1614

CHRONIQUE PAR ...

3
TheDecline01
Cette chronique a été importée depuis metal-immortel
Sa note : 12.5/20

LINE UP

-Alex Camargo
(basse+chant)

-Moyses Kolesne
(guitare)

-Max Kolesne
(batterie)


TRACKLIST

1)Slain Fate
2)Ominous
3)Servant Of Emptiness
4)Eons
5)Hateful Nature
6)Visions Beyond
7)Voodoo
8)They Call Me Death
9)Unmerciful Order
10)Crosses Toward Hell
11)Infected Core
12)Outro / MMIV

DISCOGRAPHIE


Krisiun - Bloodshed
(2004) - death metal - Label : Century Media



Le groupe claironne qu’il est un postulant naturel et légitime pour les Globe’s Fastest Death Metal Band Awards. Et bien le moins qu’on puisse dire c’est que si effectivement nos brésiliens jouent vite, ils sont loin d’écraser monumentalement la concurrence. D’autres groupes jouent tout aussi vite, voire plus. Il suffit juste de prendre Nile comme exemple. Et puis bon, ça sonne bien slogan racoleur tout ça. «Ouais, viendez écouter notre musique comment qu’elle est rapide!»… Mmmh, ce n’est pas annonceur du meilleur. En plus ce nouvel album n’en est pas vraiment un puisqu’il est composé pour huit titres de nouveautés mais pour les quatre autres de rééditions (tiens tiens tiens, ça faisait longtemps) de la rareté Unmerciful Order de 1993.

Bon, Krisiun ne part vraiment pas avec les meilleures cartes en main pour convaincre. En étant un poil cynique, on pourrait même dire que la daube semble poindre à tout va. Et bien non! Les Brésiliens ont tout de même douze ans de métier et même s’ils usurpent un peu de leur titre du plus rapide combo de death sur Terre, ils savent balancer la purée à une vitesse bien rapide tout de même. Il y a de quoi décorner un bœuf là. Surtout, bien loin de ce mauvais slogan, le groupe sait jouer sur autre chose que sur la vitesse pure. Des riffs à headbanguer sévère sont bien présents sur la galette entre deux blasts pas si nombreux que ça pour selon (ne vous méprenez pas pour autant, il y a une très généreuse cargaison, c’est juste qu’on pouvait en attendre encore plus). Il suffit d’entendre "Hateful Nature" pour s’en rendre compte. Bien que les lieux soient possédés par des passages ultra rapides, il y a un riff bien plombant et mega entraînant. Ca marche dès la première écoute et c’est loin de déplaire. D’ailleurs la musique de Krisiun en général n’est pas du genre à cacher ses vertus. Elle les dévoile bien assez vite.

Nos presque vétérans de la scène death brésilienne ont donc quelques bonnes cartes à abattre dans leur jeu. Et c’est tant mieux pour l’auditeur que nous sommes. En tout cas pour les nouvelles compositions qui s’étendent de la chanson une à la chanson huit. Ces nouvelles chansons sont tout à fait au niveau et ont de quoi se mesurer au reste de la scène death, même si ce n’est pas suffisant pour attaquer les meilleurs dans la montée finale. Le reste est donc l’album rare de 93, Unmerciful Order. Ce qui est frappant, c’est la batterie qui possède un son mais méchamment de méchamment pompé sur une boîte à rythme. Horriblement synthétique, la batterie sonne terriblement comme un programme informatique. A ce sujet, j’espère vraiment qu’il s’agit d’une boîte à rythme vu que le livret n’indique rien au sujet de cette démo sur son line-up, car sinon, ils se sont totalement plantés lors de l’enregistrement.

Passée cette petite curiosité croustillante, il suffit de l’écouter trente secondes pour se rendre compte que le groupe était manifestement très inspiré par son compatriote Sepultura à l’époque jusqu’à en imiter le chant et le type de compo période Morbid Visions/Bestial Devastation même si c’est joué plus rapidement. Personnellement je ne peux m’empêcher d’entendre "Troops of Doom" par moments, en moins bien toutefois. A noter la dernière chanson Outro/MMIV qui offre tout d’abord deux minutes de distorsion sur fond de battement cardiaque pour ensuite enchaîner sur un blanc trompeur et de nouveau de la distorsion, géant.


Au final un « album » bien sympathique dont la partie nouveauté est bien supérieure à celle réédition même s’il n’est clairement pas en mesure de combattre à armes égales avec les ténors du genre. Dans sa catégorie challengers officiels, il se défend pas mal. Malheureusement, vu que le groupe a tout de même douze ans d’existence il risque fort de ne jamais la quitter. A signaler que l’album est vendu à un prix spécial malgré les nouvelles compositions, donc il n’y a pas à s’insurger des avalanches récentes de rééditions de démo vendues à prix très spécial, le même qu’un album…


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 1 polaroid milieu 1 polaroid gauche 1