1679

CHRONIQUE PAR ...

2
Cosmic Camel Clash
Cette chronique a été mise en ligne le 08 février 2008
Sa note : 14.5/20

LINE UP

-Michael Kronstorfer
(chant+guitare)

-Rudolf Obermann
(guitare)

-Bane Sibinovic
(guitare)

-Hannes Schweiger
(basse)

-Philip Deniflee
(batterie)

TRACKLIST

1)From Mutism To Riddance
2)Taste The Pain
3)Purified
4)Some Bleeding More
5)Haunted Minds
6)Walk Through Death
7)Brute As Redemption
8)This Blood For Freedom
9)The Remedy

DISCOGRAPHIE


Before The Fall - From Mutism To Riddance
(2007) - hardcore thrash metal - Label : Twilight Zone




Chouette, des Autrichiens ! Ça fait toujours plaisir de tomber sur un groupe aux origines un tant soit peu exotiques, ce qui n'est pas dur en fait vu qu'il suffit de n'être ni allemand, ni américain, ni scandinave. C'est d'un groupe tout neuf dont il s'agit : formé en 2005, le groupe a enregistré ce premier album seul, l'a fait masteriser par Tue Madsen et a ensuite trouvé un deal de distribution grâce à Twilight Zone. Et si cette démarche vous fait penser qu'ils en veulent, attendez d'écouter leur musique...


Car attention, ça ne rigole pas du tout. From Mutism To Riddance est un album de thrashcore massif, dominé par l'envie palpable d'en mettre plein la gueule de l'auditeur. Et ils y arrivent ! La première claque vient de ce son qui inspire le respect : il est quasiment impossible à l'écoute de croire que la production et le mix sont fait maison tant c'est pro. Aux antipodes d'un son metalcore ou melodeath propret cet opus sonne terriblement thrash, et il n'y a que le mastering du sieur Madsen qui donne au tout ce côté légèrement surboosté propre aux albums modernes. Quant aux riffs, il suffit de se prendre la bombe qu'est le morceau-titre dans la face pour comprendre : on est là pour cogner dur. Ca galope, ça reste old-school jusque ce qu'il faut avant de balancer du beat-down version mitrailleuse à la double, c'est agrémenté d'un soupçon d'harmonies twin leads à la Scandinave et de plans heavy moins hystériques, en bref ça cogne. Le chant est à l'avenant : Kronstorfer est un brailleur pile à mi-chemin entre core, death et thrash, se rapprochant presque d'un Leif Edling (en moins aigu) dans son timbre écorché.

Ce premier et enthousiaste constat passé, encore faut-il que le groupe tienne la distance... et il le fait au début. Le deuxième titre "Taste The Pain" varie direct le propos en proposant un mid-tempo écrasant, du chant clair sur le refrain, et un riff principal assez metalcore. Le force de Before The Fall est de lier avec beaucoup de facilité les approches old-school et plus modernes : le thrash pur de "Purified" est ainsi transcendé par une harmonie de guitare par-ci par là et représente le meilleur des deux mondes. Autre caractéristique empruntée au thrash des années 80 : cette tendance réjouissante à caler cent trente plans et riffs par titre (sans les rallonger artificiellement) et à varier sans arrêt. On peut noter également les efforts de Kronstorfer pour ne pas placer son chant toujours pareil : longs hurlements tenus, syncopes, marquage des temps forts, l'homme sait éviter la linéarité. Par contre une fois passé le cinquième titre on commence à sentir que la machine manque de carburant : "Haunted Minds" a beau mettre par moments l'accent sur le melodeath / metalcore pour se renouveler, ça commence à se répéter.

En fait il est un domaine dans lequel Before The Fall reste prévisible : les harmonies de guitare qui sont à peu près toujours placées au même endroit. De la même manière, ces harmonies sont toujours utilisées dans une approche à la suédoise, approche dans laquelle Before The Fall n'est pas le groupe le plus original qui soit. "Brute As Redemption" est une chanson plombée de clichés Soilwork / In Flames et doit son salut à un break en son clair extrêmement judicieux qui vient l'aérer, break qui fait par sa présence réaliser à quel point il est esseulé sur l'album qui aurait été grandi par plus de passages de ce genre. L'énorme outro thrash/core/death du même morceau confirme au passage que le groupe est plus pertinent quand il part d'une base thrash et qu'il la parsème de touches de modernité metalcore / melodeath que quand il fait le contraire. Autre petit souci : les grands du thrash savaient pondre des morceaux avec moult plans qui soient AUSSI immédiatement reconnaissables, et les titres de l'album manquent souvent de points de repère qui permettraient de retenir telle chanson en particulier.


Sorti de ces quelques critiques, il faut bien reconnaître que ce premier Before The Fall est diablement prometteur. Le thrashcore du groupe est puissant et varié, et si Before The Fall affirme son propre style dans les albums suivants ils risquent de faire très mal. En attendant je les garde à l'oeil... et j'envoie le cd à Kroboy.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 6 polaroid milieu 6 polaroid gauche 6