1555

CHRONIQUE PAR ...

13
Dupinguez
Cette chronique a été mise en ligne le 20 janvier 2008
Sa note : 13/20

LINE UP

-Bernhard Weiss
(chant)

-Lakonia
(chant)

-Marco Wriedt
(guitare)

-Harry Oellers
(claviers)

-Rob Schomaker
(basse)

-André Hilgers
(batterie)

TRACKLIST

1)Voices Of Destiny
2)Doom Of Destiny (Arabia)
3)Better Fate
4)Bloodangel
5)I Hear You Cry
6)The Fire Still Burns
7)Father, Father
8)Revolutions
9)She Got Nine Lifes
10)Devilish Belle
11)Astoria

DISCOGRAPHIE


Axxis - Doom Of Destiny
(2007) - heavy metal - Label : AFM Records



Axxis n'est pas un nouveau venu sur la scène heavy metal, loin de là. Mais après maintenant presque deux décennies d'existence, la popularité n'est toujours pas vraiment au rendez-vous. C'est ce qu'on appelle parfois l'éternel groupe de première partie, en tout cas en France. Pourtant, les Allemands avaient convaincu avec le très bon Paradise In Flames, sorti en 2006. C'est donc à peine un an après que Axxis tente de confirmer ce succès avec ce Doom Of Destiny.

C'est donc sans étonnement que l'on retrouve tous les aspects qui avaient fait de Paradise In Flames une réussite, à commencer par la voix féminine de Lakonia et un apport symphonique non négligeable. Et le fait d'avoir deux personnes derrière le micro permet une certaine variété et complémentarité qui fait que l'on s'ennuie rarement au niveau du chant, même si la voix de Bernhard est assez nasillarde et pas extrêmement précise. Une autre chose que l'on peut reconnaître à Axxis est un sens de l'accroche et de la mélodie indéniable. Les refrains et les riffs sont accrocheurs, et on sent que toutes ces années passées au service du heavy mélodique ont contribué à forger un métier indiscutable qui, appliqué à un heavy un peu plus speed et symphonique, fait généralement mouche. Le problème est que tout cela sonne un peu trop classique. Axxis déroule sans prendre de risques, et ce qui permettait de faire de Paradise In Flames une bonne surprise a forcément ici disparu puisqu'il est servi dans le même plat.

L'album est donc bon. Comme d'habitude? Oui, comme d'habitude, avec ce que ça sous-entend de lassitude. Ce Doom Of Destiny se laisse écouter, il passe même plutôt bien, mais à côté de certains titres plus marquants, difficile d'en retenir grand chose. On notera le morceau titre, bien pêchu et très efficace en ouverture, qui fera à coup sûr merveille en live. "Father, Father", titre de heavy speed comme on aimerait en entendre plus souvent. Dommage d'ailleurs qu'on entende pas un peu plus la guitare du petit nouveau Marco Wriedt, un peu noyée derrière toutes ces lignes de chant et de clavier. Celui-ci propose pour autant des soli de bonne facture, même si assez peu originaux. Notons également l'originale "Revolutions" avec ses couplets surprenants qui magnifient un refrain bien speed et fédérateur. La variété présente au sein de ce seul titre fait du bien et permet de ne pas s'ennuyer une seconde. "She Got Nine Lifes" est à peu près du même acabit, même si son refrain est assez agaçant.


On se retrouve donc avec un nouvel Axxis de bonne facture sans plus, comme il peut y en avoir de nombreux dans leur discographie. Dommage que l'opportunité ouverte par Paradise In Flames ne soit pas mieux exploitée mais en attendant, on saura se contenter d'une poignée de très bons titres au milieu d'autres plus dispensables et on continuera d'attendre Axxis en première partie d'une grosse formation.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 6 polaroid milieu 6 polaroid gauche 6