155

CHRONIQUE PAR ...

7
Count D
Cette chronique a été importée depuis metal-immortel
Sa note : 16/20

LINE UP

-Eliane
(violon)

-Marguerite
(violon)

-Hylgaryss
(claviers)

-Dame Pandora
(chant)

-Sombre Cyr
(basse+percussions)

-Arkdae
(claviers+guitare)

TRACKLIST

1)La Clameur Du Silence
2)Présence
3)D'une Mère À Sa Fille
4)L'Adieu À L'Enfant (1)
5)L'Adieu À L'Enfant (2)
6)Abre Los Ojos
7)À Quoi Bon?
8)Laissez-Moi Mourir
9)L'Emprisonnée
10)Puisses-Tu...
11)L'instant Funèbre
12)Perdition
13)Les Mémoires Blessées

DISCOGRAPHIE


Dark Sanctuary - Les Mémoires Blessées
(2004) - ambient dark atmosphérique - Label : Wounded Love



Chaque nouvelle offrande de Dark Sanctuary est une flamme qui s’allume dans les tombeaux mélancoliques de nos pensées mortelles. Arkdae, chef d’orchestre de Les Mémoires Blessées, nous fait flotter encore une fois dans un monde de désolation, d’adieu et de douceur emprisonnée. Après Royaume Mélancolique, De Lumière Et D’Obscurité et L’Etre Las-L’Envers Du Miroir, ces Mémoires Blessées sont dans la continuité parfaite et sensible d’un Dark atmosphérique toujours en quête d’expressivité et de maturité. Depuis L’Etre Las-L’Envers Du Miroir, Dame Pandora a pris la place de Marquise Ernia au chant féminin du plus velouté et touchant qu’il soit. Le résultat en est que l’on comprend mieux les paroles, toujours chantées dans la langue de Molière, offrant donc un résultat plus fin. Le chant de l’ex-vocaliste avait aussi bien sûr tout son charme.

Piano et chant féminin sont les piliers de cet album, épuré mais complet, auxquels viennent s’ajuster guitares sèches, percussions, violons et basse. Peaufinant son style propre depuis ses débuts, Dark Sanctuary parvient enfin à une maturité certaine, ouvrant la porte à de nouveaux horizons, plus profonds et encore plus personnels. L’arrivée consécutive dans le groupe de musiciens venus de différents milieux d’influences permet à l’entité Dark Sanctuary de renforcer ses mélodies magnifiques et son aura qui fait toute sa personnalité.

Les treize titres emmènent l’auditeur dans un voyage reposant sur près d’une heure et quart. Aucun titre ne choque ni n’est là pour faire un faux semblant de diversité. La vraie diversité vient des atmosphères travaillées, comme sur l’excellent titre "Abre Los Ojos", chanté en Espagnol (seul texte non-français de l’album). La montée en puissance est vraiment jouissive, l’accès à des cimes musicaux se précise à chaque nouvelle mesure. Quelques cordes de piano et un chant enchanteur font le travail de tout un orchestre tant l’ambiance est prégnante.

Dark Sanctuary reste dans la continuité de ses œuvres passées avec "L’Instant Funèbre", violons mélancoliques sur clavier grave et… funèbre, avec toujours une absence totale de dissonance, sinon le mariage de mélodies mineures, sombres et sobres. Le chant de Dame Pandora ne laissera comme sur le dernier album personne indifférent. Les variations et la richesse vocale, tout autant que la sensibilité resteront les atouts de cet organe au service des mémoires blessées. Dark Sanctuary pousse la mélodie jusqu’au bout, en offrant des compositions dignes de B.O. de films dans le style Sleepy Hallow, avec le lancinant et prenant "Puisses-Tu" ainsi que le plus énervé "Laissez-Moi Mourir", où se mêlent percussions enivrantes, cloches, guitares, chant et piano. La mort en poursuite.


Bref, Les Mémoires Blessées proposent un moment de recueillement où nostalgie et mélancolie s’entremêlent, même si certaines longueurs se font sentir en fin d’album. Dark Sanctuary poursuit sa voie, ne se soucie guère de quelconque mouvement musical, et parvient à nous faire partager grâce à une orchestration très correcte quelques sentiments funèbres et inspirés…


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 3 polaroid milieu 3 polaroid gauche 3