1657

CHRONIQUE PAR ...

13
Dupinguez
Cette chronique a été mise en ligne le 04 février 2008
Sa note : 10/20

LINE UP

-Hene Muther
(chant)

-Philipp Meier
(claviers)

-Markus Muther
(guitare)

-Hungi Berglas
(guitare)

-Jonas Lüscher
(basse)

-Thomas Merz
(batterie)

TRACKLIST

1)The Calling
2)Pathfinder
3)The Raven's Flight
4)Inspiration
5)The Prophecy
6)Save Me
7)Anthem Of The End
8)Mirror, Mirror
9)Ikarus
10)See You Rise
11)The Lament Of The Wind

DISCOGRAPHIE


Crown Of Glory - A Deep Breath Of Life
(2008) - heavy metal - Label : Metal Heaven



Crown Of Glory représente la puissance, des mélodies admirables et entraînantes, des lignes de chant géniales et des paroles pleines de sens. C'est tout du moins ce qui est modestement écrit en guise de présentation du groupe sur son site. Mais vous vous doutez bien, en jetant un coup d'oeil à la note, que la réalité n'est pas tout à fait aussi glorieuse. Fort de son nouvel album A Deep Breath Of Life, le combo s'en va plein d'ambitions silloner les routes déjà fort encombrées du heavy metal.

Et puisqu'il s'agit d'un premier essai, on sera étonné de trouver le fameux Dennis Ward (Pink Cream 69) au mixage, car l'homme n'en est très certainement pas à son coup d'essai. Citons notamment Angra dans les groupes qu'il a produits. Donc bonne nouvelle, le son est de très bonne facture pour un début, même s'il est de plus en plus rare de trouver un son dégueu aujourd'hui, même pour des premières productions. Au menu, que nous propose-t-on dans ce A Deep Breath Of Life? Retournons donc faire un tour sur le site du groupe pour le savoir. Crown Of Glory appartiendrait ainsi à la scène metal mélodique, avec des influences AOR et power metal. Les fans d'Europe, des Pretty Maids, de Stratovarius, de Royal Hunt et d'Edguy ne seront pas déçus par le son de Crown Of Glory. Que des noms issus d'une scène plutôt mélodique effectivement. Et en effet, avec des claviers très présents, une voix bien claire comme il faut et des tempi qui atteignent rarement les sommets, les fans de thrash peuvent définitivement passer leur chemin.

On trouve de tout dans ce A Deep Breath Of Life. Attention, pas en matière de style, mais en matière de qualité. Il y a du très moyen, à l'image de ce titre d'ouverture plutôt râté car trop caricatural pour être apprécié. Les mélodies simplettes et joyeuses aux claviers, avec une structure couplet/pont/refrain dont le contenu et la forme sont bien peu originaux, non merci, on a déjà donné. Pourtant, la voix de Hene Muther est plutôt maîtrisée bien que semblant un peu fragile par moment. Elle rappelle d'ailleurs parfois celle de Mat Kleiber de Karelia, que ce soit dans le timbre dont seule la partie aiguë est empruntée ou les mélodies vocales. Il y a du plus intéressant à l'image de l'enchaînement "The Raven's Flight"/"Inspiration" qui nous permet d'apprécier une voix plus sombre et agressive pour la première des deux, servie par des rythmiques qui se font plus incisives. Malheureusement, l'alternance avec d'autres passages plus classiques vient casser une ambiance qui commençait à se développer de manière fort agréable. La seconde permettra d'apprécier un sens certain de l'épique mélodieux.

Malheureusement, on ne criera pas pour autant au génie, et les quelques bons moments sont vite rattrapés par des passages plus moyens. Notamment "The Prophecy", durant laquelle le vocaliste se fait soudain plus approximatif, pendant les couplets particulièrement. De manière générale, les soli font également un peu pitié, car trop simplistes. On a parfois l'impression d'entendre de jeunes pousses découvrir leurs premiers accords de guitare. Autre point noir, les compositions sont longues. Autant venant d'un groupe de prog, on ne s'en étonnera pas, autant dans le heavy metal, il faut avoir un discours sacrément intéressant pour pouvoir proposer un album dont seule une composition dure moins de 4:49, qui est malheureusement la "The Prophecy" suscitée. Vous vous en doutez donc, ce n'est hélas pas le cas. En atteste la power ballade "Save Me" qui approche les 8 minutes, mais dont 4 seulement auraient encore été trop pour rendre le titre réellement intéressant. Un manque d'originalité flagrant vient finir d'enfoncer le tout, et les rares moments ou la musique s'écarte un peu des sentiers battus sont bien évidemment les plus intéressants mais aussi les plus rares.


Voilà donc un album qui aurait gagné à donner plus de place à l'ambition et à l'audace présente en quelques rares instants de ce A Deep Breath Of Life. On se retrouve à la place avec un énième album de heavy metal, bien fichu mais manquant singulièrement d'originalité. Les amateurs d'Edguy, de Royal Hunt et des autres groupes suscités risquent donc quand même d'être déçus, à moins d'être très attachés au style.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 5 polaroid milieu 5 polaroid gauche 5