses travaux. Pour les autres, dont j’avoue humblement faire partie, précisons que ce groupe est apparu en 2007 à Leeds. Il compte déjà trois albums au compteur, auquel vient s’ajouter Beware the Sword You Cannot See. Un concept se cache derrière cette entité étonnante. A Forest Of Stars serait un club de gentlemen (accompagné d’une fille, en la personne de Katheryne, Queen of the Ghosts) fondé à la fin du XIXe siècle, témoignant du climat de son époque, qui prendrait vie dans les compositions offertes depuis 2007. Musicalement, il est difficile de classer les Britanniques. Affirmant jouer du black metal psychédélique, si tant est que cette étiquette puisse évoquer quelque chose, les sept Anglais s’évertuent à donner naissance à des morceaux recherchés et inspirés. Certes, le black metal est bien présent, les nombreux passages alertes et puissants égrenant cette sortie en sont la preuve. Mais le discours des Britanniques est bien plus complexe que cela.
Sur cette base extrême viennent se greffer de très nombreux éléments qui apportent une richesse incommensurable à l’ensemble. Un violon mélancolique fait souvent irruption, dès "Drawing Down the Rain " et “Hive Mindless“, attribuant une touche nostalgique du meilleur effet. Katheryne est également responsable des passages de flûte, qui apparaissent ça et là dans les compositions. Les vocaux de Mister Curse sont variés, allant d’éructations contrôlées aux chuchotements troublés, comme l’on peut l’entendre sur "Virtus Sola Invicta". Ajoutez des percussions envoutantes, des nappes de clavier éthérées et vous obtiendrez des morceaux brillants. L’une des forces du septuor réside dans son habileté à assembler avec cohérence ces éléments pour le moins bigarrés. La seconde partie de l’album est constituée d’un titre divisé en six parties, " Pawn on the Universal Chessboard", dans lequel les grandes qualités de la troupe sont une fois encore mises en avant. L’aura mystérieuse qui se dégage de ces vingt-et-une minutes est propice à laisser votre esprit divaguer dans le monde sombre et torturé des anglais. A peine terminée, l’écoute de ce disque provoquera certainement une envie irrésistible de recommencer au début, afin de parvenir à percer les nombreux mystères qui jalonnent cette œuvre.


Beware the Sword You Cannot See est une excellente découverte de ce début d’année 2015. Progressive, mystique, violente, mélodieuse…la musique d’A Forest Of Stars est tout ça à la fois. A l’heure où certaines formations estampillées metal extrême avant-gardiste tentent de se renouveler, les britanniques parviennent à offrir une œuvre remarquable. Fermez donc les yeux, abandonnez-vous et arpentez sans crainte cette forêt d’étoiles qui accompagnera vos plus agréables cauchemars.  



©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 4 polaroid milieu 4 polaroid gauche 4