1634

CHRONIQUE PAR ...

7
Count D
Cette chronique a été importée depuis metal-immortel
Sa note : 13/20

LINE UP

-Efthimis Karadimas
(basse+chant)

-George Bokos
(guitare)

-Bob Gatsionis
(guitare+claviers)

-George Kollias
(batterie)

TRACKLIST

1)Dark Red Sky
2)Swollen
3)Christless
4)Master of my Dreams
5)The Perfect Li(f)e
6)The End Times
7)Synastry
8)One of These Days
9)Victimized
10)So(u)l Invictus
11)Essence

DISCOGRAPHIE


Nightfall - Lyssa : Rural Gods And Astonishing Punishments




Et vive la Grèce, le pays où il fait bon vivre mais pas forcément pour les metalheads, privés d’une reconnaissance souvent méritée. Nightfall en fait partie, de ces groupes méritants, tout comme Rotting Christ et Septic Flesh. Lyssa: Rural Gods And Astonishing Punishments, huitième album du groupe après treize ans de loyaux sévices, se veut du Nightfall sympathique, la touche moderne en plus. Pas du grand art qui révolutionnera la planète, mais une bonne production alliant atmosphères sombres et extrêmes.


Nightfall reste Nightfall par son black/death très mélodique, fin mais aussi brutal. On retrouve dans la musique des éléments qui lui sont propres: dégoût, désespoir, révolte et une certaine force mélodique développée grâce aux guitares très bien dosées et aux claviers discrets mais pesants. Les fans de Lesbian Show seront ravis, après les essais plus électros de Diva Futura et compliqués de I Am Jesus. Le chant de Efthimis Karadimas est ici extrême à souhait, dans un registre black/dark souvent doublé d’un chant encore plus rauque en arrière-plan. L’impression de malaise et de rage qui se dégage des morceaux n’en est que plus intense. Sur le titre "Essence", les vocaux sont carrément plus tordus et collent parfaitement à la composition brutalo-progressive du titre. Les changements rythmiques et mélodiques sont très bien réussis en font un titre particulièrement agressif.

Quelques influences orientales se font discrètes mais bien présentes ici et là sur l’album, dans les riffs de "Master Of My Dreams" comme dans l’intro de l’album ("Dark Red Skies") ou de "The End Times". Malheureusement "Dark Red Skies" n’est pas un titre très attirant, bien trop classique et trop peu insistant sur les passages plus extrêmes. C’est un peu le défaut que l’on pourrait trouver malgré tout à cet album, à savoir un classicisme exacerbé, une faute d’originalité qui rend une bonne moitié des titres un peu dispensable. Le premier titre comme "Swollen", ou "Victimized" (basique, trop moderne et peu puissant), en font partie.

Nightfall se retrouve plus dans les compositions vivantes, aux tempos plus saccadés et travaillés comme "Master Of My Dreams", aux rythmiques effrayantes et fortes. Les blasts viennent couper l’ambiance pour instaurer un climat plus agressif emmené par les vocaux travaillés de Efthimis. Le break oriental est tout simplement excellent et profondément inspiré. Cette inspiration se ressent aussi sur "Christless", faisant penser dans son ambiance générale à ce que pourrait pondre un Rotting Christ plus moderne. On frôle ici les atmosphères lourdes et gothiques avec des mélodies de guitares à la fois extrême et mélodiques. Quelque chose d’agonisant sort de ce titre, comme de l’album entier, d’ailleurs, dont le concept est basé sur la souffrance inhérente au vide de notre temps moderne…


Lyssa: Rural Gods And Astonishing Punishments qui en outre, bénéficie du son Tico Tico, reste à la hauteur des attentes, sans provoquer ma foi la grande euphorie du siècle, de très bonnes choses étant parfois confondues dans un liant un poil trop classique.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 4 polaroid milieu 4 polaroid gauche 4