1487

CHRONIQUE PAR ...

5
Fishbowlman
Cette chronique a été importée depuis metal-immortel
Sa note : 9/20

LINE UP

-Lenny Wolf
(chant+instruments)

TRACKLIST

1)Two Legged Sheep
2)Not Here to be Your Friend
3)Same Old Stars
4)Ain't Crying for the Moon
5)Perfect Citizen
6)This is my Life
7)Bon Scott
8)Removed the Sting
9)Friends in Spirit
10)Darkroom
11)Look at You
12)Across the Universe
13)Get it on (2006 Version)

DISCOGRAPHIE


Kingdom Come - Ain't Crying For The Moon
(2006) - hard FM - Label : Frontiers Records



Lenny Wolf revient à la charge avec une fois de plus un album teinté d'indus et toujours aussi lourd ! Depuis Perpetual rien de nouveau à l'horizon. Ne bougez pas, allumez un pétard, Lenny s'occupe de tout, il joue de tous les instruments mis à part les solos de guitare, les violons et le piano... C'est également lui qui s'occupe de la production (de qualité, il faut bien l'avouer et puis ça coute moins cher de se produire soi-même). Une démarche identique à Perpetual donc, autant être prévenu.

Pourtant, Lenny Wolf semble avoir fait des efforts pour proposer quelques mélodies intéressantes, on sent qu'il veut nous emmener dans son univers. Il y a même certains morceaux plus connotés hard rock ce qui rend le disque moins soporifique, comme cet étrange hommage à Bon Scott (intitulé Bon Scott justement). Là, on se dit que Lenny Wolf a vraiment une bonne voix de hardos, dommage qu'il s'entête à persévérer dans ce style indus. D'un autre côté, on peut le comprendre, il a tellement été critiqué auparavant pour avoir copié Led Zeppelin qu'il est depuis passé d'un excès à l'autre : du Led-clônage à la recherche maladive de l'originalité, quitte à perdre des fans et à risquer de ne jamais être reconnu ! La démarche est courageuse. Simplement, originalité ou pas, le résultat est toujours aussi ennuyeux, la palme revenant à la ballade soupe au piano qui n'en finit plus (Ain't Crying For The Moon) et on se demande bien encore une fois à qui va s'adresser ce disque.

Pas de chance, les sonorités sont très ancrées dans les années 90 et ce qui aurait pu apparaître comme original à cette époque ne l'est plus aujourd'hui, forcément ! Toujours les mêmes lourdeurs, toutes ces guitares abrasives, ces rythmes lents et ces claviers faussement modernes, on a même l'impression d'écouter du grunge à certains instants ("Removed The Sting" a comme un air de déjà entendu). Mais c'est surtout au début du disque qu'on s'ennuie, les quatre premiers titres sont atroces, longs, une vraie torture à s'enfiler d'une traite. On assiste à un léger mieux vers la fin, notamment quand ça devient plus rock ("This Is My Life", "Bon Scott", "Look At You"). Il reste aussi des moments plus atmosphériques qui atteindraient presque leur but ("Darkroom"), voire un "Across The Universe" qui passerait pour une reprise des Beatles comparé au reste. La nouvelle version de "Get It On" est également heavy et efficace. Mais tous ces efforts louables ne suffisent pas à sauver Lenny Wolf du marasme dans lequel il s'est plongé.




©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 2 polaroid milieu 2 polaroid gauche 2