16967

CHRONIQUE PAR ...

106
Belzaran
Cette chronique a été mise en ligne le 15 avril 2015
Sa note : 12/20

LINE UP

-Ced
(chant)

-Fab
(guitare)

-Mat
(guitare)

-Cédric
(basse)

-Jerry
(batterie)

TRACKLIST

1) Temple of Sin
2) Below Ground
3) Black Age
4) Meticulous Crime Against Ourselves
5) Eternity
6) Cold
7) In Fall We Trust
8) Inside
9) Far
10) Used
11) Antihero
12) We're Dying by Our Hands
13) I can't Live a Second Life

DISCOGRAPHIE


Supertanker - Mix Songs From The Ashes
(2014) - death metal thrash metal stoner typique 90's - Label : Klonosphere



Supertanker est un groupe de parisiens. Du metal français, qui plus est de la capitale, voilà qui ne pouvait pas me laisser indifférent ! Surtout que leur style musical est du power metal sorti tout droit des années 90. Hélas pour moi, fan de Gamma Ray et consorts, on parle ici de power metal viril et violent, qui transpire la testostérone par tous les trous : celui de Pantera ou de Machine Head première version. Mix Songs From Ashes est le premier album des Français et va vous replonger vingt ans en arrière, dans votre sombre jeunesse.

Mix Songs Froms Ashes, comme son nom l’indique, ne fait pas dans la dentelle, mais plutôt dans le mélange des styles. Le groupe développe un son qui, en effet, mixe ses influences. Sur une base power metal, Supertanker ajoute une bonne dose de stoner histoire d’ajouter du groove. Les influences grunge ne sont pas loin non plus (on pense un peu à Soundgarden). Par moments, la période Load/Reload de Metallica semble surgir, portée par un son lourd et groovy ("Meticulous Crime Against Ourselves"). Si les références sont multiples, tout est référencé dans une décennie bien précise, les années 90. Supertanker développe quand même son propre son. Les tempos sont variés, mais l’album fait un peu du surplace. Après un premier morceau sympathique, "Below Ground" est bien plus marquant, puis restera le meilleur moment de la galette. Les morceaux sont souvent dans un entre-deux : pas assez violents ou, à l’inverse, pas assez groovy. Seules les accélérations exciteront vraiment l'auditeur. Car c’est quand Supertanker assume pleinement un morceau qu’il fait mouche. "Eternity", ballade acoustique, est un moment fort de l’album par exemple. Finalement, seul "We’re Dying From Our Hands" propose vraiment un condensé de ce que sait faire le groupe.
Malgré tout, difficile de passer à côté du chant chez Supertanker. Le chanteur porte le groupe sur ses épaules tant la voix est mise en avant. A l’aise dans un growl d’écorché vif, il propose des variations essentielles, en voix claire ou avec des hurlements plus profonds. Mais il ne faut pas mettre de côté les autres instrumentistes. Les riffs de guitare sont souvent assez réussis, mais proposent avant tout un mur de puissance. Il manque des leads, des soli pour aérer l’ensemble. Quant à la rythmique, elle fait un sacré boulot pour donner ce sentiment de groove souvent présent dans l’album. Mais la cohésion de l’album n’en fait pas une réussite. La qualité n’est pas assez homogène. Et le nom de l’album prend tout son sens. "Mix songs From The Ashes" touche à plusieurs genres et ne réussit pas pleinement sa synthèse. Avec une dizaine de morceaux plutôt que treize, l’album aurait été plus percutant.


Mix Songs From Ashes ne réussit pas vraiment son pari. Très (trop ?) référencé dans les années 90, il propose de vrais bons moments, mais également des pistes moins excitantes. Comme c’est leur premier album, on attend une suite plus aboutie, car le potentiel est là.


Un commentaire ? Un avis ? C'est ici.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 4 polaroid milieu 4 polaroid gauche 4