16968

CHRONIQUE PAR ...

109
S1phonique
Cette chronique a été mise en ligne le 21 avril 2015
Sa note : 13/20

LINE UP

-Anne-Emmanuelle Fournier
(chant)

-Marc Chevallereau 
(tout)


TRACKLIST

1) Strangers
2) Quantify your Soul
3) The Sity Feeds onYou
4) Frontier
5) Hunters' Game
6) The White Passenger
7) Of Water and Dreams
8) Prometheus' Pain
9) Beauty is Our Only Saviour
10) Closer to Apotheosis

DISCOGRAPHIE

Urban Fantasy (2014)

Unseelie - Urban Fantasy
(2014) - gothique electro - Label : Autoproduction



Paris brûle-t-il encore ? Nos chers parisiens ont ils encore la flamme compositrice ou préfèrent-ils s'abandonner aux tournées clichées des pubs à la mode, à s'exposer verre d’absinthe à la main tout en gardant la pose ? Bah putain, heureusement que la flamme brûle pour certains ! (Désolé pour l'interjection). Unseelie propose en cette fin d'année 2014 un Urban Fantasy remarquable pour une première.

La peur du cliché de tomber sur un énième projet de rock gotho-sympho-chanteuse est présente, mais il convient de se rassurer rapidement, car l'album dépasse le cliché en campant adroitement dans les codes du genre avec une inspiration originale. A commencer par l'artwork, dont les couleurs appellent plus la froideur que la bonne humeur, qui interroge et pousse à la curiosité, si bien qu'on est rapidement pressé d'écouter les compositions. L'intro de "Strangers" ne démentira pas la première impression et c'est avec plaisir qu'on entre dans l'univers bien prononcé du duo. Identité serait d'ailleurs même le thème le plus approprié, car ce sera un album presque conceptuel décrivant (de ce que j'ai pu décoder) une fatalité décadente ne pouvant de toutes façons à terme n'évoluer que vers une situation meilleure. Un message plutôt sombre, mais habité d'espérance. Hélas, voilà déjà la première petite ombre au tableau : les chants anglais. Alors que Anne-Emmanuelle Fournier nous cajolera tout au long de l'album par ses émotions très bien retranscrite,s que ce soient les chuchotements, les parties hautes et même les quelques growls, on regrette l'accent trop franchouillard et trop présent. En y pensant, le message aurait été bien plus épique et poétique avec un texte français ; d'autant que les chansons sont soutenues par une réelle écriture - le coup d’œil aux paroles vaut largement le détour. Bien sur ce ne soit absolument pas gênant, car on saisit le message du texte, on reste sur l'impression et l'envie d'écouter la belle dans la langue natale.
Observation faite, poursuivons notre quête, et c'est sur toute la partie de Marc Chevallereau qu'on peut maintenant se pencher. Quel travail ! Le sens de la mélodie est systématique et les arrangements sont tous superbes, alors lorsqu'on ajoute en postulat une ambiance entière et continue sur les dix morceaux, on ne peut que féliciter son auteur. Même si l'uniformité des couleurs mélodiques et rythmiques pourrait faire réagir les ronchons de service en arguant une monotonie sur la durée, sur la globalité de l'album, on se laisse facilement perdre dans une douce mélancolique, que ce soit sur une intro piano ou une nappe de synthé. Et bravons la lassitude grâce au riffing bien présent mais ne submergeant jamais la rythmique. Le tout est justement équilibré et c'est l'autre réussite de l'album. Une fois le groupe découvert ainsi que son univers et son approche musicale, les relectures sont délicieuses (notamment les deux derniers morceaux : le progressif  "Beauty is Our Only Saviour" et le bonus  "Closer to Apotheosis"  et ses dernières mesures clôturant superbement l'album) et permettent d'éluder les petites imperfections de circonstances. Monotone dans le bon sens, sombre mais mélodique, voilà les principaux traceurs du son Unseelie.  


Quelle belle surprise de fin d'année, issu d'un projet participatif, le duo de Unseelie propose un premier album très intéressant et méritant une oreille curieuse, ne serait-ce que pour sa découverte. On peut ne pas entrer dans l'univers du groupe et ne pas apprécier l'album, mais on ne peut nier l'excellence du travail proposé par Marc Chevallereau, très bien accompagné par Anne-Emmanuelle Fournier. 


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 3 polaroid milieu 3 polaroid gauche 3