1575

CHRONIQUE PAR ...

2
Cosmic Camel Clash
Cette chronique a été mise en ligne le 30 janvier 2008
Sa note : 15/20

LINE UP

-Poun
(chant)

-Arno
(chant)

-Scalp
(guitare)

-Snake
(guitare)

-Etienne
(basse)

-Hervé
(batterie)

TRACKLIST

1)Lady Lazy
2)Be Alive
3)One Sound Bite To React
4)Fatherfuckers
5)Never Change
6)Beds Are Burning
7)Salvation
8)Joke
9)Be My Guest
10)Lock Up
11)She Drives Me Crazy
12)Let's Roll

DISCOGRAPHIE


Black Bomb A - One Sound Bite To React
(2007) - hardcore thrash metal - Label : Warner



Tout semblait se passer pour le mieux pour Black Bomb A. Le groupe avait négocié brillamment le départ de leur chanteur emblématique Djag en le remplaçant par son opposé vocal, le hurleur de l'extrême Arno. Avec ledit Arno ils avaient sorti un album monstrueux (Speech Of Freedom), donné des concerts surpuissants immortalisés sur un live d'exception (Illicite Stuff Live)... il ne restait plus qu'à entériner tout ça avec un nouvel album. Las ! One Sound Bite To React prend une dimension particulière aujourd'hui qu'Arno est parti et que Djag est revenu - à la grande joie des fans des débuts. Marquant la fin d'une parenthèse, ce disque en devient presque un témoignage.

Rappelons brièvement les caractéristiques du Black Bomb A époque Arno : un son râpeux et ultra saturé, une musique à mi-chemin entre hardcore et métal et surtout un double chant confondant de puissance, de technique et de complémentarité. À ma droite : Arno, growler death-metal à la voix tellement saturée et grasse qu'on en croirait que Barney de Napalm Death a intégré un groupe français. À ma gauche Poun, chanteur multicartes littéralement dégoûtant dans tous les domaines, qu'il s'agisse de son fameux hurlement aigu inhumain ou de son chant clair mélodieux et envoûtant (sachant qu'il sait tout faire entre les deux). Les deux compères s'en donnent à coeur joie sur cet album, améliorant encore un placement vocal déjà bien calé sur Speech Of Freedom : on sent que les dizaines de concerts donnés ensemble ont soudé le duo et permis d'acquérir certaines habitudes qu'on pressentait déjà sur l'album précédent. Quand on entend les deux vocalistes se renvoyer la balle sur "Never Change" cela renvoie directement à ce qu'ils faisaient sur leur premier disque en commun... et il n'y a pas que le chant qui donne cette impression.

Car si Speech Of Freedom avait représenté à l'époque un sacré bond en avant par rapport à Human Bomb en augmentant radicalement la part de métal, de mélodie et d'expérimentation dans la formule, One Sound Bite To React est pour sa part bien dans la continuité de son prédecesseur. Dès le très massif "Lady Lazy" on retrouve cette approche du riff énorme et syncopé hardcore entrecoupé d'éléments métal, avec un chant ultraviolent par moments et plus mélodique à d'autres... en parlant de mélodie on peut d'ailleurs noter que la pratique du refrain en chant clair se confirme définitivement avec des titres comme "Be Alive", "Never Change" ou "Be My Guest" sur lesquels Poun fait littéralement des merveilles. C'est presque devenu un passage obligé mais aucun de ces refrains ne ressemble à son voisin, donc ça passe très bien... il n y a que celui de "Lock Up" qui rappelle "Double" sur l'album d'avant, la faute à des guitares qui balancent des accords et non plus des riffs pour un résultat plus nu-metal. On peut d'ailleurs saluer la puissance du refrain de "Salvation", littéralement fascinant d'alchimie entre le chant et les guitares.

Au rayon des changements : "Joke" sur lequel le chant clair est utilisé dans les couplets pour un résultat très moderne et poutrant, surtout vu la manière dont les plans mélodiques puis ultraviolents (le riff sur lequel Arno beugle évoque fortement le "Detox" de Strapping Young Lad) sont liés. L'album est généralement plus direct que son prédecesseur : finies les digressions orientales de "Madmen" ou de la fin de "Legalize Me", plus de plans metalcore comme sur "Shoot At The Gossip" : One Sound Bite To React est un ensemble compact et homogène où la tentative la plus aventureuse est l'usage du chant clair d'Arno sur "Be My Guest" (pas une super idée, comme d'habitude). L'album a été en général décrit comme plus soft que son prédécesseur et c'est à moitié vrai : le speed et bourrins "Fatherfuckers" et les passages death du très bon "She Drives Me Crazy" sont là pour nous rappeler que Black Bomb A n'est pas un groupe de lutins farceurs, mais comme la formation utilise plus le chant clair qu'à l'accoutumée on peut comprendre que cette impression se dégage... sauf que les riffs, eux, sont toujours aussi rentre-dedans donc bon.


One Sound Bite To React a beau être dénué de la touche de génie qui faisait de Speech Of Freedom un truc de fou il reste un album massif et indéniablement bien torché. Avec un peu plus d'éléments pour le différencier cet album aurait pu être aussi marquant que celui d'avant mais il restera simplement bon. Aucun ratage (sauf l'hideuse reprise de Midnight Oil qui a pourtant ses fans) d'un côté, de vrais moments d'inspiration de l'autre, c'est donc un succès. Reste à voir ce qu'il vont nous faire maintenant que Djag est revenu...


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 6 polaroid milieu 6 polaroid gauche 6