1636

CHRONIQUE PAR ...

29
Sebrouxx
Cette chronique a été importée depuis metal-immortel
Sa note : 15/20

LINE UP

-Tom Morello
(tout)

TRACKLIST

1)California's Dark
2)One Man Revolution
3)Let Freedom Ring
4)The Road I Must Travel
5)The Garden Of Gethsemane
6)House Gone Up In Flames
7)Flesh Shapes The Day
8)Battle Hymns
9)Maximum Firepower
10)Union Song
11)No One Left
12)The Dark Clouds Above
13)Until The End

DISCOGRAPHIE


The Nightwatchman - One Man Revolution
(2007) - folk - Label : Epic Records




A tout le monde, à tous mes amis, je vous aime mais je dois partir. Alors je pose ma gratte électrique. C’était trop facile, on m’attend autant sur ce registre que lors d’une éventuelle reformation de mon ancien groupe, Rage Against The Machine. Mon nom ? Tom Morello, ou plutôt The Nightwatchman, je ne sais pas, je sais plus. Le tout est de savoir si vous êtes prêts à me suivre dans cette nouvelle voie acoustique ?


Surtout que je pousse la chansonnette tout le long de l’album. Rien que moi, ma schizophrénie à un stade déjà bien avancé et les treize titres de mon album solo de chez solo. Tout le monde jusqu’alors croyait que le dément, dans Rage Against The Machine, c’était le chanteur Zack de la Rocha. Je vous ai bien berné. Et j’en ai MARRE des chanteurs. Entre le Zack perché au Tibet et le Chris Cornell, l’autre playboy de mon autre ancien groupe, Audioslave, ça va, j’ai donné. Je sais, ça peut vous sembler confus, mais je fais tout moi-même maintenant et ce jusqu’à nouvel ordre. Ne vous inquiétez pas pour moi : quand on sait jouer de la guitare électrique, on sait jouer de la guitare classique, ou de la folk si besoin est. Surtout quand on eu Steve Vai comme professeur.

La rythmique bien bluesy en 4/4 et les arpèges classiques, vous allez voir, je maîtrise autant que la whammy ou les soli à la Coltrane. Je tente, c’est burné et si ça vous plaît pas, passez votre chemin. Pour le chant, c’est une autre paire de manches, mais je peux user de mes cordes vocales dans un registre limite Johnny Cash/Leonard Cohen, en plus juste. Mais en tout autant agréable. Dommage d’ailleurs : j’aurais dû prévenir mes fans : cela m’aurait évité de les voir pourrir ma boîte mail avec leurs messages agressifs. Que ceux-ci se rassurent : j’ai beau être un peu schizo, j’ai beau respecter la posologie de mon lithium, le Nightwatchman a encore les idées claires. Et surtout la rancune tenace, en particulier contre l’administration en place dans mon pays. Bush et son bourbier en Irak dans "No one Left". Bush et son inertie face au désastre à la Nouvelle-Orléans.

Je sais, je ne suis pas le premier à m’aventurer dans la protest song. Avant moi, il y a eu Neil Young, Bob Dylan et consorts. Soit. Mais moi aussi je l’ai mauvaise : en témoignent "Union Song", "Battle Hymns" et leurs parties d’harmonica. D’ailleurs j’aurais pu vous les interpréter sans problème devant le Congrès à Washington DC en guise de protestation. Idem pour "Maximum Firepower" et son intro d’enragé. Comme mes prédécesseurs contestataires, je bosse dans l’urgence, ça s’entend même si mon tout sonne faussement minimaliste. Ma batterie m’a manqué à certains moments, j’en ai collé sur quelques morceaux dont l’efficace et irlandisant "The Road I Must Travel". Mon piano Stenway aussi, alors je n’ai pas hésité à le sortir de la salle à manger pour "Let Freedom Ring".


J’ose espérer que vous passerez un bon moment en mon acoustique compagnie parce que j’y ai vidé mes tripes et aurai probablement bien du mal à produire un deuxième opus perso du même acabit. Maintenant je suis fatigué, et Zack m’attend pour une reformation temporaire de RATM. Je est définitivement un autre. Mais finalement pas si différent de l’original.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 4 polaroid milieu 4 polaroid gauche 4