1615

CHRONIQUE PAR ...

7
Count D
Cette chronique a été importée depuis metal-immortel
Sa note : 14.5/20

LINE UP

-Alex Camargo
(basse+chant)

-Moyses Kolesne
(guitare)

-Max Kolesne
(batterie)

TRACKLIST

1)Bloodcraft
2)Natural Genocide
3)Vicious Wrath
4)Refusal
5)H.O.G. (House of God)
6)Fathers Perversion
7)Suicidal Savagery
8)Doomed
9)United in Deception
10)Decimated
11)Summon
12)Sweet Revenge

DISCOGRAPHIE


Krisiun - AssassiNation
(2006) - death metal - Label : Century Media



Le grand Krisiun, brésilien d’origine, revient à la recherche de la couronne pour s’approprier le trône du death metal. La tâche n’est pas évidente parce que la file d’attente est longue, mais le trio des frères Kolesne et du chanteur bassiste Alex Camargo se défend très bien. Ayant accompagné les plus grands groupes sur scène, leur expérience et leur style se sont formés par le mérite et la persévérance. Signé depuis 2000 chez Century Media, AssassiNation est leur septième album qui voit le jour avec leur première réalisation visuelle, le DVD Live Armageddon. Belle année donc pour Krisiun, qui se voit acquérir une certaine renommée internationale.

AssassiNation démontre en douze titres que toute la violence du groupe n’a pas encore été toute satisfaite. Clairement proche de leurs racines old school dans le feeling général, Krisiun semble rejeter encore une fois tout élan trendy. Ce n’est pas pour autant que la technique est mise en reste, puisque celle-ci est parfois même le moteur de titres comme "Refusal", parsemé de leads et soli très rapides bien pensés. Encore une fois, Krisiun ne joue pas n’importe quoi et, la production très satisfaisante aidant, AssassiNation renvoie vraiment à l’idée d’une approche musicale pensée, construite et sentie par des musiciens qui commencent à avoir de la bouteille. La brutalité et l’agressivité générale qui se dégagent de AssassiNation laisse une grande place aux riffs groovy teintés parfois de relents à la Motörhead. Ce n’est pas pour rien que le dernier titre reprend le "Sweet Revenge" du groupe précité. Les amateurs se régaleront de ce clin d’œil aussi sincère qu’efficace.

Bien plus speed que lourd, bien plus découpé que linéaire, Krisiun attaque la bête à la hache. Dès les premières notes de "Bloodcraft", on se laisse saisir par ce coté martial et découpé aux rythmiques en rafales, mené par les vocaux vindicatifs, directs et toujours aussi caverneux. Quelques riffs à la Slayer se sentent sur ce titre comme sur d’autres dans les passages un peu plus calmes. "H.O.G. [House Of God]" va dans le même sens avec une rythmique complètement déstructurée à la Decapitated, ne laissant pas place à l’improvisation ou aux guirlandes musicales. Peut-être un peu plus actuel dans l’approche et complètement taillé pour la scène, "Vicious Wrath" n’est à pas manquer. Il faudra s’arêter aussi sur des titres aux tempos plus rapides et réguliers, qui sont moins la niche de Krisiun mais au final tout aussi efficace comme "Refusal" et l’excellent "Father’s Perversion", tournant autour d’un thème récurrent et plutôt thrashy aux accélérations décapantes. Il est à parier que tout le monde trouvera son compte avec "United In Deception", presque progressif et très senti, à la rythmique changeante (bravo le batteur) et aux tempos thrash.


Quelques titres sur cette galette n’ont cependant pas autant d’attrait que d’autres, peut-être par leur coté trop classique quoique efficace. "Suicidal Savagery" fait partie de ceux-là, tout comme le début de "Refusal". Aussi, il est à remarquer çà ou là que quelques longueurs dans certains plans ne nous permettant pas d’apprécier pleinement toute l’ampleur de cette violence. Mais Krisiun n’est pas radin et nous gratifie de deux pauses musicales ("Doomed" et "Summon") acoustique pour l’une et tribale pour l’autre. Pas très utile dans le genre, mais toutefois reposantes… Avec tout cela, Krisiun signe encore un bel album, loin d’être plat et sans inspiration. AssassiNation ne dévoile pas une nouvelle facette de la scène death mais permet encore au trio actif de faire un pas vers une reconnaissance méritée avec un feeling assez varié pour un style aussi extrême.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 4 polaroid milieu 4 polaroid gauche 4