1635

CHRONIQUE PAR ...

10
Beren
Cette chronique a été importée depuis metal-immortel
Sa note : 17/20

LINE UP

-Tomas Lindberg
(chant)

-Tom S. Englund
(chant)

-Gus G.
(guitare)

-Marios Illiopoulos
(guitare)

-Brice Leclercq
(basse)

-Per Möller Jensen
(batterie)

TRACKLIST

1)The Tremor
2)The Glow Of The Setting Sun
3)Hero
4)Elusive Emotion
5)Gloomy Daydreams
6)Macabre Apparition
7)In My Heart
8)Ethereal
9)Circle Of Pain
10)At The Ends Of The Earth
11)The Howls Of Wolves

DISCOGRAPHIE


Nightrage - Sweet Vengeance
(2003) - melodeath - Label : Century Media



Avec Nightrage, j'ai pris une énorme claque dans la tronche. Une claque mémorable, même. Si mémorable que j'en conserve encore les marques, après plusieurs écoutes. C'est simple, Nightrage, sous ses allures de supergroupe (Tomas Lindberg, ex-At the Gates, Tom S. Englund d'Evergrey, Marios Iliopoulos, ex-Exhumation, Gus G. de Dream Evil... Que des pointures!) produit par un producteur non moins connu, Fredrik Nordström (In Flames, Arch Enemy, Opeth, Dimmu Borgir... Excusez du peu!) dans un studio non moins renommé, le Studio Fredman, est un groupe qui ose s'affranchir des attentes qu'il suscite. Tout simplement en proposant un album indispensable pour tout amateur de death mélodique, et même pour les autres.

Le son est d'entrée de jeu sur "The Tremor", tranchant et fracassant. On reconnaît tout de suite la patte typique du death suédois: un mur de sons mélangeant guitares puissantes, accordées d'une fort belle manière, percussions et basse frappadingues. Une technique irréprochable, carrée et brutale, doublée d'une production monstrueuse, qui n'omet pas le moins du monde la mélodie ("Elusive Emotion", "Gloomy Daydreams" et son solo entêtant) grâce, tout d'abord au chant écorché de Tomas Lindberg, le fou furieux d'At The Gates. Sa voix lacère aisément les guitares grondantes, tout le long du disque, sans faiblir un seul instant. On lui reprochera seulement de ne pas varier assez son spectre sonore, mais il réussit le tour de force de ne jamais lasser.

Tour à tour féroce, intransigeante et classieuse, l'instrumentation montre de nouveau le savoir-faire suédois en la matière: le death mélodique tubesque ("Elusive Emotion", "In My Heart") cotoie les blastbeats furieux et proprement incroyables de "Macabre Apparition" (un chef d'oeuvre que ce morceau!), la mélodie entêtante de "The Glow Of The Setting Sun" croise le chant ultra charismatique de Tom S. Englund sur "Circle Of Pain", bijou vacillant de l'album et "Ethereal", qui nous offre ici une interprétation magnifique. Bref, de la variété à tous les étages, qui respire bon l'inspiration et la recherche musicale. Les guitares sont bluffantes, enchaînant les tours de force (les soli de "Gloomy Daydreams" et "In My Heart", la rythmique incroyable de "Macabre Apparition") comme les moments de pur bonheur acoustique (le final de "Gloomy Daydreams", "Circle Of Pain" et l'instrumental mystérieux qu'est "The Howls Of The Wolves").


Voilà la force de Nightrage sur cet album: proposer une rage sans limites contenue par des moments plus aptes à équilibrer la balance musicale. Et ce fait est d'ores et déjà acquis pour de bon. Et nous avec. Bien sûr, l'ensemble est de courte durée (quarante et une minutes) mais il est tellement riche et foisonnant qu'il vaut mieux s'y reprendre à plusieurs fois avant d'en tirer la sublime quintessence. A acheter les yeux fermés, les mains liées, les oreilles grandes ouvertes, car on tient là un véritable concentré de ce qui se fait de mieux en matière de death mélodique.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 3 polaroid milieu 3 polaroid gauche 3