1481

CHRONIQUE PAR ...

2
Cosmic Camel Clash
Cette chronique a été importée depuis metal-immortel
Sa note : 17/20

LINE UP

-Pierrick Valence
(chant)

-Patrick Martin
(guitare)

-Sylvain Coudret
(guitare)

-Loïc Colin
(basse)

-Dirk Verbeuren
(batterie)

+

-Lawrence Mackrory
(chant)

TRACKLIST

1)Endangered
2)Imperceptible Armageddon
3)Senseless
4)The Plundered
5)Assuming Self
6)Fathomless Descent
7)A Few Scraps Of Memories
8)Rebirth

DISCOGRAPHIE


Scarve - The Undercurrent
(2007) - death metal - Label : Listenable Records



Scarve est un de ces groupes pour lesquels on s’inquiète. Alors qu’il est salué par l’unanimité de la presse depuis de nombreuses années le combo ne décolle pas, et semble de plus servir de réservoir de musiciens pour groupes internationaux. Après l’intégration permanente de Dirk Verbeuren dans Soilwork puis le départ de Guillaume Bideau pour Mnemic au pire des moments, on ne voyait guère le groupe se relever rapidement d’un tel coup... c’était sans compter avec la volonté inébranlable d’une formation dont le talent brut semble pouvoir triompher de tous les obstacles. Comment dans de telles ciconstances ont-ils pu accoucher de ce The Undercurrent, baffe gigantesque de métal extrême aussi puissante que racée et originale? C’est beau, la niaque...

Parce qu’attention, dans le genre défouraillage de tympans cet album tape très, très fort. Une fois évoquée la production évidemment surpuissante (avec un bémol sur le son de grosse caisse néanmoins) du sieur Bergstrand, on ne peut que rester béat devant la technicité brute, la violence implacable et le groove en béton armé que cet album dégage. Scarve pratique un metal à dominante death de haute volée, transcendé par l’alternance du growl démoniaque de Pierrick Valence et le chant clair de l’intérimaire de luxe Lawrence Mackory (Darkane). Ce dernier abat un boulot fabuleux, reprenant le style clair/agressif aigu de Bideau tout en ayant indéniablement sa propre personnalité. Ajoutez à cette base des riffs de guitare thrash/death alambiqués et ultra-destructeurs ainsi qu’une batterie tenue par un des tous meilleurs mondiaux du genre, et vous commencerez à vous faire une petite idée du tout.

Scarve tape partout, et fait très mal dans tous les domaines. L’agression brute d’abord : la groupe remplit le spectre sonore tel un Strapping Young Lad pour envoyer des riffs terrifiants soutenus par des blasts qui ne le sont pas moins. "Senseless" déchaîne l’enfer, "Assuming Self" aligne des déferlantes de black-metal possédé avant de partir dans des tortures rythmiques (pensez Meshuggah), "Fathomless Descent" présente des plans death d’une vélocité et d’une violence à faire peur... et ainsi de suite, tous les meilleurs aspects du métal extrême y passent. La mélodie n’est pas qu’incarnée par le chant Townsendien de Mackory, mais également par des incursions guitaristiques aussi saisissantes que variées : des ponts heavy-metal aux plans ambient hypnotiques ("The Plunderer") en passant par des arpèges malsains ("A Few Scraps Of Memories"), c’est tout le temps bon.

Le plan de batterie qui ouvre l’album sur "Endangered" est aussi martial que la partie rapide qui suit est groovy et que le refrain est accrocheur, et surtout l’alternance des différentes approches est tellement naturelle qu’on en reste confondu, et cette remarque vaut pour tout l’album. Scarve manie la haine et l’introspection d’une main de maître, et la technique ébouriffante du tout est clairement au service d’une émotion que l’on veut la plus intense possible. Et ça marche : si les premières écoutes de The Undercurrent sont un peu difficiles du fait de la masse d’informations qu’on se prend dans la tronche, une fois l’album maîtrisé on ne peut que tirer son chapeau. Combien d’albums présentent des plans à faire pâlir The Berzerker vous incrustent aussi des mélodies de chant clair dans la tête? Combien de groupe réussissent à fusionner death, thrash, black, hardcore et doom dans la même galette et s’en sortir avec une identité renforcée? Vraiment pas beaucoup...


Donc, bon, voilà, ça s’appelle une claque. Une boucherie. Une poutrance. The Undercurrent est un album qui remet les pendules à l’heure, qui rappelle qu’il existe des gens qui créent réellement de la musique. Car passées les quelques références à Townsend et Meshuggah (qui n’a pas d’influences de toues façons?) il est impressionnant de voir à quel point Scarve fait du Scarve et ne sonne comme aucun groupe connu tout en développant un talent affolant. Il y a tout le bonheur du métalleux là-dedans, c’est un achat indispensable. Et bien, 2007 est quand même un sacré cru...


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 2 polaroid milieu 2 polaroid gauche 2