1688

CHRONIQUE PAR ...

16
Kroboy
Cette chronique a été mise en ligne le 10 février 2008
Sa note : 5/20

LINE UP

-Steve « Zetro » Souza
(chant)

-Gary Holt
(guitare)

-Rick Hunolt
(guitare)

-Mike Butler
(basse)

-John Tempesta
(batterie)

TRACKLIST

1)Thorn In My Side
2)Me Myself And I
3)Force Of Habit
4)Bitch
5)Fuel For The Fire
6)One Foot In The Grave
7)Count Your Blessings
8)Climb Before The Fall
9)Architect Of Pain
10)When It Rains It Pours
11)Good Day To Die
12)Pump It Up
13)Feeding Time At The Zoo

DISCOGRAPHIE


Exodus - Force Of Habit
(1992) - heavy metal poussif - Label : Capitol Records



C'est toujours triste d'assister à la mort d'un groupe en direct, et c'est pourtant le déplorable spectacle qu'Exodus nous livre en pâture avec ce misérable Force of Habit. Pas besoin de tourner autour du pot histoire de ménager un suspense factice, ni de travestir la vérité à l'aide d'une jolie métaphore : cet album est une grosse daube. C'est bien simple : vous voyez cette horrible pochette ? Et bien dites-vous que le contenu est encore pire…

Déjà, soyons clairs : vous ne trouverez quasiment pas une miette de thrash à vous mettre sous la dent. Il faudra attendre la toute fin de l'album (pour les plus acharnés qui n'auront pas abandonné en cours de route) et le délirant "Feeding Time At The Zoo" pour être sûr qu'il s'agit de l'œuvre d'un groupe Bay Area AOC. Mais bon, à la limite, tout ça n'a rien d'étonnant une fois les choses remises dans leur contexte : l'année précédente, une tornade heavy nommée Black Album a fini de ravager un paysage thrash qui se trouvait déjà dans un état de délabrement avancé. Se plier aux nouvelles règles du jeu était devenu une simple question de survie. Que Testament se soit lamentablement vautré quelques mois plus tôt avec The Ritual, c'était finalement assez prévisible. Mais au vu de ses antécédents, on pouvait légitimement penser qu'Exodus avait les armes pour s'adapter, malgré une baisse de forme plutôt inquiétante sur Impact Is Imminent. Grave erreur de jugement…

Dès l'entame, on se dit qu'il y a un truc qui ne tourne pas rond, avec un "Thorn In My Side" qui groove avec la légèreté d'un éléphanteau. Dans un style qu'Exodus a déjà abordé un paquet de fois dans le passé, ça la fout mal. Dans la foulée, "Me Myself And I" ne fait pas mieux. Il y a bien un lead harmonique qui pourra faire tendre l'oreille, mais il finit par devenir franchement indigeste à force d'être répété pendant 40 secondes. On est presque surpris quand déboule le morceau titre, un mid tempo pas génial mais qui assure correctement, avec ce son bien gras concocté par Chris Tsangarides et qui lui va comme un gant. C'est déjà ça, et c'est surtout nettement mieux que cette improbable reprise de "Bitch" des Rolling Stones. C'est sûr que ce morceau de Sticky Fingers nous change de "Paint It Black" et autres "Satisfaction", mais le coup de mettre du saxo sur un album d'Exodus, là c'est vraiment too much. Alors arrivé à l'insipide "Fuel For The Fire", cette fois on en est sûrs : ce Force Of Habit est aussi chiant qu'un match de Ligue 1.

Surtout qu'en plus de faire chiant, Exodus a aussi fait long. Croyez-moi que ces 68 minutes, vous allez les sentir passer encore plus que devant un film d'art et essai moldavo-ukrainien ! Pas moins de 13 morceaux, qui semblent de plus en plus moisis au fur et à mesure qu'on avance (et pourtant c'est parti de bien bas), à l'image des pitoyables "Climb Before The Fall" ou "When It Rains It Pours". Pour le prix très disputé du morceau le plus naze, ils sont pourtant coiffés au poteau par "Good Day To Die", faussement bluesy mais vraiment merdique. Les rares bonnes idées sont elles-mêmes noyées dans des morceaux qui n'en finissent plus, comme "Count Your Blessings" et son refrain énergique, mais qui perd tout impact en étant étiré sur plus de 7 longues minutes. De même, le lent et mystérieux "Architect Of Pain" sonne pas mal, mais de là à pousser sur 11 (!) minutes… Les courageux qui ont tenu le coup seront donc récompensés par un "Feeding Time At The Zoo" festif et survitaminé, qui permet donc à Exodus d'éviter d'extrême justesse le Fanny au bar.


Après avoir honteusement échoué à vous faire accrocher au thrash, Force Of Habit est donc l'album parfait pour inaugurer ma nouvelle stratégie : vous convaincre de ne PAS acheter un album de thrash ! Ça semble d'autant plus facile que cet album n'est plus disponible depuis belle lurette, et qu'il faudrait débourser une somme rondelette sur E-Bay pour mettre la main dessus. Et dire que si Exodus n'avait pas remis le couvert en 2004, sa carrière se serait achevée sur ce véritable étron…


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 1 polaroid milieu 1 polaroid gauche 1